ProRealTime
Pour partager sur nos trades en direct en Day Trading et en Scalping ainsi que nos informations ou réactions sur l'Actualité Boursière

File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par Eversa » 17 Oct 2018 21:35

Coucou amis traders!

Hier, je vous ai promis un sujet un peu plus sérieux que la vie des hippies dans les années 70, alors on va se cultiver un peu en parlant de l'histoire de l'écriture, mais ce sera assez superficiel, il y aurait tant à expliquer!

Le livre tel qu'on le connait a connu de grandes révolutions au fil de l'histoire. Parler des différents supports de l'écriture c'est également aborder les principaux changements historiques du monde occidental : la naissance de l'écriture, l'entrée dans la Renaissance marquée par l'invention de l'imprimerie, la démocratisation du livre qu'a connu notre période contemporaine... et bientôt, peut être, le livre uniquement disponible sur tablette numérique.

Voici les principales étapes de l'évolution de l'écriture:

1) L'Antiquité : de l'invention de l'écriture aux premiers livres

- Les tablettes cunéiformes de Mésopotamie.

C’est en Mésopotamie, correspondant à l’actuelle Irak, qu’apparaît l’écriture, vers l’an 3 000 avant notre ère : pour la première fois, un système organisé de logogrammes (des dessins correspondant à une notion ou à une suite phonique constitué par un mot) et de phonogrammes (signes graphiques représentant un son) permet de reproduire la pensée.



C'est avec une tige de roseau taillée, le calame, que les Mésopotamiens gravent des symboles cunéiformes (en forme de clous) dans des tablettes d’argile encore fraîche. Ces tablettes sont dans un premier temps, utilisées principalement pour l’administration.

Toutefois, à côté des registres de comptes et des contrats commerciaux, apparaissent peu à peu des textes plus ambitieux : vers 1700 avant Jésus-Christ est ainsi rédigée l’Épopée de Gilgamesh, la plus ancienne œuvre littéraire que nous connaissions. Ce récit, qui retrace la vie d’un roi de légende, est gravé sur pas moins de onze tablettes.


- L'Égypte et le papyrus

Les Égyptiens inventent bientôt un support plus pratique : le papyrus, qui apparaît vers l’an 2000 avant notre ère.



Le papyrus est obtenu grâce à l’assemblage de fines lamelles découpées dans la tige des roseaux. Elles sont humidifiées et disposées perpendiculairement les unes aux autres.

Les morceaux ainsi constitués peuvent être assemblés et former ainsi d’important rouleaux (le plus grand papyrus connu, le papyrus Harris mesure près de 41 mètres, il recense les donations au temple et raconte les règnes des pharaons Ramsès III et Sethnakht). C’est sur ces fines feuilles que les scribes dessinent les hiéroglyphes sacrés à l’aide d’un calame trempé dans de l’encre. Cependant, dans les faits les scribes utilisaient surtout l’écriture hiératique, hiéroglyphes simplifiés, plus adaptée à l’écriture manuscrite.

Et c’est également sur du papyrus importé d’Égypte que les Grecs et les Latins vont consigner leur riche littérature.

- Rome et le volumen
Collées l’une à l’autre, les nombreuses feuilles de papyrus qui composent une œuvre finissent par former une bande longue de plusieurs mètres, que l’on enroule autour d’un bâton.



Les premiers ouvrages ont ainsi la forme insolite de rouleaux, les volumina (au singulier : volumen, d’où le terme « volume »), comme on en trouve alors par centaines de milliers dans les rayons de la plus grande bibliothèque de l’Antiquité, à Alexandrie. Mais le volumen ne survit guère à l’Empire romain.

Peu pratique à manier, car, pour lire, il faut sans cesse le dérouler d’un côté et l’enrouler de l’autre, il est à la fin de l’Antiquité remplacé par le codex : pour la première fois, les feuilles sont pliées et reliées les unes aux autres ce qui permet au lecteur d’accéder directement aux chapitres. La numérotation des pages fut instaurée en même temps que cette révolution.

Le livre moderne, dont on feuillette les pages, est né.


2) Le Moyen Âge : des moines copistes à l'invention de l'imprimerie


- Les moines copistes du Moyen Âge

Durant les premiers siècles du Moyen Âge, la pratique de l’écriture recule considérablement : Charlemagne lui-même ne sait signer que d’une simple croix !



Les moines sont presque les seuls à perpétuer cette tradition. Dans les scriptoria (au singulier : scriptorium, les ateliers d’écriture des monastères), ils produisent des livres manuscrits. On écrit désormais sur du parchemin, nettement plus solide que le papyrus, puisqu’il est réalisé à partir de peaux d’animaux. La légende raconte que le parchemin serait apparu pour la première fois au IIe avant Jésus Christ lorsque le pharaon Ptolémée II aurait interdit l’exportation du papyrus vers Pergame car la bibliothèque de la ville rivalisait avec celle d’Alexandrie. Ainsi s’expliquerait l’origine du mot parchemin : littéralement « peau de Pergame ».

Sur ces fines feuilles de chair, les moines recopient des textes religieux et des œuvres de l’Antiquité. Leurs manuscrits, soigneusement calligraphiés, s’enrichissent d’images raffinées peintes par des artistes de talent : les enluminures. Somptueusement reliés, ces livres coûtent si cher qu’ils restent l’apanage de collectionneurs fortunés, clercs ou laïcs.


- Le XIIIe siècle : et les Chinois firent venir le papier

Après l’an mille, dans les villes occidentales en plein essor, apparaissent des ateliers d'« escrivains » non religieux



Les libraires qui les dirigent essaient de réduire le coût des livres. C’est ainsi qu’au XIIIe siècle, venant de Chine, est introduit le papier en Occident. Les libraires remplacent ainsi le parchemin par celui-ci, nettement moins cher, puisqu’il s’obtient en réduisant en bouillie de vieux chiffons.

La littérature médiévale est tout de même productive. Souvent écrits en latin, certains ouvrages, aujourd’hui encore célébré comme des chefs d’œuvres, notamment la littérature courtoise : Tristan et Iseult, les lais de Marie de France ou les œuvres de Chrétien de Troyes.

Si l’impression xylographique (bois gravé), utilisée en Chine depuis le VIIIe siècle arrive seulement en Occident au XIIIe siècle (les premiers exemples d’utilisation de cette technique datent de 1420 environ), les libraires rêvent surtout de percer le secret de ce qu’ils nomment « l’écriture mécanique ».


- L'invention de l'imprimerie

Après bien des expérimentations, le premier à parvenir à imprimer un livre est un Allemand, Johannes Gutenberg en 1450.

]

En 1450, dans son atelier de Mayence, il met au point le procédé de l’imprimerie : sa presse à bras permet de reproduire, sur papier, la forme de caractères métalliques préalablement encrés.

Le premier livre ainsi imprimé, la Bible a quarante deux lignes, dite Bible de Gutenberg parait en 1454.

Plus besoin d’écrire à la main : le gain de temps est phénoménal. Pourtant, les premiers livres imprimés (on les appelle incunables [du latin incunabulum, qui signifie berceau] ceux parus avant 1500), restent longs à produire. Véritable best-seller de l’époque, La Chronique de Nuremberg, publiée en 1493, n’est par exemple tirée qu’à mille huit cents exemplaires. Néanmoins, on estime qu’au total, en Europe, ce sont quinze à vingt millions de livres qui sont imprimés avant 1500, dont plus de trois quarts d’entre eux en latin.


3) Les temps modernes : de l'impression industrielle au livre numérique


- la révolution industrielle à nos jours
La presse de Gutenberg, améliorée ponctuellement, sera utilisée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. C’est seulement lorsque la demande du public en livres et en journaux augmente subitement que les inventeurs se voient dans l’obligation de repenser la technique de l’impression.



Au XIXe siècle, celui de la révolution industrielle, les progrès sont fulgurants : l’invention de la machine à fabriquer le papier en continu, puis celles de la presse rotative et de la machine de composition linotype, font exploser la productivité. Le procédé offset, mis au point en 1904 et encore utilisé de nos jours, couronne ce processus : l’imprimerie devient une usine, dans laquelle de gigantesques rouleaux encrent des dizaines de feuilles à la minute. C’est ainsi que, dès 1914, quatre journaux parisiens peuvent tirer à plus d’un million d’exemplaires par jour. L’écriture manuelle a, quant à elle, longtemps résisté à la modernité : on n’aura jamais autant écrit à la main qu’au cours du XXe siècle ! Les manuscrits d’auteur, les actes de notaire, les lettres de particuliers perpétuent sans faiblir la tradition des scribes de l’Antiquité… Mais au tournant du XXIe siècle, l’usage de la plume finit par régresser.

- La tablette numérique : l'avenir ?
Peu à peu, qu’il soit manuscrit ou imprimé, le texte sur papier tend à s’effacer devant le caractère immatériel du texte numérique.



D’ores et déjà, les tablettes numériques sont équipées de mémoires pouvant contenir plusieurs milliers d’ouvrages. Au Japon ou aux États-Unis, le livre numérique représente déjà près de 10 % du marché du livre.

Ce rapport à la tablette numérique change en profondeur le rapport à l’objet qu’est le livre tel qu’on le connait depuis plus de 500 ans. Lorsque tous les écrits connus tiendront enfin dans un espace infime, ce seront les efforts de tous les scribes, de tous les copistes, de tous les libraires de l’Histoire, qui seront à jamais récompensés…

Un des plus vieux idéaux de l’humanité se trouvera ce jour-là, enfin, à portée de main : tout le savoir à la disposition de tous.

Le calendrier économique du jour:




Je vous souhaite une journée de trading dans la plénitude.
Très bonne journée à tous et on se retrouve demain pour un Good Trading façon Eversa, plein de poésie.

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par noko » 18 Oct 2018 04:57

cacou les caceurs :bravo: :bravo: :bravo:

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par Benoist Rousseau » 18 Oct 2018 07:20

USA
14h30 Indice d'activité "Philly Fed" / octobre – 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 13 octobre

American Express / résultats du T3 (après Bourse)

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par Alex44 » 18 Oct 2018 08:39

Salut la file,

Merci pour l'open (à étudier plutôt qu'à lire)

Pas clair ce marché, à suivre.

Bons trades

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par Benoist Rousseau » 18 Oct 2018 08:57

Les marchés financiers hésitent. Ils sont pris entre des nouvelles contradictoires : les tensions politiques sont toujours vives (Italie, le Brexit, la guerre commerciale americano chinoise) et d'excellents résultats des entreprises américaines.

Il va donc falloir suivre la tendance très court terme et mettre des stops de protection. Idéalement des stops profit. Le rebond initié il y a 48 heures semble encore d'actualité, mais tout peut basculer sur une nouvelle tension politique. Nous sommes donc dans une situation délicate. L'économie américaine va très bien (confirmé hier soir par le livre beige du FOMC) ce qui porte les marchés boursiers. et d'un autre côté, les tensions politiques apportent du stress et de l'incertitude à moyen terme.

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par Alex44 » 18 Oct 2018 08:59

Merci Benoist, à noter la belle envolée pour carrefour qui a simplement indiqué ne plus perdre de part de marché, cela prouve qu'il y a encore de l'appétit mais avec beaucoup de sélection.

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par BearIsDead » 18 Oct 2018 09:46

Salut ;) Merci Eversa. Fervent consommateur du livre papier, je suis principalement passé au numérique. Beaucoup d'avantages pratiques VS le papier (on peut notamment transporter sa bibliothèque entière dans un simple smartphone, et switcher indifféremment d'appareil puisque les données sont centralisées sur le Net.). Et puis pas besoin d'abattre des arbres :p (certes il y a l'empreinte écologique de la fabrication et de l'électricité).

Merci Benoist.

Salut Alex. Concernant ma remarque d'hier sur le rapport Gain / Loss de 12pts / 70pts (voire plus), je ne prétendais pas avoir la science infuse, après tout je ne connais pas toutes les méthodes de trading existantes. :p Juste que ça nécessite un taux de réussite conséquent, digne du scalping.

Bonne journée tout le monde.

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par moustique » 18 Oct 2018 10:16

Belle petite baisse depuis 10h.
Placé à l'achat sur le pivot 4h à 5143.
EDIT : on a fait 5145, dommage.
Une autre occasion viendra.

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par RoRoy » 18 Oct 2018 10:39

Bonjour

5150 achat ? hésitations

Re: File CAC du Jeudi 18 Octobre 2018

par Alex44 » 18 Oct 2018 10:42

Salut Bear,

Ne t"inquiètes pas c'était parfaitement fondé comme remarque, c'était pas bon comme trade, je m'en sorts bien, donc la chance pas de la technique :musique:

2/0/1: -1pt, pas grand chose à se mettre sous la dent.

Bonne journée

Articles en relation
File CAC du Jeudi 4 Octobre 2018
Fichier(s) joint(s) par Benoist Rousseau » 03 Oct 2018 19:28 (21 Réponses)
File CAC du Jeudi 11 Octobre 2018
Fichier(s) joint(s) par beloul » 10 Oct 2018 23:05 (16 Réponses)
File scalping day trading du Jeudi 4 Octobre 2018
Fichier(s) joint(s) par Benoist Rousseau » 03 Oct 2018 19:26 (861 Réponses)
File scalping day trading du Jeudi 11 Octobre 2018
Fichier(s) joint(s) par ManiakTrader » 10 Oct 2018 23:01 (663 Réponses)
File scalping day trading du Jeudi 18 Octobre 2018
Fichier(s) joint(s) par Abime » 17 Oct 2018 21:15 (630 Réponses)
File Scalping et day trading du jeudi 25 octobre 2018
Fichier(s) joint(s) par Guipit » 24 Oct 2018 23:52 (433 Réponses)
File CAC 40 du jeudi 05 octobre 2017
Fichier(s) joint(s) par ben.r » 04 Oct 2017 18:55 (4 Réponses)
File du CAC du jeudi 26 octobre 2017
Fichier(s) joint(s) par Howard » 25 Oct 2017 20:36 (33 Réponses)
File scalping et day trading du jeudi 26 octobre 2017
Fichier(s) joint(s) par Burzum » 25 Oct 2017 20:42 (653 Réponses)
File CAC du Vendredi 5 Octobre 2018
Fichier(s) joint(s) par RoRoy » 04 Oct 2018 20:23 (43 Réponses)

ProRealTime

Alors partagez-le 5 fois c'est bon pour la santé