ProRealTime
On y parle de tout et de rien, de l'air du temps, de nos découvertes, joies et contrariétés mais pas sur le trading ni le high tech ;)

Re: Psychologie à bon compte ou les défauts insoupçonnés?

par Benoist Rousseau » 11 nov. 2014 18:51

Les animaux par définition n'ont pas les mêmes sentiments que nous, il ne faut pas anthropomorphiser les animaux, ils ne ressentent pas les mêmes émotions que nous, c'est nous qui imaginons qu'ils sont jaloux etc. Ils ont faim, ils ont peur, ils sont contents, la jalousie commence à être un concept un peu trop compliqué pour eux. Peut-être les chiens, les chevaux ou les chats qui sont pervertis à notre contact, les animaux domestiques, mais pas les animaux sauvages à mon avis. Les animaux ne tue pas pour le plaisir, les animaux ne torturent pas, ils ne souhaitent pas la mort ou le malheur de l'autre, les hommes oui, c'est très humain de vouloir faire le mal pour le mal.

Un bébé de 6 mois ne ressent pas la jalousie, la peur, le manque, la faim oui, l'angoisse de l'inconnu éventuellement. Mais Il ne peut pas encore être jaloux car il n'a pas encore conscience qu'il est un être séparé de sa mère et autonome. A 6 mois il croit que lui et sa mère ne fond qu'un comme avant. C'est au stade du miroir qu'il le découvre, qu'il voit que sa mère le tient dans les bras et qu'il comprend qu'ils sont deux êtres séparés, énorme choc ! et c'est là que les problèmes commencent qu'il peut-être jaloux de l'attention que sa mère porte aux autres etc. Il réalise alors qu'il n'est pas le centre de l'univers, qu'il n'est pas tout puissant et que d'autres existent et peuvent entrer en rivalité, en compétotoon avec ses besoins (amour, nourriture etc). L'être humain n'est pas jaloux de naissance, il le devient. Et un "bon" stade du miroir, un bon passage permet de ne pas créer des personnes "jalouses maladives". Le jalousie a son paroxysme, c'est vouloir la mort de l'autre, son effacement pour redevenir le personnage central (que nous ne redeviendrons jamais). Mon frère est absolument jaloux de rien car il se vit supérieur aux autres, il a un ego et une vision de lui extrêmement forte, à l'opposé ma sœur est très jalouse (elle peut rouler en bmw, si tu achètes une voiture minable d'occasion, elle sera quand même jalouse) car elle a vécu dans mon ombre et je prenais beaucoup de place, elle devait travailler "pour réussir comme Benoist", "faire ses devoirs comme Benoist" etc. cela a été difficile pour elle, elle a donc du lutter pour exister, pour affirmer sa place dans la famille. elle s'est sentie moins aimée et elle est adulte une personne très jalouse ce qui est parfaitement normal. Au contraire de mon frère, le "petit" dernier qui a reçu toutes les attentions familiales pour diverses raisons, ce qui lui a forgé un caractère en acier, il ne s'inquiète jamais, tout est possible, tout lui sourira comme toute la famille était centrée sur lui à lui sourire quand il était petit.

Tout se joue dès l'enfance, moi j'ai une personnalité en doute permanent, je n'ai pas du tout confiance en moi, en mes capacités etc, cela vient aussi de mon enfance :) Mais ce n'est pas pour cela qu'il ne faut pas travailler à devenir meilleur :)

Re: Psychologie à bon compte ou les défauts insoupçonnés?

par Rogue » 11 nov. 2014 18:56

Vivre sans égo, c'est vivre sans filtre ; c'est prendre la vie comme elle est, la voir comme elle est exactement.

Je ne dis pas que trader comme cela ne relève aucune difficulté, c'est que dans ces moments-là la difficulté n'est plus une difficulté. Quand on ressent quelque chose de difficile, c'est qu'on se bat avec une émotion par exemple ; or l'ego nous amène sur le terrain de l'émotion pour l'échec ; les réussites de l'égo sont nos échecs à venir.

Trader au plus simple, sans émotion ou plutôt en acceptant ses émotions, c'est ça qu'apporte le détachement de l'égo. Un exemple simple : tu es sur une PV gagnante, un objectif atteint : ton égo va te pousser à te dire "aller encore un peu" alors que non, il s'agit de couper l'objectif atteint. Alors deux situations : ça continue dans le bon sens et ton égo va se dire "waou, t'as vu, t'es le plus fort" et la prochaine fois, et bah tu perds tout... ça part dans le mauvais sens, over-trading, frustration etc.

Tandis que faire abstraction de l'égo : objectif atteint, tu encaisses, sans frustration, sans regret, et tu passes au trade suivant, mais entre temps, tu as peut être été impatient, mais tu as su que tu l'étais, tu t'es identifié tel quel, donc tu as pu mettre en place des stratégies pour te détourner du marché par exemple, pour éviter cette impatience.

Re: Psychologie à bon compte ou les défauts insoupçonnés?

par Amarantine » 11 nov. 2014 19:10

C'est justement ça qui est intéressant: savoir ce que chacun en pense.

Re: Psychologie à bon compte ou les défauts insoupçonnés?

par George Henry » 11 nov. 2014 19:14

Oui, et je suis d'accord avec toi Benoist, mais pour moi tout le monde est jaloux. Chacun son point de vue.

Re: Psychologie à bon compte ou les défauts insoupçonnés?

par George Henry » 11 nov. 2014 21:22

Hahaha :lol:

Moi aussi je suis un peu orgueilleux des fois.

Sujets similaires
Psychologie et petit compte
par Francis1 » 20 sept. 2021 10:05 (10 Réponses)
Psychologie et trading
par frigolite » 20 sept. 2011 11:45 (4 Réponses)
Psychologie de l'investisseur
par Benoist Rousseau » 22 févr. 2012 11:20 (6 Réponses)
[Image] La psychologie du trader :D
Fichier(s) joint(s) par Benoist Rousseau » 07 mai 2012 22:54 (7 Réponses)
la psychologie en trading
par colmax » 22 mars 2013 23:46 (0 Réponses)
la psychologie en trading
par Benoist Rousseau » 22 août 2013 18:52 (18 Réponses)
Conseil sur le RSI et la psychologie
par Benoist Rousseau » 09 oct. 2013 02:16 (3 Réponses)
Argent et psychologie
par blAst » 01 sept. 2014 13:27 (39 Réponses)