ProRealTime
On y parle psychologie, psychanalyse, développement personnel... Le trading c'est beaucoup plus que des chiffres

Incertitude et prise de décision dans le trading

par Kalinoxx » 07 Mar 2019 13:32

A 12,5 ou 50 le demi pip, j'en prend 1 ou 2 je suis très satisfait.
Il faut l'être aussi avec 1 euro le point à mon avis.
Pourquoi ?

Pour s'habituer psychologiquement, pour créer des réflexes, et se prouver à soi même qu'on est capable de le faire.
Au fur et à mesure des trades passés, on se renforce pyschologiquement. Au début, beaucoup de questions, beaucoup de technicité, beaucoup de et si et si ...
Et si quoi ?
Bah rien, le marché monte ou baisse, puis stagne puis monte ou baisse puis les deux, etc, etc. Et ce sera exactement la même chose le lendemain et le surlendemain.
Une fois que l'on a compris cela c'est dejà une première étape de franchi à mon avis.
Donc on comprend qu'il faut un plan et qu'il faut le respecter au fil des jours. Si le plan est bon, alors on va cumuler les trades gagnants (si il est mauvais c'est une autre question)
Puis on continue de frapper sa balle de tennis, de jour en jour, puis de semaine en semaine. Et on se rend compte qu'en fait les événements sont récurrents. Beaucoup de récurrence dans ce monde, et bizarrement le seul point commun c'est l'être humain et sa psychologie. Très étrange n'est ce pas ?

Alors si je suis capable de le faire à 1 euro, je le serais aussi à 50 euros.
Pourquoi ?
Parce que c'est statistique.
Parce que c'est la loi des grands nombres. Si sur 1000 trades, j'ai 90% de taux de réussite avec un bon ratio risque reward, et si j'effectue les mêmes opérations, alors très probablement que les résultats seront pas loin à 10 000 trades.
En tout cas sur le papier.
Mais là où cela risque de coincer ce n'est pas sur les trades gagnants, mais sur les trades perdants. Et c'est exactement ici que la psychologie joue tout son rôle.

Facile à dire, les trades gagnants sont gagnants ...
Mais les perdants, à mon avis c'est cela qu'il faut traquer et se poser les bonnes questions.
Pourquoi un trade est perdant ? Combien ais-je risquer pour espérer combien ? Le mot espérer est important à mon sens. Au sens mathématique du moins.
La clé est dans la gestion de ces trades perdants.
Quand on lance un trade, il faut être honnête, on ne sait pas dans quel sens il va aller. Il y a les probabilités et c'est tout.
Si on croit aux probabilités, alors on accepte de perdre. Gagner tout le temps est inconcevable.
Le marché ne nous donne ni raison ni tort. Il fait ce qu'il veut.
Donc on va perdre et continuer de perdre.
La question est : est-ce que j'ai un plan si le trade est perdant. Ais-je prévu le mauvais scénario ?

Prenons l'exemple des pilotes d'avion : les mecs sont ultra performants, que ce soit sur le plan physique ou psychique. Ils effectuent des dizaines de simulations, et des dizaines de vols en conditions réelles. Mais pourtant les crash d'avions, ça existe.

Quel est le souci alors ?
Il réside tout simplement dans la prise de décision en situation d'incertitude et de stress.
Le cerveau n'arrive pas à analyser la ou les situations et on fait n'importe quoi.
C'est vrai dans pleins de domaines. Et surtout c'est vrai pour tout le monde. Parce qu'on est tous humain.

Comment y remédier alors?
Il faut un plan, ya aucune autre solution. Un arbre décisionnel.
Qu'est ce que je fais si cela se passe mal ? Quel est le niveau où je stop mon trade?

Ensuite, on peaufine. On analyse ses erreurs. On va en faire encore et toujours.
Ensuite c'est facile à dire. Extrêmement difficile à faire.
D'en prendre conscience, c'est déjà un bon début à mon avis.

Après ce n'est que mon avis, et comme TOUT le monde je peux avoir tord.
Ce qui est intéressant, c'est de partager nos avis et points de vue ;)
Désolé pour le pavé :lol2:

Re: Incertitude et prise de décision

par Guillaume de Russie » 07 Mar 2019 13:38

Guillaume, quand tu tradais à 1 euro le point, pourquoi tu allais chercher 20 ou 30 points par jour ? Pourquoi pas plus et pourquoi pas moins?
Ce n'est pas une critique, c'est juste une question.

Parce qu'a l’époque je travaillais uniquement l'aspect technique, je me foutais de la somme gagnée personnellement (je n'avais pas d'objectifs de gains journaliers), je ne voulais pas créer un gros compte car j'avais (j'ai) le capital pour cela. Mais je ne me rendais pas compte que le passage d'un petit compte a un gros compte allait nécessiter une période d'adaptation psychologique et une remise a plat de ma technique de trading pour amoindrir les risques.

Re: Incertitude et prise de décision

par Baechler » 07 Mar 2019 13:41

Du coup Guillaume c'est un peux ce que je disais sur le faite que je trades avec un tout petit compte

Re: Incertitude et prise de décision

par Zefte » 07 Mar 2019 13:42

Je suis d'accord avec ce qui tu dis mais je rejoins Guillaume qui en parlait sur la file du jour : ce n'est pas parce que tu peux le faire à 1€ que tu peux le faire à 50€. Le stress et la pression change, donc la psycho change donc le trading change. Et je suis totalement d'accord qu'il faut s'habituer à monter progressivement. Ne serait-ce que pour des raisons de connaissance des marchés, de routine, d'habitudes. Il faut une régularité, c'est évident. Prendre 1 pt ou 15 quelle différence ? Du moment que c'est dans ton setup et que tu respectes ton MM.

Re: Incertitude et prise de décision

par Guipit » 07 Mar 2019 13:43

Ma vision à court terme 2 ans 3 ans...
Augmenter la valeur du pip
Baisser le nombre de pips.

Et un jour, si il arrive augmenter les 2 .:)

Re: Incertitude et prise de décision

par Guillaume de Russie » 07 Mar 2019 13:43

Ok Baechler no problem :)

Re: Incertitude et prise de décision

par Guillaume de Russie » 07 Mar 2019 13:44

Yes Guipit, mais toi je vois que tu t'en sors deja pas mal meme a 5 euros le pip pour faire des journee a 2 digits, respect.

Re: Incertitude et prise de décision

par Kalinoxx » 07 Mar 2019 13:47

http://www.pac4.ch/Chapitre2/Erreuraccidanesth.html

Beaucoup de notion de risque, d'incertitude, gestion du stress sur ce site.

Une première piste de réflexion

Erreurs et accidents en anesthésie

Les efforts déployés depuis trente ans pour améliorer la sécurité en anesthésie ont effectivement réduit le risque de mortalité et de dommages neurologiques irréversibles de 1.0% par an ; les accidents ont diminué de 30% au cours de cette période [11]. Ces améliorations sont liées à un changement de paradigme dans l’appréhension des responsabilités en cas d’accident, à une meilleure compréhension du comportement humain face aux situations imprévues et à l’adoption d’attitudes et de techniques utilisées dans la gestion des systèmes à haute fiabilité comme l’aviation commerciale.

Pour adopter une attitude efficace face aux impératifs de sécurité, il est primordial de réaliser que toute action présente une certaine probabilité de mal tourner, et que tout système commet physiologiquement un certain nombre d’erreurs. De ce fait, la parade contre les accidents n’est pas de trouver un fautif à blâmer, mais de développer une vigilance de tous les instants et de maintenir de larges marges de sécurité. Ceci est d’autant plus d’actualité que l’on opère de plus en plus de personnes âgées et de patients très compromis, que les pressions du rendement sont de plus en plus fortes, et que les interventions chirurgicales deviennent de plus en plus complexes.

La sécurité d’un système ne s’améliore pas en prétendant qu’il est sûr, mais en analysant constamment ses erreurs et ses incidents [51]. L’anesthésiste, le patient et les machines forment un système complexe qui peut déraper à tout instant pour de multiples raisons ; en être conscient empêche de s’endormir sur la croyance que la sécurité peut être acquise une fois pour toute. Diminuer le risque d’une activité réclame une attitude proactive permanente. Quel que soit son taux de succès, le risque d’une opération reste le même à chaque fois. Le problème n’est pas tant dans l’erreur ou la défaillance que dans l’absence de prise en compte de celles-ci.

Les systèmes à haute fiabilité (High reliability organisations ou HROs) comme les centrales nucléaires, les plateformes pétrolières, les porte-avions ou l’aviation civile manipulent des technologies à risque où la moindre erreur entraîne des catastrophes, que l’opinion publique ne leur pardonne jamais. Il est évidemment hors de question d’apprendre à les gérer par l’expérimentation (trial and error). Il s’agit donc de prévoir tous les accidents possibles et de mettre au point des procédures de récupération dès qu’un incident survient. Comme la sécurité absolue n’est pas atteignable, ces organisations cultivent une recherche constante de fiabilité et une attention permanente aux moindres bévues [72]. Elles y parviennent de plusieurs manières.

Procédures hautement standardisées, utilisation constante de protocoles et de check-lists ;
Recherche active et surveillance constante des signaux qui peuvent être les précurseurs d’une défaillance avant que celle-ci ne survienne.
Culture d’entreprise axée sur la sécurité, à l’écoute des informations concernant le fonctionnement du système, et attentive au rôle de chaque individu dans le succès des opérations.
Conscience de la fragilité intrinsèque de tout système, dont la probabilité de panne n’est jamais nulle, et maintien d’un niveau d’alerte élevé pour éviter d’être désarmé face à un événement inattendu.
Capacité à maintenir le fonctionement général du système malgré le problème en cours, et à retrouver un équilibre fonctionnel en cas de stress continu ou d’incident critique (résilience élevée, grande marge de sécurité, redondance des circuits).
Structures décisionnelles flexibles assurant une gestion des crises par les experts concernés et non par le niveau hiérarchique.
Sélection des collaborateurs en fonction de leurs capacités humaines (gestion du stress, travail en équipe, faculté de collaborer et de communiquer, acuité décisionnelle, constance dans l’attention, leadership) autant que de leurs performances intellectuelles et techniques.
En quoi ces organisations sont-elles instructives pour l’anesthésie ? Certes, la médecine soigne des malades tous différents les uns des autres ; certes, les médecins cultivent le jugement individuel et la relation singulière avec leur patient ; certes, on ne peut écrire des procédures pré-établies pour toutes les circonstances. Mais dans une tour de contrôle comme dans une salle d’opération, on gère des systèmes complexes hautement organisés et interdépendants, où l’environnement se modifie constamment, où les risques d’accident sont permanents et où l’erreur peut rapidement devenir mortelle. De ce fait, le milieu hospitalier, avec un taux moyen de complications de 10% par patient, a beaucoup à apprendre de systèmes dont les performances ont un degré de fiabilité tel que les accidents ne surviennent qu’une fois toutes les 3-4 millions d’opérations.

Re: Incertitude et prise de décision

par Zefte » 07 Mar 2019 13:51

C'est pas la quantité (le nombre de points) qui compte mais la qualité. Un trade à 30 pts marchera aussi bien qu'un trade à 1 pt si les ratios sont les mêmes c'est mathématique. Ce qui compte c'est de respecter son nombre de trades, sa perte max, son TP éventuel, etc. La discipline, le respect des règles, etc. En tout cas c'est ce que je constate dans mon propre cas. A chaque fois que je lâche un peu de lest, c'est sanction immédiate. Et que ce soit en day trading ou en scalping, c'est kif kif bourriquot. J'ai essayé les deux.

PS : ce n'est que mon avis et j'aimerais avoir le votre bien entendu :)

Re: Incertitude et prise de décision

par Guipit » 07 Mar 2019 14:00

Zefte
On est bien d accord .
Mais arrêtez de faire croire que prendre 10 20 30 pips c est plus simple que 1 !!!!!
De la le débat est inutile.
On en revient toujours au même.
Pourquoi Benoist Louis etc vont pas forcément cherche r plus loin ?!?!
Parce qu ils se sont gavés des 1 ou 2 pips.

Tout le reste c est du blabla.
C est mon avis .
Alors t entraîner à chercher plus , compr dre le marché etc pourquoi pas ... Mais le but c est d e se payer fort et vite.

C est ma façon de voir les choses.
Puis faut quand même se dire que quand tu trades à 25 euso 50 euros le pip .
Et que tu une personne intelligente et censé, les risques sont mesurés.
C est sur que qi vous prenez l exemple de tous les abrutis qui tradent Come au casino les stats sont mortes .
Mais dans la vie ya pas de hasard .
Une personne qui trade avec 100 000 ou plus , je ne pense que ca soit un abrutis, et que son argent lui tombe du ciel .

Articles en relation
Je prend officiellement la décision de m'en fou*** (moquer)
par Trading72 » 06 Sep 2018 09:30 (11 Réponses)
Comment progresser dans le trading et dans sa vie ?
par Baechler » 09 Avr 2019 11:21 (14 Réponses)
Lâcher prise
par chad » 19 Fév 2016 21:41 (50 Réponses)
La concentration dans le trading
par jhana » 20 Oct 2015 12:02 (9 Réponses)
Le dépassement de soi dans son trading
par Arnaud Alcantara » 19 Juin 2017 07:47 (9 Réponses)
Engendré de la confiance dans son trading
par maginf » 23 Juin 2017 07:06 (16 Réponses)
Le circuit de plaisir dans le trading
par Burzum » 22 Avr 2018 22:23 (9 Réponses)
Réflexion sur la solitude dans le trading
par olivier19 » 03 Sep 2019 23:48 (19 Réponses)
Difficile de trader, brouillard dans le trading
par Benoist Rousseau » 28 Mai 2019 20:30 (5 Réponses)
Les choses à faire et à ne pas faire dans le trading
par olivier19 » 04 Oct 2018 14:49 (16 Réponses)

ProRealTime