ProRealTime
On y parle Livres et Outils de Trading, Station de Trading, des livres lus sur le trading, de notre vision du trader et de son métier

Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par Daeiondf » 13 Mai 2018 17:22

Bonjour à tous,
Tout d’abord j’espère que vous avez passé un bon week end :)

Aujourd’hui je voudrai lancer un débat/appel à témoignages, ça pourrait surement aider beaucoup de gens ici. C’est surement un des problèmes majeurs quand on se lance dans le trading.

Benoist parle dans son livre du regard des inconnus sur notre trading, comment faire son « coming out de trader », expliquer son activité à des gens qui n’ont que des à priori et des trucs qu’ils ont vu dans les films et à la télé.

La même chose est valable par rapport à son entourage proche, qui n’a jamais souffert du manque de soutien de son entourage extrêmement proche qui n’a aussi que des idées reçues comme 90% des gens ?
« Tu perds ton temps »
« Cette voie ne mène à rien »
« Ce n’est pas une vraie voie »
« On ne peut plus faire de l’argent en trading »
« Ce n’est pas comme il y a 20 ans on ne peut plus se former sur le tas »
Je vous en passe des vertes et des pas mures

C’est d’ailleurs la principale qualité du forum : on peut se parler entre traders, on se comprend, on sait ce qu’on ressent et les possibilités offertes par le trading et je remercie pour cela tous les membres du forum :top:

Seulement le forum ne fait pas tout et du coup si vous pouviez parler de votre expérience personnelle et ou débattre je pense que ça ferait un bon sujet
Bonne fin de Dimanche

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par Benji77 » 13 Mai 2018 18:35

Merci pour l'ouverture de cette file ! ;)

Je ne sais pas trop par où commencer pour expliquer que j'ai eu l'habitude relativement tôt de vivre sans soutiens quelconque.
J'ai eu une enfance douloureuse (que je ne regrette pas d'avoir eu) qui m'a mathématiquement amené à vivre à l'écart des autres, ce que je souhaite à tout le monde, sans mâcher mes mots, pour le simple fait qu'on ne peut rien apprendre de soi même et des autres et de la vie en étant bercé au pleins milieu d'un troupeau.
Je me suis très tôt intéressé à la psychologie, au départ dans un but malsain. J'étais mal dans ma peau, j'avais une rancune très sévère envers mes "amis" d'enfance qui se moquaient de moi à l'école.
Bref, Si les enfants sont des anges, j'en étais bien la preuve du contraire. L'idée qu'un enfant est trop jeune pour avoir des pensées impure, c'est un mythe, une croyance injustifiée, quelque chose que la plupart des parents préfèrent se dire pour se conforter dans leur idée comme quoi ils ont bien fait leur taf parental.
Ce qui construit l'enfance, c'est ce que vit l'enfant en question de sa naissance jusqu'à ses 6 ans, et ce qu'il choisis de faire de ses découvertes durant toute son adolescence.
Petit à petit, la psycho m'a poussé à m'intéresser à ce que je découvrirais être bien plus tard (vers mes 19 ans à peu près), être du mentalisme.
C'est à mes 22 ans que mon beau-père m'a fait comprendre que j'étais mentaliste. J'adorais parler d'analyse comportementale avec lui, c'était comme un jeu, une série d'équation alchimique, j'avais pris l'habitude depuis mes 13-14 ans à observer les gens, ce qui est l'avantage ultime quand tu es écarté des autres : Tu es donc en position d'observateur.
Cancre à l'école, j'ai passé toute ma scolarité à observer les comportements humains, tout en lisant des livres de psycho, et en testant mes tour de passe passe sur les personnes que je cotoyais. (Plus aucune de ces personnes ne fait partie de ma vie aujourd'hui).
En soit on s'en fiche de tout ça, bien que c'est justement ce qui me vaut de comprendre et d'accepter cette absence de soutiens des autres.
A vrai dire, je ne cherche le soutiens de personnes, et vous ne devriez pas non plus.
S'il y a un sujet épineux sur ce forum, j'y mettrais presque toujours mon grain de sel.
Je rafole des sujets tabou, des choses insolites, parler des choses que l'on ose pas dire parce qu'on est trop pudique, qu'on a trop honte d'admettre. C'est cette partie là de l'être humain que j'ai analysé pendant tant d'année.

Ce qui m'amuse chez l'homme c'est à quel point il a peur, pour commencer. l'humanité est peureuse, lâche, hypocrite, on fait au final ce qui nous arrange, on aime par dessus tout justifier ce que l'on a pas le cran de faire, nous agissons par intérêt commun, l'altruisme n'existe que lorsque le bienfaiteur a à faire quelque chose qui n'aura pas trop d'impacte sur sa vie. Il agis simplement de par ses convictions selon son degrés de moralité.
J'aime par dessus tout, depuis toute ces années, observer sans cesse, que la personne ait 15 ans, 30, 40, 50 ans, que nous aimons tous nous mentir, nous rassurer.
"L'ennemi de mon ennemi est mon ami" ; "Quand la guerre est fini, faites des alliances", si je devais résumer le comportement humain, ce serait avec ces deux grandes phrases.
J'ai toujours adoré rester à l'écart et observer une bande de pote vivre de jour en jour. On se dispute pour un oui ou pour un non, on entre dans des dialogues intellects, tout ça pour au final montrer qui à la plus grosse. On cherche simplement à être celui qui a les arguments les plus convaincants, car on estime que celui qui a le plus d'arguments est forcément celui qui a raison. C'est alors que cesse ce duel psychologique.
C'est beau l'amitié (ironie)...
Ce qui m'amuse le plus, c'est de voir transparaitre en chacun de nous les systèmes de compensation.
Nous en avons tous sans nous en rendre compte.
Intel biais psychologique attirera un opposé inverse sur le physique et vice versa.
Une frustration intérieur étant là depuis toujours déterminera le comportement futur d'une personne, ainsi que ses goûts généraux.

Là où je veux en venir dans tout ça (parce que je m'éloigne un peu du sujet je penses), c'est que le fait de ne pas avoir de soutiens des autres, ne me surprend pas trop.
On a simplement le soutiens de ceux qui nous aime.
On pense être très aimé, mais si on décrypte les comportements et attitude de chacun, que l'on sait faire la différence entre un sourire sincère et le sourire de quelqu'un qui s'est juste levé de bonne humeur, alors on comprend que ceux qui nous soutiendront vraiment se comptent sur les doigts d'une main. ;)
La grande majorité des gens sont gentils, te donnent raison, et t'apprécient du moment que tu ne remets pas en cause leurs idées, leurs habitudes, leurs mimiques. Dès que tu rentre dans une discution où la personne en face se retrouve être le sujet d'un sujet que tu remets en cause, soudain, il se trouve que tu as tord, que tu te trompe, et c'est à ce moment que viennent les justifications. On sent soudain transparaître la peur, les sourire narquois, puis viens rapidement la méprise qui fait dire à l'autre que tu veux à tout prix avoir le dernier mot.

En réalité, discuter pleinement avec un être humain autre que son compagnon/compagne de tous les jours, il s'avère que c'est extrêmement difficile.
Donc quant à attendre d'être soutenue...

Je ne dirais qu'une chose : Soigne tes biais, sois sûr de toi, crois en toi, et fonce sur ce que tu veux faire de ta vie, parce que personne, ni ta mère, ni ton père, ni ta soeur, ni même ton ou ta petite amie ne le fera pour toi.

Tout ce que tu voudras faire, il y aura toujours un de tes précieux amis pour te dire que tu ne devrais pas le faire, Tu aura très très très peu de personne dans ta vie pour te dire : "Vas-y, lance toi, je suis là moi."

Quand on se lance dans le trading, on est seul face à tout le monde. Les gens ne pensent qu'au risque. Ils se lèvent, ils vont bosser parce qu'on leur a appris qu'il fallait faire ça. Ils ne remettent pas leur éducation en cause, ils ne remettent pas leurs parents en cause, ils ne font rien véritablement de leur vie, mais parrait-il que c'est ça le bonheur...
Ils te diront qu'il ne vaut mieux pas prendre de risque, ce qui est très drôle quand on sait qu'être salarié c'est ni plus ni moins être sur un siège éjectable...
Ils te diront de penser à ce qui pourrait t'arriver, car ils estiment avoir réussi leur vie, et ils ne veulent pas que tu fasse quelque chose de mieux que ce qu'ils ont fait de leur vie minable, sans risque, sans valeur.
Ils ne sont rien, tu es tout. Si tu penses être capable de faire mieux que les autres, eh bien laisse moi te dire que c'est probablement que tu es très certainement plus intelligent que les autres.
Les gens préfèrent vivre dans leur peur et adhérer à ce système social, car c'est plus facile que de réfléchir et de remettre en cause tout ce qu'on a appris depuis l'enfance.

Quand j'ai pris conscience il y a 3 ans que ma famille m'a mis des bâtons dans les roues toute ma vie soit disant "pour mon bien-être et ma sécurité", j'ai dégagé tout le monde, y compris mon frère, avec une lettre écrite bien salée.

Ne te laisse pas dérangé par ce qui t'encombre. fais du ménage, bouscule ta vie, bouscule sans ménagement la vie de ceux qui se laissent aller, je te garantie que sur le long terme ils te remercieront.
La gentillesse qu'on te délivrait alors par simple commodité se transformera en un profond respect parce que tu aura trouvé le moyen de vivre mieux que les autres avec des manières différentes.

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par Loorloop » 13 Mai 2018 19:02

"Qui n’a jamais souffert du manque de soutien de son entourage extrêmement proche qui n’a aussi que des idées reçues comme 90% des gens ?"

Moi :lol: J'ai toujours sélectionné minutieusement mon entourage si bien que je n'ai jamais eu ce problème (mais il est vrai que j'ai eu de la chance à la lotterie des parents).

Je pense que la première étape pour ne plus vivre cette réalité c'est de ne plus avoir besoin des autres, de personne : ni d'amis, de petit copain/copine, de famille etc...

Une fois qu'on n'a plus besoin des autres, on peut commencer à créer de vraies relations seines et enrichissantes et ne plus connaitre cette réalité. Ceci dit je suis moi aussi content qu'Andlil existe :D

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par kero » 13 Mai 2018 19:15

Loorloop a écrit:Une fois qu'on n'a plus besoin des autres, on peut commencer à créer de vraies relations seines et enrichissantes.


+1000.

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par Daeiondf » 13 Mai 2018 19:16

Loorloop a écrit:Je pense que la première étape pour ne plus vivre cette réalité c'est de ne plus avoir besoin des autres, de personne : ni d'amis, de petit copain/copine, de famille etc...

Une fois qu'on n'a plus besoin des autres, on peut commencer à créer de vraies relations seines et enrichissantes.

Le trading pour moi est l'aboutissement de cette voie là empruntée il y a des années et des années. Je pense que si je ne m'étais pas engagé dans cette voie l'activité de trader ne me serait jamais venue à l'esprit :mercichinois:

@Benji Et même ton compagnon/compagne de tous les jours, son soutien quand tu empruntes une voie inconue et eff ante est loin mais alors très loin d'être acquis

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par AgeOFforex2 » 13 Mai 2018 19:25

-"(mais il est vrai que j'ai eu de la chance à la lotterie des parents)."

pour moi aussi :joker:

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par Loorloop » 13 Mai 2018 19:29

C'est le plus difficile les relations de couple. On retombe sur l'autre file :joker:

Je pense que ça vaut vraiment le coup (peut-être l'un des meilleures investissement d'une vie) de se former dans tout ce qui est : Communication Non-Violente, Thérapies systémiques, etc... cela permet déjà dans un premier temps d'avoir des "outils" pour communiquer mais surtout, une fois qu'ils sont digérés (et non plus appliqués mécaniquement) de naturellement désamorcer les tensions dans un couple, d'exprimer clairement ses besoins à son compagnon/compagne comme celui d'être soutenu sans condition (même si on est quelque peu volatil :musique: ). Après c'est un long travail à faire avec lui/elle, mais ça vaut le coup.

EDIT :
Spoiler:
Je dis ça mais je suis comme Benoist (cf son post suivant)

@AoF Copain :mrgreen: :!:

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par Benoist Rousseau » 13 Mai 2018 19:34

j"ai toujours fait les choses sans en parler, je n'ai jamais demandé de soutient à personne quand je changeais de vie. Je n'ai jamais demandé de conseil. J'ai toujours agi sans demander l'avis des autres

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par kenzo94 » 13 Mai 2018 19:43

Ben moi on m’encourage ... :lol2:
Mes proches sont d’une vénalité déconcertante :bravo:

Re: Débat/témoignage : Le manque de soutien de ses proches

par Daeiondf » 13 Mai 2018 19:47

@kenzo Comme quoi il y a de tout je me doutais qu'un appel à témoins serait interessant


ProRealTime

Alors partagez-le 5 fois c'est bon pour la santé