ProRealTime
Pour partager sur nos Sports préférés, événements sportifs... et sur la Santé et la Nutrition

Re: La vaccination de nos enfants

par chad » 09 Juil 2017 00:27

j'arrête là parce que je vais y passer des heures sinon =

je cite =

"""L'extension à la santé du principe de précaution répond à deux demandes sociales : accroître la sécurité sanitaire et expliciter le processus de décision, y faire participer le public.

Dans les soins, toute décision est fondée sur les relations entre le coût (les dangers induits par le traitement) et le bénéfice (l'effet thérapeutique). Il est aussi nuisible de surestimer le coût, c'est-à-dire les risques que de les sous-estimer.

Le problème se pose en termes semblables en santé publique.

On prescrit une vaccination quand l'effet bénéfique est très supérieur aux risques, cependant ceux-ci sont inévitables et leur existence est connue et acceptée.

Rendre une vaccination obligatoire exige du courage car ceux qui en bénéficieront ne le sauront jamais, alors que ceux qui pâtiront, pourront entamer des procédures.

Mais pour résister aux accusations, il faut avoir évaluer les risques et les bénéfices, ce qui souligne le rôle de l'expertise.
Même dans le cadre du principe de précaution, on ne peut pas agir sans savoir ou tout au moins avoir fait des estimations plausibles. L'analyse de quelques affaires récentes (le sang contaminé, l'encéphalite bovine spongiforme, l'hormone de croissance et la maladie de Creutzfeldt-Jacob) montre que l'apport du principe de précaution y aurait été très limité et que l'action n'a été possible que lorsque les connaissances ont été suffisantes.

Il en est de même dans des débats actuels (les risques éventuels des champs électromagnétiques, des téléphones portables et du radon) ; dans ces trois cas, la priorité est allée à la recherche. Le public d'ailleurs se réfère spontanément au rapport coût/bénéfice. Pour la contraception orale et l'hormonothérapie substitutive, les risques éventuels pour la santé n'étaient pas ignorés, mais le public a estimé que leurs avantages justifiaient leur acceptation.

L'estimation du risque et du bénéfice, la proportionnalité entre le risque encouru et les mesures prises permettent d'éviter les principaux écueils du principe de précaution : l'immobilisme et le refus de l'innovation, l'alourdissement des contraintes administratives, les gaspillages occasionnés par la recherche utopique d'un risque zéro

D'autres inconvénients sont plus insidieux : favoriser l'inquiétude de la population, permettre la manipulation de l'opinion par des campagnes fomentées par des intérêts commerciaux ou idéologiques, inciter les praticiens et les décideurs publics à choisir non la solution optimale mais celle qui les protège contre toute accusation ultérieure. Au niveau international, il faut éviter que le principe de précaution ne soit utilisé dans un but protectionniste.

Néanmoins, le principe de précaution a l'avantage d'obliger le décideur à expliciter son raisonnement, à le quantifier, puis à informer objectivement. Il ne faut cependant pas que pour donner la preuve de l'information le médecin soit tenté de faire signer des documents écrits. Cet exemple souligne le rôle des textes et de la jurisprudence dans son application. Enfin, le principe de précaution imposera à l'Etat de nouvelles obligations. Lui aussi doit se conformer aux exigences d'action, de transparence et d'information clans le domaine des soins et de la santé. L'application du principe de précaution exigera beaucoup de discernement car selon la façon dont il sera mis en œuvre, il pourra en résulter le meilleur ou le pire. C'est pourquoi il est indispensable qu'il soit précisé, encadré, codifié."""


http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=1475411

:arrow: :mercichinois:

Re: La vaccination de nos enfants

par chad » 09 Juil 2017 01:11

a partir de l'an prochain pour les mois de 2 ans

http://www.francetvinfo.fr/sante/vaccins/vaccination-obligatoire-11-vaccins-seront-obligatoires-pour-les-enfants-de-moins-de-deux-ans-a-partir-de-2018_2270461.html

Re: La vaccination de nos enfants

par fl9278 » 10 Juil 2017 09:04

Je prends le train en marche et je ne peux livrer que mon expérience.
Zéro vaccinations chez moi et mes enfants.
Zéro médicaments (paracétamol tout au plus).
Homéopathie, huiles essentiels, nourriture quasi végétarienne.
J'ai eu 3 enfants de 2 mères différentes, donc des gènes et des prédispositions familiales différentes.
Ils ont 28, 15 et 13 ans.
Zéro maladies (sauf rhumes, maux de gorges....les bricoles habituelles quoi).
Pour ceux qui me connaisse, sur le forum, on ne peux pas dire que je ne respire pas la santé.
Sans jouer les fanfarons, je pense que beaucoup signeraient des 2 mains pour avoir la forme que j'ai à 60 balais.
Maintenant, mon avis sur tout ça ?
Je pense qu'on ne nous dit pas tout lorsqu'il y a des problèmes.
Je pense que les lobbys pharmaceutique sont très influents et corrompent peu ou prou, nos politiques.
Je vous rappelle que Bachelot (ministre de la santé) était visiteuse médicale et du scandale de ces 90 millions de vaccins contre la grippe.
Je ne polémique pas plus avant.
Je reconsidérerais la vaccination quand toutes les études seront transparentes, quand tous leurs composants seront d'une innocuité totale pour l'être humain (métaux lourds, composés organiques ou inorganiques entachés de suspicion cancéreuse...)
Si l'on inculquait l’asepsie dans les écoles, les règles d'hygiène de base et qu'on éradiquait la mal bouffe, notre système immunitaire et notre santé, en général, s'en porteraient mieux.
Il y a moins de 10 ans, des médecins ont dit: "Nos enfants vivront plus vieux que nous, mais en moins bonne santé.
Aujourd'hui, des voix s'élèvent d'autres médecins qui disent: "le risque de voir la moyenne d'age des populations diminuer est devenu une quasi certitude".
Ma compagne est infirmière libérale. Je la vois préparer des semainiers de médicaments, c'est affolant !
Des prescriptions médicales de 15 voir 20 et plus, médicaments sont monnaies courantes.
Le pire, c'est que certains médicaments ont des effets opposés et que d'autres sont prescrits pour combattre les effets secondaires de ceux que vous prenez !
En conclusion, je dirais que je préfère mourir à 75 ans en bonne santé que de partir à 85, 90 ans, voir plus et bouffer des médocs depuis de dizaines d'années en passant mes journées avachi dans un fauteuil devant la télé à attendre la mort.
Je ne parle pas du coup financier COLOSSAL que cela induit.

Re: La vaccination de nos enfants

par chad » 10 Juil 2017 09:09

je pense que tu as tout à fait raison pour l'excès de prescriptions de médicaments allopathiques

c'est souvent lié à un manque de coordination des differents spécialistes (pneumos, cardios...) et un généraliste qui est soit depassé soit qui ne prend pas le temps

pour la malbouffe je suis à fond d'accord
on est ce qu'on mange

ma conviction récente est que les vaccins (et meme contenant quelques adjuvants douteux) sont infiniment moins dangereux que l'exposition chronique aux perturbateurs endocriniens et polluants issus de notre environnement (alimentation comprise)

je pense que tu as raison mais qu'incorporer les vaccins dans ton raisonnement et tes actions est (peut-etre) de trop

sans certitudes
cool pour tes gamins la santé c'est le + important

Re: La vaccination de nos enfants

par takapoto » 10 Juil 2017 09:11

Autre expérience :

"Je suis l’enfant d’une ayatollah du bio des années 1970. Je n’ai pas été vaccinée. Mon éducation a été gouvernée par des préceptes d’une draconienne salubrité..."

"L’apparente salubrité de mon style de vie ne m’a pas empêchée de contracter la rougeole, les oreillons, la rubéole, un type de méningite virale, la scarlatine, la coqueluche, une angine par an et la varicelle."


"J’ai du mal à comprendre pourquoi je connais une foule de gens qui ont souffert de complications à la suite de maladies infantiles évitables et personne qui ait pâti de complications à la suite de vaccins. J’ai des amis que la rougeole a rendus sourds. Un de mes amis est malvoyant parce qu’il a contracté la rubéole dans le ventre de sa mère. Mon ex a eu une pneumonie varicelleuse. Le frère d’une de mes connaissances est mort à la suite d'une méningite."

http://www.slate.fr/life/82019/sans-vaccin-enfance-malade

Re: La vaccination de nos enfants

par chad » 10 Juil 2017 09:13

ça veut rien dire "l'enfance la + bio "
ça se trouve elle vivait à coté d'une usine ou d'un champ de pesticides

Re: La vaccination de nos enfants

par takapoto » 10 Juil 2017 09:17

ben non. lit l'article.

Re: La vaccination de nos enfants

par fl9278 » 10 Juil 2017 09:49

Cela s'appelle tout simplement la sélection naturelle.
Perso, je connais des gens vaccinés, médicaments et tout et tout, qui sont malades en permanence.
Je ne suis pas anti médicaments, je prends des substitues naturels en priorité et dans 99% des cas, je n'est besoin de rien d'autre.
Un petit rhume ou une bronchite, je ne reste pas cloué au lit.
J'ai depuis longtemps appris à mon corps à se battre. Je pense avoir, de ce fait, renforcer mes défenses immunitaires.
Petite anecdote, lorsque j'ai donné mon sang la première fois, il y a 42 ans, on s'est aperçu que j'avais un taux d'immuno-globulines anti tétaniques naturellement très très élevées et que la vaccination contre le tétanos m'était absolument contre indiquée.....
Si avant de vacciner on faisait des analyses sanguines poussées, on s'apercevrait que la vaccination obligatoire de masse est une hérésie.
Vacciner les populations déterminées à risques, rentabiliseraient largement le coup de la primo analyse de sang et permettrait d'éviter les catastrophes sanitaires de certaines vaccinations inutiles.
Et que dire pour le budget de la sécu.....

Re: La vaccination de nos enfants

par chad » 11 Juil 2017 01:52

http://www.les-docus.com/vaccin-le-virus-du-doute/

ce reportage me fait penser =

on a arreté la vaccination systematique contre l'hepatite b en 1998 (a cause de cas de sclérose survenant dans les mois qui suivent la vaccination et le vaccin était suspecté)

elle est désormais obligatoire à cause de l'hexavalent (seul dispo si on veut faire dt polio)

je pense que c'est peut-etre un moyen de l'imposer car l'OMS veut éradiquer l'hepatite B au niveau mondial il faut pour ça vacciner 95% de la population

(accord OMS / labos ? )

Re: La vaccination de nos enfants

par chad » 11 Juil 2017 02:32

interressant l'argument economique =

-le marché des vaccins est de 500 MILLIONS au moment du reportage pour 25 milliards sur les autres medocs

MAIS un vaccin est difficilement genériquable !

et ça change tout !

et les vaccins type gardasil ou hexa (et biento 11) sont plus chers et les marges meilleures


ProRealTime

Alors partagez-le 5 fois c'est bon pour la santé