Le trading avec Panini, souvenirs d'enfance et le début du troc

14 12 2022 - 2 commentaires
ProRealTime

La belle équipe du football français : 50 ans de légende de Platini à Mbappé est un livre où j'ai fait une préface sur mes années Panini.

La belle équipe du football français : 50 ans de légende de Platini à Mbappé

Livre disponible sur : https://jdheditions.fr/produit/la-belle-equipe-du-football-francais/

Si vous êtes amateur de foot ce livre vous permettra de découvrir des anecdotes sur les 50 dernières années du football français et des 8 dernières coupes du monde de football.

Souvenirs des cartes Panini

Dans mon enfance le football était associé intimement aux images Panini. A chaque grand évènement sportif lié au ballon rond, la coupe d’Europe ou la coupe du Monde, la société italienne sortait des images à collectionner des différentes équipes en compétition.

On achetait d’abord le catalogue Panini qui contenait uniquement des informations sur toutes les équipes et les joueurs. Et les photos des joueurs ?  Hé bien, et c’est là tout le génie de cette entreprise, on les collectionnait pour remplir le catalogue petit à petit.

C’était pour moi quelque chose de très important car cela me rapprochait de mon père passionné de foot.

Mes parents, malins, attribuaient mon argent de poche en fonction de mes résultats scolaires. J’ai toujours été un excellent élève (surement pour cela). L’année 1982, avec la coupe du monde de football, fut ma meilleure année scolaire du haut de mes 8 ans. Je n’ai eu que des 20/20 durant toute la compétition et chaque mois j’encaissais 10 Francs (somme maximum mensuelle possible en ayant eu 100% de 20/20 durant le mois). Avec ce pactole inestimable, je me rendais chaque mois chez le buraliste le cœur battant et j’obtenais 10 pochette contenant 6 autocollants.

Fébrile, je découvrais, avec angoisse si j’allais pouvoir trouver les cartes qui me manquaient pour compléter mon album Panini. Bien souvent, trop souvent, les cartes étaient en double, en triple... J’étais loin d’imaginer à l’époque que Monsieur Panini rendait certaines cartes plus rares pour forcer les petits garçons de primaire à racheter encore et encore des paquets de cartes. Je ne lui en veux pas, il a contribué à ma réussite scolaire.

Cela contribuait aussi aux échanges avec les copains de l’école primaire. Le premier qui avait son catalogue complet était le cador de la cour de récréation pour l’année ! Il y avait de l’enjeu !

Les cartes en double et les cartes rares

Comme nous avions des doublons, un vrai marché secondaire s’organisait dans la cour de récréation. Les cartes le plus rares pouvaient s’échanger contre des dizaines de billes en agate. Un véritable troc et du marchandage de haute volée s’installaient pendant des heures. C’était digne du souk de Marrakech.

Mais il fallait vendre rapidement sa carte rare car si un copain venait à l’avoir aussi en doublon, les cours locaux de ma cour de récréation s’effondraient. La carte se négociait alors en billes de terre, moins précieuses.

Parfois des drames humains arrivaient. Mais pourquoi Olivier a finalement vendu sa carte « Bernard Genghini » à Arnaud contre 20 billes en agate alors qu’il m’avait dit une heure avant que nous eussions un accord pour 15 billes en agate et 5 billes en terre ? J’ai au moins fait la tête à Olivier pendant 2 jours.

J’avais même envisagé d’essayer de contacter d’autres cours de récréation pour agrandir le marché. Mais j’avais 8 ans et mes parents ne voulaient pas me conduire en voiture à la sortie des maternelles pour que je puisse racheter à vil prix des cartes pour les revendre aux copains. Que voulez-vous dans ma famille on est plus des fonctionnaires que des entrepreneurs. J’en ai voulu longtemps à mes parents. Le marché était là !

C’est dommage, les « petits des maternelles » étaient bêtes. On réussissait à faire des échanges avec eux à mon école primaire durant les récréations. Un grillage nous séparait dans la cour de récréation. Mais la contrebande discrète était possible quand la maitresse avait le dos tourné.

« hé, tu n’as pas du Giresse ? j’ai du Lacombe en trop si tu veux »

On réussissait à leur vendre une carte de Gérard Janvion pour 5 billes en terre. Les naïfs ! Janvion ! On ne savait plus où donner de la tête avec les Janvion. La cotation dans notre cour de récré était de 1 bille en terre contre 1 Janvion.

Ce fût surement les plus belles années de ma vie, la joie de découvrir la carte de Marius Trésor que j’attendais depuis des semaines, les négociations pour récupérer les cartes manquantes, les deals improbables…

J’ai certainement plus appris sur le commerce, le troc, la psychologie humaine dans cette cour d’école primaire avec mes cartes Panini qu’à l’Université avec des professeurs qui n’avaient jamais créé d’entreprise. Le terrain il n’y a que cela de vrai.

Des cartes numériques sur les joueurs de football

Mais pourquoi vous parlez de ces souvenirs heureux d’enfance sur le troc de cartes de football ? Car 40 ans plus tard, avec une cour de récréation légèrement plus grande qui s’appelle l’internet, l’aventure continue.

De nombreuses sociétés proposent de revivre nos années Panini mais avec des enjeux bien plus importants.

Par exemple, le site Sorare propose un jeu de simulation de football dans lequel les joueurs achètent, vendent et échangent des cartes de joueurs. Ces joueurs proviennent de plus de 230 équipes de football avec lesquelles le site a passé des accords.

Chaque joueur de chaque équipe possède une carte numérique numérotée à son effigie et non un autocollant comme à mon époque. Chaque carte est protégée par la technologie blockchain basée sur Ethereum, ce qui garantit que vous achetez un exemplaire précis et numéroté. Il n’y a pas de « fausses » cartes en circulation.

Il existe 4 niveaux de rareté des cartes (et donc de prix). Les cartes le plus chères (carte unique) se négocient parfois plus de 200.000€. LA carte unique de Kylian Mbappé a été vendue 416.000€ par exemple. Cela en fait des kilos de billes…

Le prix des cartes varie en fonction des résultats des joueurs et de leur actualité. La valeur d’une carte dépend donc de l’offre et de la demande mais aussi des résultats du joueur réel. En achetant la carte de Kilian Mbappé vous spéculez sur ses résultats futurs ! Il y a un véritable investissement humain et financier sur chaque carte.

Par exemple si votre joueur marque des buts, sa cote progresse, S’il reçoit un carton rouge et qu’il est suspendu, sa cote baisse. S’il n’a pas été sélectionné pour jouer le match par son entraineur, sa valeur baisse. S’il est sélectionné en équipe nationale pour la première fois, sa cote progressera fortement.

Si vous avez le bonheur d’acheter un « petit joueur inconnu » au départ et qui devient une star du ballon rond 3 ans plus tard vous pouvez faire une culbute incroyable. A l’inverse si votre joueur prend sa retraite plus rapidement que prévu ou s’il est blessé et qu’il doit abandonner sa carrière, votre carte ne vaudra plus que les souvenirs que vous en aurez. Ainsi le prix de votre carte évolue en fonction de la carrière de votre joueur et de l’offre et de la demande.

Mais là où c’est très malin, c’est qu’avec 5 cartes vous pouvez constituer une équipe qui va s’affronter avec d’autres joueurs. Le site organise des tournois et des championnats avec comme prix des cartes rares. Cela pousse les passionnés à acheter des cartes de plus en plus chères pour avoir la meilleure équipe possible afin de gagner des cartes rares qu’ils peuvent revendre ou conserver pour renforcer leur équipe… Et dans la cour de récréation de l’école primaire, on ne jouait pas avec nos cartes, on se les échangeait juste. Le concept va donc beaucoup plus loin, les « joueurs » (investisseurs ?) vont donc suive au jour le jour la carrière de leurs cartes. Le monde réel et virtuel fusionne.

L’internet a donc mis en relation toutes les cours d’école maternelle et primaire et les joueurs de football créent de la valeur parfois dans des secteurs inattendus. Qui auraient dit il y a quelques années qu’une carte numérique d’un joueur de football puisse devenir un placement financier de plusieurs centaines de milliers d’euros ?

En revanche pour finir mon album Panini de la coupe du monde de 1982, je suis toujours à la recherche de la carte autocollante de Jacques Zimako. N’hésitez pas à me contacter à cet effet, il me reste quelques agates.

Auteur de l'article :

Benoist Rousseau est diplômé de l'université Paris-Sorbonne en histoire économique contemporaine et de la Certification Professionnelle des Acteurs des Marchés Financiers de l'AMF. Il a été professeur d'histoire pendant 12 ans avant de devenir trader en compte propre. Ancien Conseiller en Investissements Financiers, il est aussi écrivain. Son ouvrage "Devenez Trader Pro" est numéro 1 des ventes dans la catégorie bourse depuis de nombreux mois. Intervenant régulier sur TV Finance et divers médias, il est suivi par plus de 150.000 personnes sur les réseaux sociaux.

2 Commentaires pour Le trading avec Panini, souvenirs d'enfance et le début du troc

  1. Mj dit :

    C est touchant et remet en tête des souvenirs merci

  2. Christelle Puyraud dit :

    Souvenirs ! Je me souviens de mon album Panini sur les dinosaures ! Merci Benoist pour cet article passionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Avertissement : Le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker. Il ne convient donc qu'à des personnes expérimentées ayant les moyens financiers d’assumer un tel risque. Se rappeler qu'on trade uniquement avec de l’argent dont on n’a pas besoin. Les vidéos et les articles de ce site n’ont qu’une portée pédagogique et informative, ce ne sont pas des conseils en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d'investir dans un produit financier afin qu'il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale.