ProRealTime
On y parle Livres et Outils de Trading, Station de Trading, des livres lus sur le trading, de notre vision du trader et de son métier
Répondre Page 1 sur 1

Le winner effect (l'effet gagnant)

par Madnex » 28 Juin 2018 20:58

Hello je partage un article interessant que je viens tout juste de terminer.
(source gurumed.org)

Les hommes qui gagnent un statut élevé dans leur groupe social sont récompensés par un boost de testostérone, selon une nouvelle étude. Les résultats consolident la relation entre l’effet dit « gagnant » et la testostérone.

“L’effet gagnant » (Winner effect) est un phénomène bien établi caractérisé par la libération de testostérone et de dopamine chaque fois qu’un animal, qu’il s’agisse d’un poisson ou d’un humain, gagne un concours/ défi/ combat… Avec chaque victoire, la structure du cerveau et sa composition chimique changent, préparant le cerveau à d’autres victoires. En d’autres termes, un animal qui bat un adversaire plus faible est alors plus susceptible de battre un adversaire plus fort. Pendant ce temps, le contraire est vrai aussi pour les vaincus qui souffrent de “l’effet perdant » et deviennent plus docile et plus soumis à chaque défaite. Selon le neuroscientifique Ian Robertson du Trinity College à Dublin, qui a beaucoup étudié le “winner effect” (il en a même fait un livre), le succès et l’échec nous façonnent plus puissamment que la génétique et les médicaments/ drogues.

Par exemple, les traders ayant un niveau de testostérone plus élevé ont également connu des journées plus rentables. Chez les traders, la testostérone augmente fortement et reste élevée pendant les booms financiers, induisant un état d’euphorie de recherche et de prise de risque, fournissant une boucle de rétroaction positive dans laquelle le succès se renforce en fournissant un avantage compétotof. En revanche, les négociants qui traversent une période de turbulence ont des niveaux élevés de cortisol, une hormone du stress. Les négociants qui ont des niveaux élevés et soutenus de cortisol deviennent plus réticents à prendre des risques et plus timides, ce qui les rend moins compétotofs.

Une nouvelle étude de Joey T. Cheng, professeur adjoint de psychologie à l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign, avec des collègues, a exploré l’effet gagnant dans un cadre prestigieux. Les chercheurs ont suivi 177 membres d’une fanfare pendant deux mois, échantillonnant leur taux de testostérone avant le début de l’étude et juste après la fin. Chaque participant a été interrogé sur les membres du groupe qui, selon lui, étaient les plus performants, les plus compétents ou les plus respectés.

Selon M. Cheng :

Nous avons examiné la situation dans la communauté d’une fanfare d’un collège, un contexte social dans lequel le talent, l’expertise et les aptitudes musicales sont probablement très importants pour le rang social d’une personne dans la communauté. Ce que nous avons trouvé converge avec ce qui a été montré chez d’autres espèces, gagner un prestige élevé prédit une augmentation de la testostérone.

Les membres ont été classés et affichés de façon à ce que chaque participant puisse voir sa position ou son statut au sein du groupe social. Les hommes qui ont été classés comme les meilleurs membres de la fanfare présentaient des niveaux de testostérone en hausse qui sont restés élevés au cours des mois suivants. Par contre, les hommes qui se classaient au bas de l’échelle présentaient une baisse ou peu de changement dans le niveau de leur testostérone.

Toujours selon M. Cheng :

Nos expériences sociales, comme l’expérience de gagner dans une variété de contextes différents qui nous font nous sentir respectés, admirés et fiers, ont des effets d’une grande portée sur notre psychologie et notre biologie. Les effets de ce genre d’expériences ont des effets importants sur notre motivation, notre moral et notre réussite future.

Curieusement, les mêmes effets ne se sont pas produits dans le cas des femmes, ce qui suggère que le statut de la femme n’est pas lié au prestige.

Il faut travailler davantage pour comprendre comment les femmes se disputent le statut et les substrats physiologiques qui sous-tendent les rencontres compétotoves des femmes.

Ian Robertson donne de précieux conseils pour tirer profit de l’effet gagnant. Il conseille aux gens de ne pas se convaincre d’échouer (les femmes à qui on a dit qu’elles passaient un test de « capacité mathématique » sont souvent moins bonnes que celles qui ont passé un test de « capacité générale »), de travailler avec de petits objectifs pour qu’une petite victoire se transforme progressivement en une grande, et d’être prudent quand ils sont au pouvoir (les gagnants peuvent très rapidement se transformer en perdants).

L’étude publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology : Prestige in a large-scale social group predicts longitudinal changes in testosterone.

Re: Le winner effect (l'effet gagnant)

par Scalpeur-Futures » 28 Juin 2018 21:12

Merci Madnex pour cet apport.

Et donc ce Ian Robertson semble dispenser des pistes, je ne suis pas parvenu à trouver plus d'infos pour le moment>.

Ceci dit tu m'as peut-être permis de découvrir d'où venait une de mes maladies avec le cortisol :lol:
Spoiler:
Pour les conseils de ce monsieur Roberstson tu l'as trouvé où? Dans l'article je l'ai pas trouvé, ou bien pas trouvé le bon article :oops: ;)

Re: Le winner effect (l'effet gagnant)

par Jim » 28 Juin 2018 22:00

Merci Madnex. C'est très intéressant !

Re: Le winner effect (l'effet gagnant)

par Madnex » 30 Juin 2018 11:45

SF l'étude complète est sur le site de l'association américaine de psychologie.
Mais tu as des conférences de robertson sur les conférences TED ou sur youtube il me semble.

Articles en relation
Effet de dotation, effet de disposition (Finance comportem.)
par Eversa » 03 Aoû 2013 15:30 (12 Réponses)
Article sur un gagnant lors du récent dévissage des marchés
par chifounou » 28 Aoû 2015 08:50 (5 Réponses)
L'effet de levier et sa marge
par Blia » 28 Juil 2012 23:46 (33 Réponses)

ProRealTime