ProRealTime
Pour partager sur nos Sports préférés, événements sportifs... et sur la Santé et la Nutrition

bootcamp Xtreme, 36h commando

par antares45 » 02 janv. 2022 17:30

je vous présente bootcamp Xtreme, des stages de 36h pour se dépasser physiquement et psychologiquement, dont la devise est :

" l'extrême n'a pas de limite, la limite est bootcamp Xtrème "


Avant d'en dévoiler plus, de qui et d'où ça part.

Il se prénomme Geoffrey, récent retraité de l'armée de terre, ancien chasseur alpin, instructeur de combat, et malheureusement blessé de guerre.

Il créer l'association "teamseals" https://www.teamseals.fr/ en soutien aux blessés de guerre et aux victimes d'attentat.
La moitié de l'inscription aux stages va à l'asso afin de les aider à payer les droits d'entrée ou du matériel pour que les blessés puissent participer à différentes activités sportives type spartan et autres courses d'obstacles.

Pour ça il organise, suite à la demande de certains de ses amis de découvrir ce que font les militaires en stage commando, des stages. De fil en aiguille, il rencontre Dimitri organisateur de courses d'obstacles de plusieurs milliers de personnes.

De leur partenariat nait Xtrème académy http://xtreme-academy.com/index.html
il y en a pour tous les goûts, 6h 12h 24h 36h, pour les enfants, avec votre chien ou en mode survie.

N'hésitez pas à jeter un œil, vous y trouverez un format adapté à vos envies et vos capacités, et vous en aurez pour votre argent.


Rentrons dans le vif du sujet, les bootcamp 36h, voici la liste pour 2022.
L'univers bootcamp ce sont des ateliers comme le secourisme, le secours en catastrophe, le bivouac, la topographie, la survie et la méthode naturelle.
Ensuite, chaque stage a sa thématique propre.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Maintenant mon expérience perso, j'ai participé à la military de cette année le weekend du 17 au 19 décembre, trop court à mon goût, mais à 45 ans, en étant pas prêt côté méthode naturelle, j'ai tenu 1h50 sur les 36h.
Moi quelques jours avant Attendu à 23h00 sur site pour rentrer dans le vif à 00h00, le discours de Geoffrey annonce la couleur d'entrée de jeu. D'une part il y a les gens comme moi qui font le stage "normal" on va dire, et ceux qui en ont déjà finis plusieurs cette année et leur donne droit à tenter "la trilogie", 3 stages finishers, et ceux qui ont finis tous les stages et donc tenter la "star seals".

Pour nous, ce sera un stage commando type CNEC, qui est déjà ++, pour les autres le niveau se situe sélection forces spéciales donc +++++++

Environ 40% d'abandon par stage, seals oblige on va sonner la cloche. Stage le plus difficile de tous, 36h dans la peau d'un commando.

quelques fotos pour vous donner une idée.
269783929_1274116223088829_7282481552353189513_n.jpg
269783929_1274116223088829_7282481552353189513_n.jpg (70.14 Kio) Vu 228 fois

je vous partage le retex d'une des trilogistes

Dernier évènement de l’année : le + difficile et le + exigeant de tous.
Vendredi 23h : formalités administratives et tirage au sort des Golfs.
J’intègre Golf 1, nous serons 8 : Yane Bulls, Vivien Lombard, Richard Zirmi, Thibaud Chiffoleau, Mi Ke, Jo Seals, Léa et moi.
00:00, arrivée du staff, toujours aussi impressionnant, puis le discours de Bold Seals.
J’en retiens une chose importante, les étapes de l’hypothermie : fraicheur > frissons > tremblements > arrêt des tremblements. Donc, tant qu’on tremble, le corps lutte pour se réchauffer, donc c’est ok.
Après avoir mis qqls affaires de nos sacs dans des caisses, go pour la méthode nat’.
Bon, ça va, ça, on connait : pompes, burpees, squats, sprint, ramping, cachez-vous, revenez, au sol, debout, au sol, au sol, auuuu sooooool !!!! Et…à partir de là, le programme n’a plus eu aucun rapport avec les bootcamps 36h classiques.
Nous voilà les 32 trilogistes embarqués en véhicules. Après un petit trajet au confort rustique, on est débarqués et on part pour une marche. Malgré la pleine lune, croyez-moi on n’y voit pas grand chose. On distingue à peine notre camarade de devant, mais c'est suffisant pour suivre le bon chemin.
Pendant qu’on marche en silence, on s’occupe, on compte nos double-pas, on essaye de prendre des repères sur le parcours, au cas où.
Arrivés sur site, on est plongés dans l’inconfort, et…dans le froid ! Car oui on est habillés, mais mouillés. Et, en plein décembre, ça pique ! Je grelotte, mais je me souviens “tant que vous tremblez, c’est ok, rien de grave”. Alors c’est bon.
Puis on nous a posé des questions, l’occasion de raconter ma légende 😉. Il y avait là une fille qui se réchauffait avec une soupe. Et Octave. Et un autre gars, qui, lui, faisait pousser des champignons dans une grotte. J’ai aussi le vague souvenir d’avoir vu un visage à travers une fenêtre. Mais bref, passons, ça serait trop long à tout raconter.
Un atelier boxe, qui m’aura bien sonné, et une épopée dans les bois plus tard (à cause d’une histoire de phares allumés), on se retrouve les 3 golfs près du canal.
Là, on doit construire un radeau avec nos caisses et ce que l’on trouve autour de nous. Il fait encore nuit et le froid ne nous quitte pas. On s’organise, je pars chercher du bois avec les copines, toutes aussi grelotantes que moi. Ça nous réchauffe pas, mais c’est toujours mieux que de rester statiques.
Au petit jour, on doit porter notre radeau sur plusieurs km. S’il s’écroule, on doit tout prendre à la main. Et bien sûr…bref, vous l’avez ? Après 50m, on a tout porté à la main.
On rejoint une zone où nous attendent le staff et des canoës. Un rapide repas, on enfile les gilets, et go pour continuer notre route en pagaie. Enfin, surtout les garçons, car avec 2 pagaies pour 3, je me suis laissée porter par leurs coups de rames, m’occupant plutôt de la lecture de la carte.
Arrivés plus bas, changement de programme !! Alors oui on va continuer de descendre le canal, mais…sans les canoës !! Hein ? Oui oui. Pas à côté, ni le long du canal, non non…bien DANS le canal.
Je rappelle : décembre, en Sologne, dans l’eau, après une nuit blanche et glacée. Hummm, on sent le début de la fin ou pas ? Bon… impossible d’y échapper. Allez, faut y aller, on le savait. Je me rappelle “tant que vous tremblez, c’est ok, le corps lutte pour se réchauffer”.
Eh bin je vous dis, il a bien lutté ! Je me disais pourvu que je n’arrête pas de trembler, signe que le froid gagnerait du terrain et mettrait fin à l’aventure.
En file indienne, on avance dans cette eau glaciale qui nous rougie les jambes, on s’encourage, on lutte, on s’accroche. C’est interminable ! Chaque virage dévoile un nouveau tronçon sans fin à parcourir.
Le haut du corps restait à peu près SEC. Enfin... jusqu’à ce qu’il faille passer sous un pont, nage et donc immersion obligatoire pour les petits qui n’ont pas pied.
Sur la rive et sur l’eau en canoë, le staff veille sur nous, prêt à réagir au moindre souci. Les encouragements de Peg Loisy Camus à ma gauche et Mikl Baz à ma droite raisonnent encore dans ma tête, j’avais pas le droit de lâcher, pas là en tout cas, pas encore.
Sortis de l’eau après 5km, on est tous un peu hagards. Faut se changer, mettre du SEC, du chaud, vite. brrr. On se motive, on s’aide. Ouf, ça y est. On est parés pour la suite. Une belle étape de franchie.
C’est reparti pour une longue marche jusqu’au camp, portant les caisses devenues encore plus lourdes, lestées de nos affaires trempées. Certains portent un peu plus souvent ou un peu plus lourd que les autres, mais bon, l’important est bien d’avancer ensemble.
Enfin le camp ! Et une pause nous y attend, une soupe chaude, des rations et environ 2h d’autonomie pour nous remettre en condition.
Le groupe est réduit, les épreuves précédentes ont eu raison de qqls camarades.
On se change, on refait nos sacs, on partage les rations. Beaucoup profitent de ce répit pour dormir. Moi, déjà j’ai pas mon duvet, et surtout je trouve louche qu’on ait du repos. Je m’attends à tout moment à un évènement qui nous surprendrait dans notre sommeil. Et puis je sais depuis Barchon que je peux tenir 2 nuits sans dormir, donc autant rester en veille. On a bien eu la visite de quelques anges gardiens bienveillants (merci les amis, ils se reconnaîtront) mais pas d’attaque. Bon, j’ai psychoté pour rien. Alors je sors une couverture de survie et m’y recroqueville. Et bien sûr, 5min plus tard, “vous avez 10min pour tout remballer et être prêts”. Allez, on verra le repos une autre fois, la nuit tombe et la suite de l’aventure nous attend.
Place à un atelier : apprendre à interpeller un individu coopérant puis non coopérant. Très interessant, mais pas si facile quand on est pas du milieu. J’aime bien les ateliers dans les bootcamps, toujours animés par des pros, des passionnés, et toujours faits avec pédagogie et bienveillance.
Ensuite, on se remet par golf. Golf 1, nous ne sommes plus que 6 sur 8.
Briefing par Jérem Pnn pour la mission de nuit et c’est parti.
Phase 1 : rejoindre un partisan à plusieurs km en un temps donné sans passer par les routes principales.
Phase 2 : rejoindre le campement du chef d’une milice pour espionnage avant attaque. Attention, les véhicules circulent, on doit se faire discrets sous peine d’être chopés, donc obligation de couper à travers les bois et forêt. Et lorsque nous sommes obligés de parcourir une partie à découvert, je peux vous dire qu’aux moindres phares et au moindre bruit, c’est plongeon dans les bois à la méthode du sanglier. Ah, ce moment épique, “avancez le + loin possible à couvert dans le talus” “mais ya des ronces et des branches, suis coincée” “avanceeeeeezzzz, vite vite” “craaac” “c’est une branche ou ma jambe?” “peu importe, a-van-cez” !
Hey hey, en attendant personne nous a vu 😉.
Encore merci à Yann qui nous a mené sur cette mission d'une main de maître !
Arrivés sur zone, nous devons attendre les 2 autres golfs et prendre des renseignements sur les targets. Là aussi, grand moment lorsque nous pensons être encerclés de miliciens prêts à nous capturer (c’était des bosquets…).
Puis c’est le go de l’attaque, ça crie, ça court, ça s’enfuit, ça capture…
Et le jour se lève, avec lui un début d’espoir d’être finisher ? Surement pas le moment de penser à ça, il reste encore des épreuves, et rien n’est jamais gagné d’avance.
On est déposés à 30km du camp. Objectif : rentrer avant 12h. 12h01 et c’est l’élimination.
On est un petit groupe isolé de 6 “Vous avez des cartes avec vous ?” “non” “ok parfait. Allez bon courage, ne trainez pas”.
On est épuisés, on ne sait ni où on est, ni par où aller, et on n’est pas encore vraiment remis de nos émotions ! Mais notre petit golf-phoenix est plus déterminé que jamais, on ne lâchera pas, plus maintenant. On est prêts à courir 30km encore pour arriver à temps. On voit les panneaux, on reconnaît le nom des villes, les parcours, les routes, les chemins, go go go.
Puis, pas de chance : zone de chasse, interdit de passer ce jour-là, alors on contourne, on perd du temps on le sait. Mais hors de question de renoncer. Alors peu importe les douleurs, les kg sur le dos, la dette de sommeil, les jambes, les pieds, les épaules qui n’en peuvent plus, on fera le max, tous les 6.
Puis le camp ! Il est là. On y est. On apprend qu’on est dans les temps. Les copains nous prennent dans les bras.
Mais…Alors vraiment ? C’est fait ? on a du mal à y croire. Perso je suis un peu à l’ouest, c’est un peu la confusion. Bon, bref, la pression commence à retomber. C’est fini.
A moins que…
La voix d’un instructeur tranche dans cette ambiance de fin. C’est Patrick Vulquin qui nous appelle. On sent comme un air de “vous croyiez vraiment que c’était fini?”
“Allez, vous 6, vous avez 30 SEC pour vous mettre en condition, sac à dos à dos, et vous me suivez”. Outch !
Et voilà golf-double-phoenix rassemblant ces dernières forces pour un parcours final dantesque.
Pour moi, certainement le moment le plus fort de cette aventure, pour 1001 raisons.
Parce que la military…c’est pas si facile 😉
“Elle savait que c’était impossible, alors elle l’a fait”
Trilogiste finisher - Star Of Seals 2021 finisher.


Dès que j'ai plus de fotos j'en remets


En espérant vous donnez envie

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par Marco88 » 02 janv. 2022 17:59

:merci:

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par Amarantine » 02 janv. 2022 18:13

:o Mais c'est complètement fou !
Se surpasser est bien le mot.
Mais quel sportif cet antarès!

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par antares45 » 02 janv. 2022 18:26

Oui enfin 1h50 sur 36, il est loin le sportif pour l'instant :lol2: :lol2:

Dernier week-end de janvier, je descend a draguignan faire l'édition PACA thématique pompier sécurité civile

J'espère aller au bout :prier:

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par Amarantine » 02 janv. 2022 18:43

Tu as l'intention et le courage, le reste suivra.
Et il n'y a jamais d'accident?
Tu nous tiendras au courant j'espère si tu fais des exploits. :mrgreen:
Et...
Spoiler:
mea cupa. Je viens de revoir ta présentation et en 2016, je n'avais pas encore rédigé mon message de bienvenue et du coup, tu n'as pas eu le lien où tout est expliqué. Désolée, tu ne pouvais pas le deviner.

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par Francis1 » 02 janv. 2022 18:50

:merci:

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par ChristelleP » 02 janv. 2022 19:50

merci pour ce partage Antares ! :mercichinois:

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par antares45 » 02 janv. 2022 20:10

L'exploit est d'aller au bout tout simplement

Aucune compétition, chacun vient avec ses objectifs, ses points fort et faibles, arrête quand il dépasse ses limites, et l'esprit de cohésion joue beaucoup sur le psycho.

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par Benoist Rousseau » 02 janv. 2022 20:24

Incroyable.

Merci pour ce partage

Re: bootcamp Xtreme, 36h commando

par Amarantine » 02 janv. 2022 20:40

Pas d'esprit de compétition, c'est suffisamment rare pour qu'on le signale.
Spoiler:
surtout chez les hommes