Krach de l'Union Générale de 1882

7 8 2013 - 5 commentaires
ProRealTime

Le krach de la banque de l'Union Générale: Un krach français

S'il n'est pas connu à l'étranger, le Krach de l'Union Générale est une des premières crises financières notable en France. L'Union générale est le nom d'une banque catholique française. Elle est créée est 1875 à Lyon par des monarchistes. C'est ensuite Paul Eugène Bontoux qui en prend possession en 1878. Elle fera faillite 4 ans plus tard, en 1882, ce qui inspire plus tard Zola pour la rédaction de son roman L'Argent.

La reprise de l'Union Générale par Paul Eugène Bontoux

Lorsque l'Union Générale est en difficulté en 1878, seulement 3 ans après sa création. C'est alors que Bontoux s'intéresse à son cas et organise son rachat durant la même année. C'est un homme politique , né en 1820, qui était jusqu'à lors un directeur de petites compagnies ferroviaires. L'objectif à terme de son rachat de l'Union Générale est de créer une grande banque catholique, capable de rivaliser avec les grandes banques formés à partir de capitaux "juifs" comme Rothschild par exemple.

L'entourage de Bontoux est donc constitué de personnalités de tendance conservatrices et religieuse. On retrouve plusieurs personnalités célèbres de la droite, qui investissent dans la banque, tels que des cardinaux et des évêques mais aussi des monarchistes. La croissance de la banque est relativement rapide puisqu'elle se développe même à l'étranger durant la première année où Bontoux est arrivé, via des investissements risqués mais très rentables. En 3 ans, les dépôts de la banque passent de 22 millions de Francs à 110 millions en 1881. Son modèle économique semble rentable, mais rapidement la banque est confrontée à un manque de ressources. Le problème vient en fait des capitaux propres qui sont trop faible par rapport au besoin de la banque. Le capital va donc être augmenté. Il passe en effet à 50 millions de francs en 1879, puis à 100 millions de francs en 1881. Les nouveaux investisseurs sont donc trouvés facilement étant donné que la banque redistribue une part élevée de dividendes à ses actionnaire depuis quelque temps.

Le cours de l'action de l'Union Générale croit rapidement durant la présence de Bontoux. En effet, il passe de 500 francs en 1878 à 3000 francs à la fin de l'année 1881. Cette augmentation du cours ne prend pas en comptes certaines irrégularités de gestion (falsification, actionnaire fictifs,...) qui ont été passés sous silence par la presse financière, étroitement liée à la direction de la banque.

Le krach de l'union générale

Le mois de janvier 1882 est catastrophique pour l'Union Générale. Certaines des banques concurrentes, dont la banque Rothschild, décide de prendre positions baissière sur l'action de l'Union Générale. De plus, fin décembre 1881, Eugène Bontoux et ses associés annoncent une nouvelle augmentation de capital, qui est très mal perçue par les investisseurs. C'est le 2 janvier que l'action commence à chuter après des mois de hausse. Elle passe de 3000 francs le 2 janvier, à 500 francs le 28 janvier 1882. Elle déclare ensuite faillite le 2 février 1882 après une crise de solvabilité. La bourse française est impactée par sa faillite, spécialement les autres banques et les cours baissent fortement. Une crise économique suit la crise financière et se poursuit jusqu’en’ en 1888.

En 1883, Bontoux est condamné à 5 ans de prisons mais il échappe à sa peine puisqu'il part à l'étranger.

Krach de l'Union Générale de 1882
4.5 2 votes
ProRealTime    Pourquoi je trade les CFDs et les Futures en même temps ?

   Pourquoi je trade avec ProRealTime CFD et ProRealTime Futures ?

   Essayez un compte Démo Gratuit ou Réel

  Exclusif : 2 séances de coaching formation trading gratuites (valeur 500€)

Partagez cet article, c'est bon pour la santé
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

5 Commentaires pour Krach de l'Union Générale de 1882

  1. OSA dit :

    On pouvait déjà shorter les actions au 19eme siècle ?

  2. Benoist Rousseau dit :

    Oui, tu faisais des reconnaissances de ventes sur papier avec l'obligation de les livrer à la personne physiquement dans x jours au prix (les futures 😉 )

  3. OSA dit :

    Mais il y avait un coût d'emprunt des actions comme aujourd'hui ?

    Si oui , fixer sous quel conditions :

    -La liquidité du titre comme aujourd'hui

    -Les taux d’intérêts directeurs de l’époque ( c'etais centraliser ?)

  4. Benoist Rousseau dit :

    Non un papier signé entre deux personnes ou deux sociétés, un contrat pur et dur. Donc les clauses pouvaient varier à chaque fois etc

    Vraiment du gré à gré au sens noble, une négociation qui n'était pas spécifiquement encadré par un maximum un minimum d'intérêt etc C'était en balbutiement.

  5. OSA dit :

    Merci pour les précisions :

    Je me vois au 19eme siècle , je vous loue mes actions avec un taux intérêts de 15% , supérieur au rendement du dividende ``

    T'avais pas intérêts a te planter niveau timing ...

    Et les possibilités d'arbitrage monstrueuse en y pensant :

    1/-Achat d'actions XYZ

    2/ Mise en location a X % d’intérêts ( > rendements du dividende comme ça tu doubles ta rente de capital ...)

    3/Vade avec négociations pour avoir un taux d’intérêts faible ...

    4/ Encaissement des différences d’intérêts sur la vade + encaissement de dividende + le spread si tu fais ton arbitrage a des prix différents histoire de t'assurer une marge supplémentaire.

    Tout est OTC , tu peux abuser de position dominante si tu es une grosse institution ... et faire cela sur beaucoup de valeurs = un vrai business

Laisser un commentaire

Inscription au Forum

Blog: 1735 articles 12.329commentaires Forum: 501.565 messages 7705 membres
Devenez actif ! Rejoignez Andlil et sa Communauté de traders passionnés

Mes 2 comptes de trading avec PRT Trading sur CFDs et Futures

ProRealTime

En direct du Forum

Les derniers commentaires

  • Medi : Marshall Alfred est un grand homme. Ses pensees m'inspirent …
  • Laurent : Bonjour Je m'intéresse depuis peu au forex et j'aimerai sa…
  • NAKIB-EDDINE AHAMED : A mon avis, la mondialisation ou globalisation est très ind…
  • chrono : Merci Benoist, Sympa de te voir à l'oeuvre :) J'ai même …
  • Ramdani : Ce site est à la hauteur ,j'ai appris beaucoup de nouvell…
[CDATA[ if (typeof newsletter_check !== "function") { window.newsletter_check = function (f) { var re = /^([a-zA-Z0-9_.-+]
[CDATA[ if (typeof newsletter_check !== "function") { window.newsletter_check = function (f) { var re = /^([a-zA-Z0-9_.-+]
[a-zA-Z0-9-]
[a-zA-Z0-9-]
[a-zA-Z0-9]
[a-zA-Z0-9]
["ne"]
["ne"]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["ny"]
["ny"]
["ny"]
["ny"]