ProRealTime
Vos réactions et idées sur l'actualité économique et sociale, vos lectures et questions sur l'économie
Répondre Page 1 sur 1

Les taux négatifs, se faire une première idée.

par Garex » 13 Oct 2019 20:59

Aujourd'hui Téléphone à tort



Les taux négatifs (principalement du bon au trésor) font la une des journaux actuellement, mais la Suisse a connu cela en 1979 suite à une intervention de la banque nationale suisse pour freiner l’investissement étranger.

    - Dans les années 2000, la Suède et les USA ont prêté aux banques pour relancer l'investissement des entreprises.
    - Puis en 2012 l'Allemagne puis la France ont émis des bonds aux trésors à courte échéance à des taux négatifs.
    - En aout 2019 l'Allemagne emprunte sur toutes ces échéances à des taux négatifs
    - Enfin pour finir ce petit résumé, le plus incroyable pour la fin. La Grèce (notée Caa3/CCC ultra spéculatif) a emprunté 487 millions à échéance de 3 mois à un taux de -0,02%.

Pourquoi des taux négatifs ?
Il faut pour cela connaitre un peu le fonctionnement de l'économie et des banques centrales. Au passage, je vous invite à aller faire un tour sur la chaine économique Heu?reka avec Gilles qui vulgarise l'économie de façon magistrale. Donc pour résumer, les décideurs économique se basent sur des théories pour agir. La théorie dominante nous dit que l'économie est cyclique :
    - En période de croissance, afin de limiter l'inflation, il faut augmenter les taux d’intérêt ce qui induit une baisse de la demande de crédit, et donc ralentit l'inflation.
    - En période de récession, la banque centrale baisse ses taux pour stimuler l'investissement et la consommation, et fait augmenter les prix (donc l'inflation).
Suite à la crise de 2008 les banques centrales ont injecté des quantités astronomique d'argent dans le système économique afin d'inciter les banques à se prêter de l'argent entre elles. En effet, la crise des subprimes a miné la confiance des banques et celle-ci ne se prêtent plus assez pour faire tourner l'économie. Ce quantitative easing et une mesure non conventionnelle qui doit donc aussi permettre de relancer l'économie que l'on mesure à l'aune de l'inflation (notamment la BCE à en théorie pour unique but de maintenir l'inflation proche des 2%).
Ce que l'on constate depuis des années, c'est que malgré les taux bas, malgré les QE, la croissance n'a pas explosée et l'inflation se maintient péniblement sous la cible.

Mais ou va donc tout cet argent ?
Ce que l'on voit là encore c'est que la croissance du PIB n'est pas en phase avec la puissance des mesures prises (taux négatifs et QE). Pour cela il faut juste garder à l'esprit que le PIB correspond à la production de biens ou des services. N'est donc pas compté dans le PIB tout le marché de l'occasion, vente de voitures, maisons, marché financier secondaire (le marché que nous traitons).
On peut donc raisonnablement penser que les mesures des banques centrales ont principalement servi sur le marché de l'occasion et le marché secondaire, ce qui est en phase avec ce que l'on constate, à savoir l'augmentation du prix de l'immobilier, et du marché actions. Cela favorise donc les emprunteurs mais défavorise les épargnants

Le mot de la fin.
Enfin, il est une chose sur laquelle tout le monde s'accorde, c'est que l'on ne sait absolument pas ou cela va nous mener. En cas de crise les banques centrales n'auront aucune munition pour stimuler l'économie (enfin bon, y'a des créateurs quand même, ils peuvent nous sortir un truc WTF). Les pays (les plus gros emprunteurs) ont en gros deux approches l'allemande (on en profite pour se désendetter) et la française (on en profite pour réduire les inégalités).

Bonne soirée

Re: Les taux négatifs, se faire une première idée.

par Paranouille » 13 Oct 2019 21:51

Que ceux qui n'aiment pas voir les choses en face ne lisent pas ce qui suit :

2000 ans d'histoire économique "moderne" = crises, faillite, et effondrement d'idéologie à répétition.
Dans l'ancien temps on mélangeait les pièces d'or et d'argent à d'autres métaux
pour compenser le manque de liquidité et le besoin grandissant de croissance.
Rien à changé, les États-Unis ont fait la même chose avec la fin de la convertibilité du dollar en or.
(avec deux giga guerres + le besoin de croissance à financer, tu m'étonne qu'il y ait pas assez d'or. Donc on triche)
Ça aurait pu bien se passer mais l'endettement s'est visiblement propagé au fur et à mesure que le monde croyait dans le "America First".
Le 1er s'endette à mort, pourquoi on le ferait pas nous ? (mécanique des foules, on suit le troupeau, si le leader a tord, il chutera le premier, nous on a rien fait, on a fait que suivre l'exemple et blablabla).

J'aimerais beaucoup continuer d'argumenter avec des exemples concrets, mais d'une part nous sommes en public, deuxièmement je penses qu'un trader se doit de garder certaines choses pour lui, notemment ce qui touche à l'opinion public.
Je ne penses pas que chacun (membre ou visiteur) soit prêt à tout entendre, ou plutôt ait envie de tout entendre.
Ce forum est un coin de retrouvaille entre frère d'une même passion. Ce n'est pas un guide touristique en conseils financiers (que l'on donne parfois malgré nous par le biais de sous entendu).

Mais j'ai cité cet exemple pour souligner qu'en 2000 ans d'économie moderne (je précise), la finance n'a pas changé d'un pouce. Le capitalisme existe car la nature de l'homme est de vouloir naturellement plus que le voisin, c'est comme ça, c'est en nous, c'est inné.
Les taux négatifs, ce n'est rien de nouveau, ça a toujours existé, mais nous n'avons pas toujours été 8 milliards en revanche.
Les taux négatifs ne sont que la réponse finale à une trop grande quantité de monnaie en inadéquation avec les conditions d'un cercle vertueux. Réponse émise par la/les banques centrales.
Taux qu'il n'y avait pas à avoir de cette envergure il y a 2000 ans puisqu'il n'y avait pas de banques centrales (en tout cas pas de cette nature et cette grandeur.), les choses étaient moins grosses dans leur ensemble.
Avant on passait pas par les taux négatifs, on allait directement à la case hyperinflation, ne passez pas par la case départ, et n'allez pas en prison (cf une certaine révolution...), mais au final c'est la même chose Intrinsequement, c'est le même message derrière.

Je ne saurais que trop dire qu'il est primordial de prendre des décisions en réfléchissant à l'impacte qu'elles auront dans les 30 ans à venir.

Point positif : il n'est pas trop tard.
Point négatif : il est trop tard de par le fait que l'homme est homme. Dans ce monde, l'homme est corruptible et à l'âme facilement corrompue, avec une morale qui n'a pas de mal à apaiser ses douleurs puisqu'elle s'appuie sur 8 milliards.

L'homme échoue parce qu'il aime échouer et en a besoin pour grandir.
On croit à chaque fois que ce sera mieux cette fois, parce qu'on était pas là 400 ans avant pour voir que c'était e.x.a.c.t.e.m.m.e.n.t. pareil.

Il n'y a que 4 choses qui changent : le nombre d'Homme sur terre, la masse monétaire, et la structure étatique qu'on lui construit autour.
La 4ème chose qui a changé en 2000 ans, c'est qu'on a inventé les médias pour détourner les regards...

Que ceux qui pensent que c'est nouveau, que cette fois ce sera mieux etc, fassent une prière en mon nom.
En ce qui me concerne, je ne suis pas croyant.

L'intelligence artificielle peut nous aider... Ou pas du tout. Suivant ce qui en est fait...

Re: Les taux négatifs, se faire une première idée.

par Garex » 14 Oct 2019 06:46

On peut sans doute remonter à 4 000 ou 50 000 ans aussi, ce n'est pas comparable puisqu'il est extrêmement difficile d'appliquer les indicateurs économique d'aujourd'hui à ces époques et surtout les société n'ont plus rien à voir. La complexité des sociétés ne permet pas de comparaison direct et précise. Rentrer dans ce débat serait stérile puisque tout le monde apporterait ses arguments sans pouvoir les justifier. Concentrons-nous sur la période actuelle.

Les américains ne sont pas les seuls à s'endetter. Alors peut-être le font-ils plus que les autres mais le fait est que pour créer de l'argent il faut de la dette. Les banques centrales ne créent que très peu d'argent comparé à la masse monétaire. Tout le reste est créé par les banques lorsqu'elles font des prêts.

Re: Les taux négatifs, se faire une première idée.

par Paranouille » 14 Oct 2019 08:44

"La complexité des sociétés ne permet pas de comparaison direct et précise. Rentrer dans ce débat serait stérile puisque tout le monde apporterait ses arguments sans pouvoir les justifier. Concentrons-nous sur la période actuelle. "

C'est justement précisément ça que je veux souligner.
Ils sont trop fort :top:

Articles en relation
Prêts hypothécaires à taux négatifs accordés ?!?
par Bobo » 31 Juil 2019 11:33 (12 Réponses)
Taux obligataire / Taux interbancaire
Fichier(s) joint(s) par Trading72 » 10 Fév 2019 04:31 (30 Réponses)
Taux de variation en % du PIB
par loilodan » 11 Fév 2019 14:39 (3 Réponses)
Courbe de taux USA
Fichier(s) joint(s) par Stan » 03 Jan 2019 22:22 (1 Réponses)
Le taux de pauvreté au plus bas historique
par noko » 23 Sep 2018 20:35 (21 Réponses)
baisse tendancielle des taux de profits
par cobra-san » 22 Déc 2016 01:49 (5 Réponses)
Taux de prelevement obligatoire en france
par kerlouané » 22 Fév 2018 17:44 (0 Réponses)
taux de chomage zone euro
Fichier(s) joint(s) par climatisor » 07 Oct 2018 20:31 (33 Réponses)
Conséquence de l'évolution du taux de refinancement
par vespertilio » 06 Nov 2018 22:20 (0 Réponses)
Keynes, investissement, taux d'intérêt
par Benoist Rousseau » 17 Déc 2018 20:13 (4 Réponses)

ProRealTime