ProRealTime
On y parle psychologie, psychanalyse, développement personnel... Le trading c'est beaucoup plus que des chiffres

Re: Les scientifiques et le trading

par chad » 11 Aoû 2017 01:01

n'importe quoi Plataxis
ça ne veut pas dire qu'il va quitter son métier (complement)
et s'il le quitte un jour c'est peut-etre que son métier ne lui plaisait pas (ou plus) donc qu'il aurait fini par "mal soigner" ou etre malheureux lui meme

je ne comprends pas ton raisonnement :roll:

Re: Les scientifiques et le trading

par sobear » 11 Aoû 2017 11:10

Il n'y a pas d'échelle des valeurs dans les professions on appartient tous à une société où chacun compte pour le progrès de celle ci y compris aussi pour la défendre.
Attention on s'écarte du sujet, restons dans les clous.

Re: Les scientifiques et le trading

par Eversa » 11 Aoû 2017 11:44

sobear... :mercichinois:
J'ai hâte que vous poursuiviez cette discussion vraiment très intéressante.

Re: Les scientifiques et le trading

par Rascar Capac » 11 Aoû 2017 13:25

Non xxxx, je ne suis pas psychiatre (même si j’y ai longtemps réfléchis)… Je m’oriente vers une spécialité plus « technique » et surtout plus « organique ». Effectivement sobear, l’analogie des cours d’une valeur à celle d’un tracé ECG n’est pas vraiment approprié dans la mesure où le propre des battements cardiaques est justement leur répétotoon à l’identique :lol2: du moins, quand ça rigole pas...! C'était probablement plus pour caser qu’il était cardiologue qu’autre chose….. :roll:

En revanche, même si cela doit nuancer mes propos précédents, je suis d’accord avec toi, la médecine est devenue ultra technique, basée sur des recommandations nationales/internationales, fruit d’études médicales conduites avec le plus d’objectivité possible (même si dans les faits, c’est tjrs impossible). Le but est d’instaurer une conduite à tenir unique (et jugée être celle au meilleur ratio bénéfice/risque), face à un symptôme ou un ensemble de symptômes. C’est également une façon pour le médecin de se couvrir. En cas d’accident thérapeutique, le médecin n’est pas tenu responsable s’il a correctement appliqué les recommandations médicales et cela devient alors un "aléa thérapeutique" : un accident sans faute, juste un coup de pas de chance (cet avantage là n'intéresse pas le patient, mais c'est tout de même important).

C’est le cas des jeunes médecins comme tu dis, qui y ont été formés, comme nous le sommes tout au long de notre cursus, à l’inverse des « vieux médecins de campagne », pas tjrs au courant des dernières publications et qui appliquent la médecine plus incertaine et moins fondée d’autrefois.
On regroupe d'ailleurs cela sous le terme d'EBM (Evidence Based Medicine), la médecine basée sur les preuves : si une étude à prouvé qu'administrer un médicament B lors d'un choc septique était plus efficace que le médicament A que l'on utilise jusqu'à maintenant sur la survie du patient, alors le médicament B (sous réserve d'études complémentaires allant dans le même sens), deviendra la référence pour traiter le choc septique : le nouveau gold standard.

Effectivement, beaucoup de médecins généralistes enchainent les consultes et ce, souvent en se concentrant sur le motif d’admission et uniquement sur le motif. L’attrait de l’argent y est sans doute pour quelque chose et puis il ne faut pas oublier les charges, le matériel, le personnel médical etc… Mais il existe d’autres médecins qui s’imposent des consultations d’une demi-heure par patient et forcément, à 25 euros la consulte, on devient plus difficilement rentable… Chacun est libre d'exercer la médecine qu'il souhaite et chacun est libre de choisir son médecin.

En revanche, concernant la première année, il y a effectivement plus de femmes admises, mais leur taux de réussite est souvent < à celui des hommes, elles sont simplement beaucoup plus nombreuses à se présenter au concours :mrgreen:

En revanche plataxis, je trouve cela un peu court comme réflexion… C’est une opinion que j’ai souvent rencontré et qui est pour le moins assez agaçante. Beaucoup de gens considèrent que la médecine est un métier à part (on parle beaucoup de vocation) et estime que le médecin doit sacrifier sa vie pour être au service de celle des autres. Certains s’offusquent même de devoir payer une consultation alors que « la médecine est gratuite en France ». Ces gens ont trop souvent tendance à oublier qu’il y a 9 à 14 ans d’études derrière, qui elles même ont demandé d’énormes sacrifices (je ne pense pas avoir profiter du 100ème de la vie de loisir de n’importe quel autre jeune de mon âge au cours de ces 6 dernières années). Qu'une grande partie, si ce n'est la totalité de la consultation sera prise en charge et surtout qu'il s'agit de leur santé, la chose que l'on a de plus précieux au monde.
Alors oui, payer 25 euros pour un renouvellement de pilule qui a duré 30 secondes, ça peut faire Dragées Fucca et encore... N'importe quel médecin compétent et bienveillant profitera de la consultation pour refaire un check up complet, faire de la prévention etc... Mais le jour où on consulte pour un renouvellement de pilule et que le médecin remarque une tuméfaction mammaire non connue de la patiente et qui s'avère en fait être une tumeur qui sera aisément prise en charge car encore au stade débutant, alors oui, on est bien content d'avoir consulté et de ne payer "que" 25 euros. Et pire encore, comme l'a dit sobear, ces mêmes personnes ne broncheront probablement pas quand il s'agira de payer le serrurier ou le plombier en cas de fuite... Je ne dis pas que c'est ce que tu dis, mais c'est une réflexion que l'on entend régulièrement et qui va souvent de pair avec la tienne.

La médecine est un métier comme un autre et chacun l’exerce de la façon qu’il soit, en s'octroyant les loisirs qu’il souhaite : jardinage, mécanique, trading etc... Cela ne déshumanise pas la médecine pour autant, ni même n'en font de mauvais médecin. Au contraire, j'irai même plus loin en disant qu'il est préférable pour un médecin courant après l'argent, de le gagner via le trading plutôt que de torcher ses consultations et risquer de passer à côté de quelque chose de bien plus grave ;)

Mais comme l'a dit sobear une fois encore, on s'éloigne de la relation qui lie les scientifiques au trading !

Re: Les scientifiques et le trading

par Eric_69 » 11 Aoû 2017 13:29

Bonjour Rascar Capac et bienvenu, en espérant que tu trouveras ce que tu recherches sur Andlil.

Pour ce qui est du métier (biologiste, infirmier, physicien, pompier, chimiste, ... je vous rassure, je ne vais pas citer tous ceux que je connais :lol: ), chacun peut faire avec son vécu, et l'adapter aux marchés qui sont divers et variés. C'est plus une adaptabilité de soi aux marchés qui est en jeu, plutôt qu'un concours de je ne sais quoi.
En passant, commencer avec Weinstein et voir en lui une méthode pour réaliser le bon diagnostic du marché américain, qui reste la locomotive économique et financière de ce monde, me paraît être un bon conseil, auquel j'abonde (Cf. file ouverte par xxxx). Y a-t-il une profession spécifique qui ne comprend pas la lecture de Weintein???

Attention on s'écarte du sujet, restons dans les clous.


..qui sont que -, que je pense être ingénieur de formation ou assimilé par acquisition de compétences vu son expérience en électronique et informatique, doit manier des concepts comme les moyenne mobiles - pardons, les filtres - et tout ce qui se rapporte au traitement du signal (tendance, oscillations, bruit, spectre de fréquences d'analyse) de manière surprenante, entre autres choses ;) .

Re: Les scientifiques et le trading

par Euraed » 11 Aoû 2017 14:29

Le terme "scientifique" resterait à définir, le domaine est bien trop vaste et varié pour le circonscrire à un seul terme.
Puis dans chaque domaine il faudrait également considérer le niveau de maîtrise et connaissances...

Re: Les scientifiques et le trading

par sobear » 11 Aoû 2017 16:15

Je peux te dire Rascar qu'au début où le numérus clausus était serré (10% de reçus dans les années 75) il y avait des facs où 80% des étudiant(e)s de pcem2 étaient des filles car elles réussissaient mieux leur première année.

Pour en revenir à la question initiale: est-on intellectuellement formaté par ses études et sa profession pour que cela soit un handicape ou un avantage pour trader?

Notre cerveau se modèle et se transforme en fonction de nos apprentissages, les cellules nerveuses se connectent entres elles pour former des entités chargées de la réalisation des fonctions acquises. Il y a véritablement une géolocalisation cérébrale spécifique pour chacune de nos acquisitions.
Physiquement, si je puis dire, notre cerveau ressemble à ce que nous sommes devenus.

Avant d'aller plus loin je prends un exemple tiré du livre du Professeur H. Duffau "l'erreur de Broca" où ce neurochirurgien utilise une technique visant à localiser les zones du cerveau modelées par notre apprentissage.
Son but est d'extraire des tumeurs cérébrales en faisant le moins de dégâts possibles sur les fonctions acquises jugées essentielles pour l'activité du malade.
Ainsi un patient (je modifie un peu le contexte pour regrouper 2 exemples mais ça ne change rien) parlant Allemand, Anglais et sa langue maternelle le Français voulant devenir juge pour enfant après la fin de ses études de droit en cours doit être opéré d'une tumeur cérébrale.
L'intervention consiste à endormir le patient, lui ouvrir le crâne puis le réveiller crâne ouvert (c'est indolore) et de le soumettre à une batterie de tests par un neuropsychologue afin de relever les altérations dues à une faible stimulation électrique des zones du cerveau provoquant une sorte de court circuit local pour attribuer une étiquette sur la zone explorée afin de définir une cartographie autour de la tumeur et faire un choix sur la voie d'abord avec les lésions qui en résulteront.
Dans le cas présent le choix a été de passer par la zone "apprentissage de l'Allemand" pour extraire la tumeur.
Bien sur le patient est de nouveau endormi, l'extraction est faite par la voie choisie et la boite crânienne est refermée.
Dans les suites opératoires ce patient est guéri l'ablation a été total en préservant ses fonctions essentielles (capacité de jugement, langage etc. il pourra être juge) mais il ne peut plus parler Allemand, la fonction a été détruite.

Pour en revenir à notre question de départ le cerveau se transforme physiquement avec nos acquisitions et, devant une tache à accomplir, il ira "chercher" les aires préprogrammées les plus aptes à accomplir cette tache.
Résultat, toute personne débutant une activité de trading utilisera les réseaux déjà existants dans son cerveau pour faire cette activité.
Certains auront un avantage car l'activité de trading fera appel à des fonctions préexistantes efficaces et d'autres, au contraire, seront handicapées par la conformation de leur cerveau pas du tout optimale pour le trading.

La note d'espoir: quelque soit sa conformation, la plasticité du cerveau permet de s'adapter à la nouvelle fonction par l'apprentissage à condition de faire les bonnes acquisitions.
Vous pouvez travailler dur pour connaitre par coeur tous les indicateurs, cela fera de vous un spécialiste des indicateurs mais pas un bon trader et même pire que ça un mauvais trader qui se référera toujours à sa spécialité pour résoudre ses problèmes de trading au lieu d'innover.
Voilà pourquoi aussi un bon analyste ne fera pas obligatoirement un bon trader, c'est pas les mêmes qualités.

Conclusion: pour devenir un bon trader ce n'est pas une question de quantité de travail à faire mais d'acquisition des bonnes fonctions pour trader, dit autrement si le travail est nécessaire encore faut-il qu'il soit efficace pour le trading et c'est bien là la difficulté, comment savoir ce qu'il faut apprendre pour être efficace et ne pas se disperser ? J’arrête là mais ça aussi c'est un long débat.

Re: Les scientifiques et le trading

par Euraed » 11 Aoû 2017 16:47

Tout à fait d'accord
Et il y a aussi la voie en quelque sorte symétrique; identifier les fonctions performantes et contraintes limitantes personnelles disponibles et construire ainsi en fonction son approche du trading.
Néanmoins cela ne me semble pas plus aisé que de développer de nouvelles fonctions et certainement plus difficile que d'acquérir de nouvelles connaissances.

Re: Les scientifiques et le trading

par Euraed » 11 Aoû 2017 16:50

Parenthèse, aussi surprenant que cela puisse paraître la pratique religieuse impacte également certaines zones du cerveau.

Re: Les scientifiques et le trading

par Junior » 11 Aoû 2017 18:11

Pour venir en aide aux pauvres ingénieurs, certain comme les sismologues, hydrologues ou ingénieurs météo étudient des systèmes complexes dynamiques assez comparables à la bourse!
Il sont familier avec les événements extrêmes, les lois de puissance, les systèmes chaotiques. Regardez la courbe d'un sismographe et le VIX ! :lol2:

Articles en relation
le Trading...
par trader-incognito » 14 Mai 2017 16:45 (9 Réponses)
CAP trading
par Arnaud Alcantara » 17 Juil 2017 11:46 (1 Réponses)
La liberté et le trading
par Bella Swan » 06 Oct 2015 09:15 (68 Réponses)
Confiance en soi et le trading
par DarthTrader » 28 Oct 2015 20:07 (4 Réponses)
Fin du trading ou fin du moyennage ?
par Guillaume » 12 Nov 2015 17:59 (29 Réponses)
Gestion du trading
par Pierre-trading » 09 Jan 2016 15:43 (53 Réponses)
Le trading et la mythomanie
par AlgoFlex » 14 Jan 2016 09:41 (13 Réponses)
Day trading et frustration...
par Pierre-trading » 01 Mar 2016 11:20 (18 Réponses)
Trading et inconscient...
par YanaPhil » 13 Déc 2016 22:14 (7 Réponses)
Trading et plaisir
par YanaPhil » 09 Jan 2017 23:29 (12 Réponses)

ProRealTime