ProRealTime
On y parle psychologie, psychanalyse, développement personnel... Le trading c'est beaucoup plus que des chiffres

Stoïcisme

par Elcester » 01 Fév 2020 17:09

Dans le cadre de ma semaine d'ouverture je me suis imposé comme challenge de vulgariser plusieurs courant philosophique, tout en essayant de dresser des parallèles avec le trading.

Il se peut que par soucis de vulgarisation ou de mauvaise interprétation de ma part, je puisse faire des erreurs. Mon but n’est évidemment pas de travestir la pensée des auteurs et je serais plus que ravi d’en discuter avec vous afin que l’on puisse s’enrichir mutuellement.

A mon sens, le stoïcisme est sans doute la philosophie la plus adapté au trading, c'est pourquoi je vais essayer de développer ce courant davantage.

Responsabilité et impuissance

Ce courant de pensée met un point d’honneur à différencier ce qui dépend de nous de ce qui ne dépend pas de nous. En d’autres termes, on peut voir cela comme une dichotomie entre ce qui fait partie de notre responsabilité, et ce qui n’est pas notre faute. Je suis responsable de mon comportement, de mes actes. Mais il ne dépend pas de moi, d’être grand ou beau par exemple.



La nuance entre ce qui n’est pas notre faute et ce qui est de notre responsabilité n’est pas forcément évidente. En outre, il peut s’avérer plus facile de fuir sa responsabilité, de considérer que cela n’est pas notre faute, afin de protéger son égo. Et pourtant, la compréhension de cette nuance est primordiale.

Certains aspects du trading ne sont effectivement pas de notre responsabilité, à l’instar des cygnes noirs qui ont un caractère imprévisible. Toutefois, même si ces décalages de cours ne sont pas notre faute, il est tout de même de notre responsabilité d’en avoir conscience et de prendre des mesures pour s’en protéger. C’est notamment le rôle du Money Management.

Dans le même temps, le trading étant un univers probabiliste, le résultat d’un trade ne dépend pas de nous une fois qu’il est ouvert, mais bien du marché. C’est le marché qui décide s’il nous donne tort ou raison. En ce sens, on ne devrait ni s’enorgueillir d’un trade au résultat positif, ni s’apitoyer d’un trade au résultat négatif si celui-ci a été pris selon sa propre méthode. En effet, d’après les stoïciens on ne devrait pas être affecté par ce qui ne dépend pas de nous, puisque par définition, nous n’avons pas d’emprise dessus.

C’est alors en comprenant ce qui n’est pas de notre faute et ce qui fait partie de notre responsabilité qu’il est possible de l’accepter. Puisque reconnaître sa responsabilité permet de comprendre que nous avons un impact sur la situation. Il est alors dans notre capacité de modifier cette situation afin de la rendre satisfaisante. Au contraire, quand cela n’est pas de notre faute, il est totalement inutile de s’apitoyer sur son sort, de s’énerver. Il convient alors d’accepter ses propres limites, son impuissance.

Faut-il pour autant considérer le Stoïcisme comme une philosophie de la passivité ? Dans le sens où il faudrait accepter que parfois nous sommes impuissants. Faut-il pour autant accepter les injustices, que quelqu’un nous manque de respect, etc ?

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre»


Ainsi, cela va à l’encontre d’une philosophie de la passivité et donc qu’il ne faut pas tout accepter. Il convient selon les Stoïciens de déterminer notre impact sur la situation dans un premier temps. Puis dans un second temps de s’activer à changer ce qui peut l’être, et cela, à notre propre échelle.

Croire que l’on puisse changer le monde tout seul est ainsi potentiellement irréaliste. Toutefois, ne pas agir pour changer son environnement proche va à l’encontre de la philosophie Stoïcienne. Je trouve qu’une citation de Tupac illustre bien cette nuance



« Je ne suis pas celui qui changera le monde, mais je suis peut être celui qui déclenchera le déclic chez celui qui le fera »


Par conséquent, nous avons le choix d’agir à notre propre échelle, ou bien laisser tomber. Mais dans ce deuxième cas, je ne fais pas ce qui dépend de moi, j’abandonne. C’est alors un renoncement par égo, dicté par ses émotions, un aveu d’impuissance. Or, les personnes qui accomplissent de grandes choses, qui se dépassent, ne s’embarrassent pas de ce qu’elles ne sont pas capable de faire. Elles ne se préoccupent que de ce qu’elles sont capable de faire et investissent toute leur énergie dans cette direction.

C’est d’ailleurs en se concentrant sur ce qu’on ne peut pas faire que l’on risque de se contenter d’être passif, tout en souffrant de la frustration lié à cette passivité.

En somme, les Stoïciens nous incitent à agir sur notre environnement tout en restant réaliste sur la portée de nos actions. En outre, ce n’est pas parce que notre impact nous parait limité que nous ne devrions pas le faire malgré tout, ce n’est pas une excuse.

La distinction entre notre responsabilité et notre impuissance ne concerne pas uniquement nos actions, mais également nos émotions. Ressentir des émotions ne dépend pas de nous, et il n’est pas possible de ne pas en ressentir. Cependant, il est de notre responsabilité de choisir de se laisser aliéner par ses émotions ou au contraire de chercher à les maîtriser.

La maitrise de ses émotions

Par exemple, si je suis jaloux de mon voisin, car il a fait construire une magnifique piscine carrelée par Baechler, cela n’est dû qu’à une projection de mon esprit. En l’absence de voisin, ou s’il n’avait pas quelque chose que je ne possède pas, je ne ressentirai pas cette jalousie. La responsabilité de cette émotion, cette jalousie, n’est donc imputable qu’à moi.

Je ne suis pas d’accord avec cela. Si par exemple on me fait une queue de poisson sur l’autoroute, et que cela me met en colère. Cette colère ne dépend pas de moi, mais de ce chauffard qui ne sait pas conduire !


Pour les Stoïciens, cette manière de pensée est erroné. Si on est en colère, c’est car on est incapable de se maitriser, de maitriser ses émotions. Le « chauffard » n’est alors qu’une excuse pour se cacher derrière notre incapacité à maitriser nos émotions.

D’ailleurs, les émotions en soit sont des aberrations logiques, puisqu’elles ne résolvent jamais les problèmes qui en sont la cause. Ces émotions nous rendent esclave, car nous ne choisissons pas de les avoir. En outre, nous les subissons, car avec le prisme de nos émotions nous ne voyons plus la réalité de manière lucide. Ainsi, il est indispensable de faire l’effort de les maitriser.



C’est par ce travail permanent qui consister à lutter contre ses émotions que l’on peut parvenir à la sagesse et donc connaitre le bonheur.

Adéquation désir - bonheur

Les Stoïciens estime d’ailleurs que le bonheur n’est pas lié à la satisfaction des désirs, c’est même l’inverse, car nos désirs ne dépendent pas de nous, ils ne sont pas de notre responsabilité. Le désir se traduit par un manque d’un objet extérieur, je désir ce que je n’ai pas. En désirant, je prouve que mon bonheur dépend de cet objet et donc qu’il ne dépend pas de moi. Or, le bonheur dépend bien de nous.

En fumant une cigarette, à la suite d’une envie pressante de m’en griller une, je n’assouvi pas réellement ce désir. Puisque peu de temps après, ce désir se fera à nouveau sentir. Fumer cette cigarette ne me rend donc pas heureux, elle est juste là pour combler un manque. Ainsi, le véritable bonheur, c’est de ne plus dépendre de ses désirs. Le bonheur, c’est de ne plus désirer. Le bonheur c’est d’être libre.

Ainsi, en ce sens, on ne devrait pas laisser place à ses pulsions dans le trading, à son désir de prendre un trade. On ne devrait agir que lorsque cela respecte notre méthode, et non pas à chaque fois que nos désirs nous le dicte.

Ce qu'il faut retenir

Pour résumer, le stoïcisme incite à l’humilité. Il convient de déterminer ce qui dépend de nous, de ce qui ne dépend pas de nous. Il convient alors de faire de notre mieux quand cela est de notre responsabilité, et d’accepter son impuissance quand nous n’avons aucun impact. Par ailleurs, il est nécessaire de maitriser ses émotions et de ne pas être aliéné à ses désirs pour être heureux.

Pour faire le parallèle avec le trading, il est conseillé également de museler ses émotions afin de rester lucide et d’être capable d’observer de manière objective les graphiques. Or, tout ceux ayant tradés en réel savent à quel point le trading fait surgir des émotions (colère, frustration, peur du manque), etc. C’est ainsi un travail, une discipline quotidienne pour s’en émanciper.

En outre, notre réussite dans le trading va dépendre de notre capacité à mettre notre égo de côté. Si je perds de l’argent, ce n’est pas la faute des marchés, mais bien de ma responsabilité, il faut donc que je travaille sur mes lacunes pour pouvoir m’en affranchir.

Enfin, c’est en se débarrassant de ses désirs monétaires qu’il sera par exemple possible de se libérer de la pression que l’on se met et par extension de la peur du manque, source importante de perte. De plus, il convient de ne pas trader impulsivement, à chaque fois que l'on en ressent le désir, ce qui revient au final à faire du trading casino, aux antipodes du trading rentable.

Re: Stoïcisme

par ChristelleP » 01 Fév 2020 19:02

merci beaucoup Elcester pour ce partage tres enrichissant :mercichinois:

Re: Stoïcisme

par Fredo.17 » 01 Fév 2020 19:25

Merci Elcester pour ce parallèle avec le trading, ce travail sur la maitrise de ses émotions est à mes yeux un des facteurs indispensable pour espérer un jour devenir rentable, je confirme je suis passé par là aussi. Le seul responsable des mes trades perdants c'est moi même, inattention, mode espoir ou inexpérience.... C'est un long travail sur soit même, j'ai appris énormément depuis mes premières bêtises en explosant mon compte titre de 13 000 € il y a dix ou quinze ans avec des warrants Call/Put lol .J'en rigole aujourd'hui mais à l'époque j'en étais pas fière.
Je passerai en réel sur Futures quand je me sentirais près, peut être en mars, en attendant je m'entraine encore sur Paper Trading PRT.

Re: Stoïcisme

par Elcester » 01 Fév 2020 22:20

@Christelle :mercichinois:

@Fredo :mercichinois: et bon courage dans ton projet !

Re: Stoïcisme

par Elcester » 01 Fév 2020 23:12

Sur la file du jour, Thierry a posté une question bien plus intéressante qu'il n'y parait



Comme je n'avais pas la réponse, j'ai préféré par facilité, esquivé par l'humour



Cependant, Taylor a répondu à cette question d'une manière très précise, et cela a permis de créer un échange passionnant







Si jamais tu passes sur cette file @Taylor, fait moi signe, j'aimerais détailler ma vision des choses et en discuter avec toi :top:

Re: Stoïcisme

par Neddy » 12 Fév 2020 08:15

Pour les stoïciens le monde est bien ordonné : il n’est pas question de le changer mais d’y trouver sa place. Du coup la citation de Tupac ne marche pas trop, même si elle est plutôt correcte pour décrire la prise en compte des limites de sa propre action. La citation de Marc Aurele peut paraître ambiguë à ce sujet, je crois qu’ il faut la prendre dans le sens d’assumer les responsabilités liés à son statut, pas dans le sens d’une volonté de changer les choses ;)

Re: Stoïcisme

par Elcester » 13 Fév 2020 11:00

Effectivement, il y a un certain déterminisme qui se dégage du Stoïcisme, tout événement à ses raisons et tout peut être expliqué rationnellement. Cependant, je n'ai pas interprété ce déterminisme comme une fatalité. Corrige moi si mon raisonnement est mauvais.

Je vais faire un parallèle avec la reproduction sociale pour que ce soit plus concret. On peut voir dans ce tableau de l'INSEE, que le statut social de nos parents aura un grand impact sur notre vie, on est bien "déterminé" dès la naissance, dans une certaine mesure.


Les données sont un peu datés, mais j'ai pas le temps de chercher des données plus récentes

En interprétant cela à travers le stoïcisme, on pourrait se dire que ce déterminisme social n'est pas de notre faute, et qu'il suffit alors de l'accepter pour être heureux. En somme, il ne faudra pas chercher à faire évoluer notre condition et l'accepter tel quel est. Or, à mon sens, ce n'est pas ce que nous dit les philosophes Stoïciens.

Je vais reprendre une Citation de Sartre que j'aime beaucoup
« l’important n’est pas ce qu’on a fait de nous. Mais ce qu’on fait de ce qu’on a fait de nous»

Pour moi, et c'est ce que je comprends de la philosophie Stoïcienne, il faut effectivement accepter les cartes que l'on nous a distribué à la naissance, car cela n'est pas de notre faute. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas essayer d'en tirer le maximum, de faire de son mieux pour justement tromper ce déterminisme, car c'est justement de notre responsabilité.

Re: Stoïcisme

par Neddy » 13 Fév 2020 22:51

Je crois qu’il n’y a pas cette « ambition » de changer les choses pour les stoïciens, qu’il s’agisse du monde ‘qui est un cosmos bien ordonné) ou de son statut social. Il s’agit de se changer soi-même dans le sens d’accepter le destin. Ce destin ne dépend pas de nous. Ce n’est pas pour autant une fatalité car il est possible de se changer soi-même : se changer soi-même ce n’est pas transformer sa condition, c’est changer son regard sur le monde (pour le dire simplement). La liberté pour les stoïciens ce n’est pas transformer le monde ou même sa place dans le monde (ce qui arrive est déterminé), c’est trouver sa place dans le sens de comprendre le rôle qu’il nous est donné de jouer au sein du grand tout qu’est le cosmos. En ce sens, VOULOIR changer sa condition social ne va pas dans le sens du stoïcisme. Après, ce n’est que mon interprétation, il faudrait en discuter avec des spécialistes. Le stoïcisme n’est pas l’existentialisme, mais il n’y a aucun mal à mixer les deux loin de là ;) je me suis juste permis de dire cela pour apporter des précisions sur la doctrine .

Re: Stoïcisme

par Elcester » 15 Fév 2020 19:31

Effectivement, je pense que ton interprétation est plus juste, je me suis trompé. Je suis allé creuser après la lecture de ton commentaire et il s'avère que les Stoïciens mettent bien en avant le concept de Destin.

Tu as d'ailleurs très bien retranscrit la nuance, :merci:

Et oui, je pense que j'ai confondu avec la philosophie existentialiste, j'ai étudié les deux en même temps, et j'ai du dresser des parallèles inconsciemment. D'ailleurs, à titre personnel, je ne crois pas au destin, et je me rapproche plus de l'existentialisme dans ma philosophie personnel.

Re: Stoïcisme

par Neddy » 16 Fév 2020 15:27

Merci du compliment :)
je me permets de te donner un conseil très utile en philosophie surtout quand cela concerne les auteurs très anciens (car ils pensaient dans une langue ancienne qui ne ressemble plus aux nôtres, qu'ils vivaient dans des sociétés très différentes et qu'ils avaient des aspirations souvent très éloignées des nôtres). Il faut à tout prix, DANS UN PREMIER TEMPS, mettre de côté notre individualité et essayer de se mettre "dans les bottes" de l'auteur. Dans un deuxième temps seulement les utiliser pour soi.
Je n'insinue pas par là que tu as dit des bêtises ! Au contraire tes réflexions sont très intéressantes, que ce soit le croisement avec Tupac ou celui à propos du travail (avec Epicure) et ton article sur Nietzsche qui est une franche réussite alors que c'est extrêmement compliqué d'en parler. Le conseil te permettra juste de rendre encore plus féconde la lecture des philosophes ;)


ProRealTime