ProRealTime
Posez toutes vos questions sur la Bourse, le fonctionnement des Marchés Financiers, des cfds à risque limité, des Futures, des Actions... Questions de débutants, toutes les questions sont les bienvenues

Les bases du trading - [2] La tendance

par Elcester » 04 Nov 2019 05:35

Cet article fait suite à l’article « Les bases du trading – [1] La théorie »

les-bases-la-theorie-t31940.html

Si vous ne l’avez pas vu je vous conseille vivement d’aller le lire. Je considère les notions abordées dans l’article précédent acquis et je ne prendrais donc pas le temps de les développer à nouveau ici.

Le but de cet article va être de balayer plusieurs pistes de réflexions sur la tendance. C’est ensuite à vous de piocher, parmi les idées que je vais proposer, ce qui vous parle le mieux afin de l’incorporer à votre méthode. Par conséquent, je ne développerais pas en profondeur de méthode pour trader la tendance.

1 – La tendance à travers l’analyse graphique

1 – 1 La théorie de Dow

La manière la plus « simple » de définir une tendance est celle établie par le journaliste Charles Dow, à l’origine de la création de l’indice américain portant son nom : le Dow Jones.

Ainsi, il explique qu’on peut définir une tendance haussière si le mouvement du prix crée des plus bas de plus en plus haut et en parallèle des plus haut de plus en plus haut.

Au contraire, on parle de tendance baissière si le mouvement du prix montre des plus haut de plus en plus bas, et des plus bas de plus en plus bas.

Par extension, si le mouvement du prix n’affiche pas de nouveau plus bas ou de nouveau plus haut, on est alors en phase de range, en phase d’accumulation/consolidation.



Par ailleurs, théoriquement, l’évolution des prix forme un cycle. Une phase de tendance fait place à une phase de transition, à une période d’accumulation/consolidation, ou autrement dit à un range.

Puis, on observe ensuite une nouvelle phase de tendance, complété par une phase de range avant de créer une nouvelle phase de tendance. Et ainsi de suite.

On peut observer sur cet exemple une phase de tendance haussière, qui se dessine dans le canal haussier matérialisé par les flèches noires.

Spoiler:

Dans cet autre exemple, on peut observer cette fois ci une phase de tendance baissière, qu’on peut également borner à travers un canal baissier, représenté par les flèches noires

Spoiler:

Enfin, dans ce dernier exemple, on peut observer que le schéma vu précédemment n’est pas aussi théorique qu’il n’y parait et peut avoir une représentation réelle.

Spoiler:

Ok, je vois comment cela fonctionne désormais et je comprends l’idée de cycle, de deux phases de tendance connecté par une phase de range, d’accumulation. Cependant, dans une phase de tendance haussière par exemple, on voit bien qu’il y a aussi une phase de tendance baissière, représenté par les flèches rouges, comme on peut le voir sur le schéma initial. Alors comment on fait pour différencier les deux ?

Spoiler:


1 – 2 La différence entre mouvement et tendance

Très juste, c’est souvent cette confusion, cette mauvaise interprétation qui nous conduit à acheter des plus haut, et vendre des plus bas.

Ainsi, j’aimerais déjà apporter une nuance. Une tendance est constituée de mouvements haussiers, qui sont alors suivi d’une correction, d’une respiration des cours, c’est-à-dire de mouvements baissiers. C’est la somme de ces mouvements qui donnent, in fine, une tendance. Il convient alors de bien faire la distinction entre un mouvement (la composante) d’une tendance (le résultat).



Ainsi, chaque flèche représente un mouvement. Les flèches vertes représentant les mouvements haussiers, quand les flèches rouges représentent les mouvements baissiers. Mais c’est l’agrégat de ces deux types de mouvement qui donnent lieu à une tendance. Si les mouvements haussiers sont plus fort que les mouvements baissiers, on est en phase de tendance haussière. Les acheteurs sont plus fort que les vendeurs, le prix va donc monter
j’ai compris la différence entre un mouvement et une tendance désormais. Mais c’est encore assez théorique, tu n’aurais pas des exemples pour que ce soit plus clair ?

Concrètement, l’exemple le plus parlant de cette confusion entre mouvement et tendance est dans le cadre des rebonds.


Ce genre de rebond est emblématique, il est très facile de se faire piéger. Cela s’explique d’une part par cette confusion entre mouvement et tendance. Mais également par des biais cognitifs.

Le biais de confirmation, le fait d’accorder davantage d’importance aux informations confirmant notre croyance, en est une des raisons. On anticipe/prévoit un rebond sur ce niveau, donc dès que ça monte un peu, on voit ce que l’on veut voir, une tendance haussière, plutôt que ce qu’il en est réellement, un mouvement haussier.

En outre, il y a également la peur de manquer le mouvement qui est présent, et qui va nous pousser à nous précipiter, plutôt que d’attendre une vraie confirmation, prouvant qu’on est bien en tendance haussière

Spoiler:

Sur ce second exemple, juste après le précédent, on peut voir qu’un plus bas plus haut que le précédent apparait. Cela ne suffit toutefois pas pour confirmer ni un renversement de tendance, ni l’apparition d’une tendance haussière. Cependant, cela nous indique que la tendance baissière est possiblement en train de s’essouffler et qu’il convient d’être attentif, de chercher à repérer des indices confirmant une reprise haussière.

Spoiler:

Enfin, après l’avertissement d’un potentiel retournement vu précédemment, on a enfin une reprise haussière tangible, respectant la théorie de dow. On peut enfin constater une tendance haussière claire. Le point d’entrée idéal étant sur le mouvement baissier de cette tendance haussière.

Le cours va ensuite rejoindre 26800, un niveau psychologique. Ainsi il était possible de prendre, dans le scénario idéal, 30 points sur ce trade.

Ceci illustre l’importance de la confirmation d’une tendance avant d’entrer dans un trade. Si on anticipe, on entre sur un mouvement haussier et non une tendance haussière, cela finira potentiellement mal et le trade pourra résulter en une perte.

Au contraire, attendre la confirmation, ne pas anticiper, ne rogne que peu les gains potentiel, tout en assurant un taux de réussite bien plus important. Ainsi, il n’y a pas de raison rationnelle au fait d’avoir peur de manquer le mouvement et de ne pas attendre une confirmation pour prendre un trade.

1 – 3 Les obliques

Ok, maintenant que tu as compris la théorie de dow et que tu sais différencier un mouvement d’une tendance, on va complexifier un peu. On va aborder les obliques ! Considère la théorie de dow comme le niveau 1 à maitriser. Les obliques quant à elles sont le niveau 2 !

Spoiler:


Pour résoudre cette problématique, une des manières de faire est de tracer une ligne passant par tous les points haut dans une tendance baissière, et tous les points bas en tendance haussière.

A savoir, il faut 2 points minimum pour commencer à tracer une oblique. Plus l’oblique a de point de contact, plus forte elle sera. Cela vient de la propriété autoréalisatrice de l’analyse graphique. Plus une oblique aura de points de contact, plus il y aura de traders à la repérer, et donc plus nombreux ils seront à prendre position dans sa zone de contact. Par extension, plus une oblique sera visible sur une grande unité de temps, plus elle sera puissante.



Je comprends mieux comment déterminer une tendance grâce à l’analyse graphique maintenant Cependant, j’ai encore du mal à me passer d’indicateurs. Tu n’aurais pas des moyens de déterminer une tendance autrement ?

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par Elcester » 04 Nov 2019 05:46

2 – La tendance à travers l’Analyse Technique

2 – 1 Moyenne Mobile
L’indicateur le plus emblématique pour déterminer une tendance est la moyenne mobile. Elle représente la moyenne des prix sur un nombre de période défini. Ainsi, l’interprétation basique de cet indicateur est le suivant.



Quand les prix sont au-dessus de la moyenne mobile et que cette dernière a une pente ascendante, la tendance est haussière.

A l’inverse, si les prix sont en dessous de la moyenne mobile et qu’elle a une pente descendante, la tendance est baissière.

Par ailleurs, quand les prix gravitent étroitement autour de la MM, à la hausse comme à la baisse, et que la pente de la MM est relativement plate, on est certainement en phase de range.

J’ai déjà essayé cet indicateur et cela ne m’a pas vraiment réussi. Souvent quand le prix était en dessous de la moyenne mobile, je cherchais à vendre, et c’est à ce moment précis que le cours s’inversait ! Je vais te trouver un exemple. Ici, j’ai cherché à vendre en [3] parce que le prix était en dessous de la moyenne mobile et qu’on venait de franchir un support graphique à la baisse, une loi de dow était en train de se dessiner


Spoiler:

Effectivement, tout était bon, la prise de trade était logique, et pourtant cela n’a pas fonctionné. Il faut savoir que le trading n’est pas une science, cela ne fonctionne pas à chaque fois. Il faut considérer cela comme un univers probabiliste, cette idée a été développé dans l’article précédent.

Il faut donc être capable de prendre des pertes sans que cela n’affecte son égo, puisque cela est normal, ce n’est pas possible d’avoir raison à chaque fois.

Au-delà de ça, je pense qu’il est préférable d’utiliser deux moyennes mobiles pour ajouter un filtre supplémentaire et améliorer par conséquent son taux de réussite.

Spoiler:

L’idée est d’avoir une moyenne mobile « lente » couplé avec une moyenne mobile « rapide » pour avoir une nuance entre la tendance long-terme, et la tendance court-terme.

Cela permet de distinguer les périodes de respiration du mouvement (divergence entre CT/LT) des véritables retournements de tendance (convergence CT/LT).

C’est souvent cette confusion qui nous amène à vendre le point bas ou acheter le point haut. On pense qu’on vient d’assister à un changement de tendance quand il s’agit de la fin de la respiration. On remarque que ce filtre supplémentaire permettait de ne pas se faire avoir sur cette situation par exemple.

Je pense que cette notion de convergence/divergence de tendance est vraiment centrale.

On tend à trader contre la tendance, en s’estimant capable de repérer les changements de tendance. En conséquence, dès que l’on aperçoit un retournement de tendance à court terme, plutôt que de considérer cela comme une respiration du marché, on va considérer que c’est le début d’un retournement de tendance lourde. C’est ce que l’on désir, car cela nous permettrait de faire un trade « optimal », mais c’est très souvent juste une correction saine qui va permettre à la tendance de fond de continuer.

Ainsi, l’on va se retrouver positionné sur un mouvement à contre-tendance et se faire balayer par le marché. Imaginez que cela revient à braver une vague de 10 mètres de haut avec votre frêle esquif troué.



C’est pour cela, qu’à mon sens, il est primordial de déterminer une tendance à court terme et une tendance à long-terme. C’est l’idée des deux moyennes mobiles.

Par conséquent, il convient de trader quand les deux tendances sont convergentes. Une divergence des deux indique alors une respiration des marchés, il n’y a donc rien à faire.

Effectivement cela fait sens ! En fait, il convient d’attendre une convergence des tendances pour entrer en position afin de maximiser ses probabilités de réussites !

Oui tout à fait, c’est pourquoi il faut attendre une confirmation de changement de tendance à long terme, et donc à nouveau une convergence des tendances. Autrement, trader en divergence de tendance, c’est du trading Contrarien, et c’est beaucoup plus risqué. Cela requiert donc énormément d’expérience pour se le permettre, c’est donc vivement déconseillé !
Par ailleurs, je vais garder cette logique de combinaison de tendance pour te montrer qu’il est possible de l’incorporer dans d’autres indicateurs, et même à travers des oscillateurs (même si ça va te paraître contre-intuitif au premier abord)

2 – 2 Pivot
Une autre manière, assez similaire aux moyennes mobiles, est d’utiliser les points pivots pour déterminer la tendance. Même idée, quand il y a une convergence, on trade dans le sens de cette tendance. Pendant les respirations, on ne fait rien, c’est trop dangereux.



Effectivement, le concept se rapproche des deux moyennes mobiles ! J’imagine que c’est possible de faire cela avec plusieurs indicateurs, tout en gardant cette idée de convergence de CT/LT pour distinguer les respirations des vrais changements de tendance ?

Exactement, on peut par exemple utiliser des bandes de Bollinger paramétré en CT et les coupler avec bandes de Bollinger à LT. C’est à vous d’essayer les indicateurs et leur paramétrage et d’utiliser ceux qui conviennent le mieux à votre utilisation.

Ok, je vois ! J’ai compris l’idée, je vais tester cela sur les indicateurs que me propose mon broker ! D’ailleurs, tu m’avais dit que tu me montrerais cela sur les oscillateurs aussi et que cela allait être contre-intuitif ? J’espère que tu ne m’as pas raconté n’importe quoi !


2 – 3 Oscillateurs
Habituellement, les oscillateurs sont utilisés pour déterminer les prix extrêmes et les retournements de tendance. Ainsi, ce sont des outils efficaces pour repérer les essoufflements de mouvement et entrer sur les débuts d’un nouveau mouvement. L’idée de ces oscillateurs et de cette zone de surachat/vente est que sur cette période, les acheteurs/vendeurs se sont montrés particulièrement actif. Par conséquent, théoriquement, ils vont commencer à s’épuiser et chercher à prendre leurs bénéfices. Ce qui va possiblement donner lieu à un retournement de tendance, leurs opposants finissant par reprendre la main sur le mouvement.


Oui c’est comme cela que j’ai appris à me servir des oscillateurs en tout cas ! Mais avec ce qu’on a vu, je suis en train de me rendre compte qu’au final trader avec cette logique, du moins dans le cas présent, c’était potentiellement se positionner sur la respiration, et donc potentiellement à contre tendance !

Bien vu, tu es perspicace c’est l’idée que je voulais amener. Pour ce faire, on va incorporer une ligne médiane sur le RSI (50) en plus des bornes 30 et 70.

Spoiler:


On va alors retrouver l’idée vu précédemment sur les indicateurs. On va attendre une convergence pour se positionner ! Et finalement, en appliquant cette logique, on ne va pas se positionner sur la sortie des zones de surachat/vente comme c’est le cas d’habitude, mais sur l’entrée dans ces zones !

Ainsi, on renverse totalement l’idée d’utilisation de base des oscillateurs. Les acheteurs/vendeur ne sont pas en train de s’épuiser en rentrant dans cette zone de surachat/vente. Au contraire, s’ils sont dans cette zone, c’est qu’ils sont particulièrement en forme, alors autant faire le chemin à leurs côtés !

En fait, on peut considérer qu’entre 30 et 70 le RSI est en range, il gravite autour de son équilibre, un peu comme c’est le cas avec les moyennes mobiles et leur pente horizontale. Puis, quand on dépasse 30 ou 70, on a une indication potentielle de tendance, et donc cela peut être intéressant de suivre cette tendance
!
Effectivement, c’est l’idée. J’ai pris le RSI sur cet exemple, mais cela s’applique également pour les autres oscillateurs. C’est ensuite à toi d’aller observer tes graphiques pour aller identifier les contextes favorables à cette idée et trouver des filtres pour améliorer le taux de réussite, tout en respectant un money management adéquat !

C’est bien ce que j’avais l’intention de faire ! Par ailleurs, je viens de me rendre compte d’un truc. Depuis le début, on a étudié la tendance à partir d’un seul graphique, donc d’une seule unité de temps. Pourtant, il faudrait comparer les unités de temps entre eux, non ?

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par Elcester » 04 Nov 2019 06:00

3 – Multi time-frame et nature des trades

3 – 1 Le multi time-frame, la convergence des tendances

Une fois que la tendance sur une unité de temps sera établie, il convient en effet de la comparer à d’autres unités de temps. C’est un peu la même idée que l’on a vu avec les indicateurs/oscillateurs, la convergence de tendance, mais appliqué aux unités de temps !

Par conséquent, on cherchera à trader si on observe une convergence de tendance CT/LT au sein de l’UT5 (disons haussière) si on observe également une convergence de tendance haussière CT/LT en UT15.



Cela peut paraitre complexe et confus mais si l’on y réfléchit, une tendance haussière en UT5 par exemple, est en soit le mouvement haussier d’une tendance haussière en UT15. Par extension, la tendance en UT15 est le mouvement haussier d’une tendance en H1.



Je vois l’idée, mais quel est l’intérêt de regarder plusieurs unités de temps en même temps, ne peut-on pas se suffire d’un graphique ?


Spoiler:


Admettons que l’on regarde l’unité de temps H1. On peut remarquer en zoomant en UT15 que cela permet d’affiner son entrée et sa sortie. Ainsi, on prend potentiellement +200 points au lieu de +150, et surtout on reste 2H de temps en moins en position, donc on réduit parallèlement notre risque de cygne noir, que le prix décale soudainement.

On peut zoomer pour affiner notre entrée en position mais également prendre du recul pour garder plus longtemps la position s’il y en a l’opportunité.

Spoiler:


En somme, à mon sens, il est intéressant d’observer 3 unités de temps différentes.
=> 1 unité de temps centrale pour la prise de décision. (par exemple H1)
=> 1 unité de temps inférieur, pour entrer en position. (UT15)
=> 1 unité de temps supérieur pour avoir une vision globale, filtrer voire conserver les trades (H4)


C’est trop simple en fait ! On décide du sens de la position avec l’unité de temps centrale, on zoom pour entrer, puis on tient en regardant l’unité de temps supérieur !


Tu te doutes que ce n’est pas aussi simple. En affinant l’entrée, on prend le risque de subir un faux signal, on réduit le taux de réussite. En outre, en attendant la confirmation de l’unité de temps supérieurs on prend le risque d’un renversement de tendance sur une unité de temps inférieur et donc de se faire rogner ses gains.

Par conséquent, c’est cet équilibre entre les différentes unités de temps qui est complexe et qui va requérir énormément de pratique et d’expérience pour être maitrisé.

D'ailleurs, à ce propos, j'aimerais vous proposer une réflexion sur la nature des trades et leur différences.

Comment ça la nature des trades, ça veut dire quoi ça ?


3 – 2 La nature des trades

Il y a deux grandes catégories de trades. La première est le swing et va consister à prendre des trades sur une tendance lourde, qui va durer plusieurs séances, voire plusieurs semaines ou mois. A l’inverse, le trading intraday va consister à trader une tendance propre à la séance, et n’aura pas à gérer d’overnight/week. Dans cette seconde catégorie, on retrouve le scalping, qui consiste à prendre quelques points en quelques secondes/minutes. Mais également le daytrading, qui consiste à prendre quelques dizaines de points sur une tendance intraday allant de plusieurs dizaines de minutes à plusieurs heures.

Ainsi, les unités de temps que l’on va observer vont être primordiale en fonction de la nature du trade que l’on souhaite effectuer. Il est conseillé par exemple de regarder des unités de temps courtes pour faire du scalping puisque des UT trop grandes ne seront pas forcément pertinente.

Ok je vois, finalement ce sont des manières totalement différentes d’appréhender les cours, on va trader totalement différemment en fonction du type de trade que l’on souhaite effectuer. On ne va pas regarder les même unité de temps, on ne va pas avoir les même risques/récompenses, etc. Mais je ne comprends pas le rapport avec la nature des trades?


Ce que je vais développer par la suite résulte de mon opinion personnelle.

A mon sens, je trouve qu’il manque une catégorie de trade entre le scalping et le daytrading.

Et l’introduction de ce nouveau concept va changer l’approche que l’on a de la nature des trades.

J’aimerais ainsi introduire une nouvelle catégorie de trade, le « catching ». « To catch » en anglais signifiant « attraper », l’objectif va être « d’attraper » des mouvements entiers.

Je vous mets un schéma théorique et concis pour que vous compreniez mieux ce que j’essaie d’amener.



C’est quoi la nuance, la différence entre un scalp et un catch ? J’ai du mal à te suivre. En quoi cela change la nature des trades ? De ce que j’ai compris de ton tableau, cela ressemble beaucoup à ce que je conçois


Je commence par poster une illustration théorique de ces différents trades.

Spoiler:


Pour développer la réflexion que j’essaie d’amener, à mon sens, un catch est un scalp qui s’est très bien passé. On ne choisit pas préalablement de faire un certain type de trade. Par défaut, on va toujours aborder les marchés avec une logique de scalping.

C’est-à-dire que l’on va entrer en position, et dès que possible sécuriser notre profit à +1. C’est-à-dire que si le prix part bien et va à +2 ou +3, on va sécuriser à +1. Ainsi, dans la plupart des cas, disons 90%, le prix va refluer et on va prendre ce profit sécurisé à +1.
Mais, dans certains cas, disons 5%, il va partir très fort, et aller à +10. Ici, nous avons un choix à effectuer, prendre les 10 points directement (on catch alors le mouvement) OU laisser une chance au trade.

Dans ce deuxième cas, on va tenter de transformer le scalp en daytrade. On va également sécuriser la position à +1, et espérer que le prix ne reflux pas jusqu’à ce prix et forme ainsi une loi de dow, créant une tendance. Si tout se passe bien, on remontera alors progressivement le stop profit, en dessous des derniers plus bas, pour accompagner un maximum la tendance.

Et dans de rare cas, si les conditions sont réunies, on pourra alors envisager de transformer le daytrade en swing.

Je vous poste un schéma théorique de la nature des trades selon ma conception.



Ainsi, et j’aimerais finir sur cette réflexion, on appréhende les cours de manière totalement différente. On n’essaie plus d’imposer au marché un type de trade, mais on laisse décider le marché de l’opportunité qu’il nous offre. C’est une approche philosophique totalement différente où l’on se concentre uniquement sur la manière de faire et on laisse le marché décider du résultat.

On peut voir cela selon l’approche stoïcienne, le résultat ne nous frustrera pas car nous n’avons aucun pouvoir sur le résultat, c’est le marché qui décide. Cependant, on peut se concentrer ce sur quoi on a une influence, la manière d’entrer sur le marché, la qualité de notre trading.

Par ailleurs, c’est à travers cette approche que l’on peut concevoir un trading zen. Force est de constater qu’à travers cette approche, le stop loss maximum que l’on subira sera celui lié à un scalp. Il serait donc très restreint. Au contraire, chaque scalp aura la possibilité de donner lieu au profit d’un swing.

Les risques du scalping associé au potentiel profit du swing, n’est-ce pas là l’approche parfaite du trading ?

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par Elcester » 04 Nov 2019 06:10

4 - Ce qu'il faut retenir

Il est notamment possible de déterminer une tendance grâce à l'analyse graphique (loi de dow, oblique) ou à travers l'analyse technique (indicateurs, oscillateurs)

Il convient toutefois d'être capable de différencier les mouvements (composant) des tendances (résultat).

Par ailleurs, il est conseillé, dans le cadre d'un trading de suivi de tendance, de se baser sur une convergence des tendances CT/LT au sein d'une unité de temps. Et de coupler cette convergence à d'autres unités de temps.

Une divergence, que ce soit entre les tendances CT/LT, ou entre unité de temps laisse alors penser à une respiration des cours. La priorité est alors à l'unité de temps la plus grande.

Enfin, j'essaye de vous inviter à la réflexion sur l'approche que l'on a de notre trading de tendance en incorporant un nouveau concept, le "catching".

Même si je revendique la paternité du "catching", cette approche alternative du trading n'est pas de moi. Elle a déjà été introduite par Benoist et par d'autres membres du forum. Je n'ai fais que la synthétiser en essayant d'apporter ma contribution.

Merci à eux :merci:

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par Lucky » 04 Nov 2019 06:56

Bravo elcester
Très beau travail et très bien structuré

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par takapoto » 04 Nov 2019 07:30

Comme tous tes articles, c'est un excellent travail de vulgarisation, ni trop simpliste ni trop complexe, progressif, avec des respirations, des illustrations parlantes, peu de mots inutiles, et des phrases simples et claires.
:top:

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par ChristelleP » 04 Nov 2019 07:38

Merci pour tout ce que tu partages, Elcester ! :mercichinois:

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par Mr PSYKO » 04 Nov 2019 07:53

Merci à toi Elcester.
La quantité de travail que tu fournis pour aider la communauté est impressionnante.


Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par Thierry 29 » 04 Nov 2019 08:50

Merci et bravo Elcester !
"Les risques du scalping associé au potentiel profit du swing" Concept intéressant pour le scalper que je suis.
Sur la forme, l'idée d'associer éléments graphiques et texte avec une même couleur est super efficace.
:merci:

Re: Les bases du trading - [2] La tendance

par ChristelleP » 04 Nov 2019 09:28

Je viens de finir de lire ton article, Elcester. Le concept de catching est genial ! :mercichinois:

Articles en relation
Les Bases du trading - [1] La théorie
Fichier(s) joint(s) par Fredo.17 » 02 Oct 2019 21:13 (39 Réponses)
Les bases du trading - [4] Les confirmations
Fichier(s) joint(s) par Piaggio P7 » 13 Jan 2020 03:37 (30 Réponses)
Les Bases du trading - [3] Phases de marché
Fichier(s) joint(s) par Fredo.17 » 08 Déc 2019 23:17 (25 Réponses)
Besoin de vos lumières pour reprendre les bases du trading
par spiritdesign » 15 Aoû 2018 12:52 (5 Réponses)
Les bases de la bourse
par Abime » 03 Jan 2017 23:55 (4 Réponses)
Les bases du scalping : Questions
Fichier(s) joint(s) par Gabi » 12 Fév 2015 09:28 (132 Réponses)
la tendance !!!
par jean-marc » 19 Oct 2012 09:42 (3 Réponses)
La tendance, c'est tendance !
par Raphaël » 15 Nov 2018 15:01 (4 Réponses)
Incompréhension sur tendance
par smither » 28 Nov 2012 17:00 (10 Réponses)
Scalper la tendance.
par Abime » 27 Sep 2015 15:18 (6 Réponses)

ProRealTime