ProRealTime
Amoureux de l'Art du Design et de la Culture sous toutes ses formes, bienvenus

La file des poèmes que l'on aime

par Amarantine » 18 juil. 2022 10:38

Avec ses splendides ouvertures, depuis que zaco a "lancé la mode", des poèmes ont fleuri ça et là sur le forum.
Christelle, dans un souci permanent de classer pour mieux nous aider à retrouver des sujets que nous affectionnons particulièrement, les a déjà regroupés.
Mais pourquoi pas leur dédier une file spéciale?
Ainsi, lorsqu'un poème nous reviendra à l'esprit, nous pourrons le noter et en faire profiter tout le monde.

Si vous le permettez, je commencerai par celui-ci qu'on avait analysé lorsque j'étais au lycée et qui m'avait beaucoup marqué (depuis, j'adore les oiseaux. :lol: ):

**********************************************************************

Le sommeil du condor

de Charles-Marie LECONTE DE LISLE (1818 - 1894)

Capture.JPG
Capture.JPG (39.03 Kio) Consulté 130 fois



Par-delà l'escalier des roides Cordillières,
Par-delà les brouillards hantés des aigles noirs,
Plus haut que les sommets creusés en entonnoirs
Où bout le flux sanglant des laves familières,
L'envergure pendante et rouge par endroits,
Le vaste Oiseau, tout plein d'une morne indolence,
Regarde l'Amérique et l'espace en silence,
Et le sombre soleil qui meurt dans ses yeux froids.

La nuit roule de l'est, où les pampas sauvages
Sous les monts étagés s'élargissent sans fin ;
Elle endort le Chili, les villes, les rivages,
Et la mer Pacifique, et l'horizon divin ;
Du continent muet elle s'est emparée :
Des sables aux coteaux, des gorges aux versants,
De cime en cime, elle enfle, en tourbillons croissants,
Le lourd débordement de sa haute marée.

Lui, comme un spectre, seul, au front du pic altier,
Baigné d'une lueur qui saigne sur la neige,
Il attend cette mer sinistre qui l'assiège :
Elle arrive, déferle, et le couvre en entier.
Dans l'abîme sans fond la Croix australe allume
Sur les côtes du ciel son phare constellé.

Il râle de plaisir, il agite sa plume,
Il érige son cou musculeux et pelé,
Il s'enlève en fouettant l'âpre neige des Andes,
Dans un cri rauque il monte où n'atteint pas le vent,
Et, loin du globe noir, loin de l'astre vivant,
Il dort dans l'air glacé, les ailes toutes grandes.

Re: La file des poèmes que l'on aime

par Amarantine » 18 juil. 2022 10:58

Les conquérants

de José Maria de Hérédia


maxresdefault.jpg
maxresdefault.jpg (71.96 Kio) Consulté 121 fois



Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos, de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal.

Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde occidental.

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d’un mirage doré ;

Ou, penchés à l’avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles.

Re: La file des poèmes que l'on aime

par Francis1 » 18 juil. 2022 14:13

Merci

Re: La file des poèmes que l'on aime

par ChristelleP » 18 juil. 2022 14:30

merci Amarantine :mercichinois:

Re: La file des poèmes que l'on aime

par ChristelleP » 18 juil. 2022 15:20

2022uutttt.jpg
2022uutttt.jpg (261.27 Kio) Consulté 108 fois

Re: La file des poèmes que l'on aime

par Amarantine » 18 juil. 2022 15:57

Christelle ... :top: :mercichinois:

Re: La file des poèmes que l'on aime

par Francis1 » 18 juil. 2022 16:38

:mercichinois:

Re: La file des poèmes que l'on aime

par Amarantine » 18 juil. 2022 21:19

L’automne
Alphonse de Lamartine

Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques

Re: La file des poèmes que l'on aime

par Amarantine » 18 juil. 2022 21:24

Les rois mages

Edmond ROSTAND
1868 - 1918

Ils perdirent l'étoile, un soir ; pourquoi perd-on
L'étoile ? Pour l'avoir parfois trop regardée,
Les deux rois blancs, étant des savants de Chaldée,
Tracèrent sur le sol des cercles au bâton.
Ils firent des calculs, grattèrent leur menton,
Mais l'étoile avait fui, comme fuit une idée.
Et ces hommes dont l'âme eût soif d'être guidée
Pleurèrent, en dressant des tentes de coton.
Mais le pauvre Roi noir, méprisé des deux autres,
Se dit "Pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres,
Il faut donner quand même à boire aux animaux."
Et, tandis qu'il tenait son seau d'eau par son anse,
Dans l'humble rond de ciel où buvaient les chameaux
Il vit l'étoile d'or, qui dansait en silence.

Re: La file des poèmes que l'on aime

par Amarantine » 18 juil. 2022 21:31

Le ciel est par dessus le toit

Paul VERLAINE
Recueil : "Sagesse"


Le ciel est, par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu’on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

Sujets similaires
FILE DU JOUR TOUJOURS...
par Amarantine » 10 sept. 2013 11:24 (16 Réponses)
File discussions diverses
Pièces jointes par Julik » 04 févr. 2014 22:00 (24 Réponses)
File speciale mail/mp
Pièces jointes par Amarantine » 06 mars 2014 13:30 (20 Réponses)
File de suivi Forex en tout genre
Pièces jointes par falex » 09 sept. 2014 16:18 (55 Réponses)
La file du samedi 25 et dimanche 26 avril
Pièces jointes par lemerou » 25 avr. 2015 08:56 (55 Réponses)
La file des samedi 2 et dimanche 3 mai 2015
Pièces jointes par chad » 02 mai 2015 11:34 (21 Réponses)
La file du week-end : Traders anonymes
Pièces jointes par Mouffti » 09 mai 2015 08:35 (81 Réponses)
Trader Anonyme, file du week-end
Pièces jointes par Rogue » 16 mai 2015 11:06 (101 Réponses)
Trader Anonyme, file du week-end du 23/24 Mai 2015
Pièces jointes par bovy » 23 mai 2015 09:22 (42 Réponses)
File CAC du 22 juillet 2015
Pièces jointes par pierrep » 21 juil. 2015 23:33 (66 Réponses)