ProRealTime
On y parle psychologie, psychanalyse, développement personnel... Le trading c'est beaucoup plus que des chiffres

Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par plataxis » 16 juil. 2016 11:27

Bonjour,

De retour de vacances, je voudrais partager avec vous une lecture qui m'a profondément marqué : "Le pouvoir du moment présent" de Eckhart Tolle.

Pour ceux qui ne l'ont pas lu, j'ai trouvé ce recueil de citation intéressant pour se faire une première idée :
http://www.espritsciencemetaphysiques.com/27-lecons-de-vie-retenir-de-eckhart-tolle.html

Je ne sais pas si cela rend suffisamment compte du contenu sans avoir lu le bouquin, mais ça permet de situer le propos.

Schématiquement, Eckhart Tolle réduit la problématique de l'éveil spirituel à la focalisation sur le moment présent : tout ce qui Futures ne fait que nous encombrer, tout ce qui sera n'est qu'une spéculation inutile.

Je le dis volontairement de façon abrupte, mais le livre approfondit cette idée dans bien des dimensions, dont certaines sont plus ou moins accessibles : il va très loin dans les conséquences de ce postulat, qui le conduit jusqu'à des considérations sur l'unicité de l'univers.

Chacun y prendra ce qu'il veut, mais j'aime beaucoup sa façon de partager une idée simple (en gros la base de la méditation dite de "pleine conscience" : se focaliser sur l'instant présent) pour en faire un levier puissant de transformation de sa vie physique et spirituelle.

Très inspirant.

EDIT : ouvrage déjà cité comme une référence sur Andlil ! :bravo:
lacher-prise-t11799-10.html#p383383
debrancher-le-cerveau-vraiment-t10847.html
file-onirocritie-s21-we-28-29-mai-2016- ... ml#p420656
la-zenitude-de-rogue-k-t2328-30.html#p3 ... ml#p406390

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par Benoist Rousseau » 16 juil. 2016 11:48

Ouvrage qu'on m'a offert par un membre du site et sur ma liste de livres à lire pou les vacances d'août

:mercichinois: de ton retour

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par chad » 16 juil. 2016 14:43

beaucoup d'angoisse, de stress de dépressions.... découlent du manque de savoir vivre l'instant et les projections sur le futur ou le passé

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par plataxis » 16 juil. 2016 23:34

Benoist : ne passe surtout pas à côté. Je suis très curieux d'avoir ton avis sur ce livre très particulier.

Chad : incroyable comme je vais mieux depuis que je me focalise sur le présent, notamment à chaque fois que je me sens glisser vers l'avant ou l'après. Comme un recadrage, un rééquilibrage de mon horloge psychique. Pas encore incorporé, pas encore "illuminé", mais bougrement rassérénant.

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par chad » 17 juil. 2016 00:48

tu sais je m'évertue à profiter de l'instant présent depuis mes 13 ans (ou peut-etre avant) j'en ai 28 et j'ai pas atteint le niveau padawan (ou peut-être que si ça dépend quel étalonnage tu choisis dans les classes de gens qui savent profiter de l'instant)

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par chad » 17 juil. 2016 01:20

oui j'ai aussi envie de l'acheter du coup car je suis qu'un amateur dans le domaine beaucoup à apprendre

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par chad » 17 juil. 2016 01:27

et Swing c'est facile à dire de profiter de l'instant :bravo: :roll: :roll: :roll: :roll:

mais des fois l'instant est degueulas*e et meme quand il est bien c'est dur souvent de faire abstraction des problemes sous-jacents qui nous bouffent la vie.

On a tous nous casseroles et nos problèmes futurs à gérer quel que soit notre situation pro / santé / familiale / financière / amicale / raciale (rappelons que les scientifiques ne distinguent pas de races chez les Humins) / sexuelle / artistique ....

ces problèmes la il faut les virer pour pouvoir profiter de l'instant

courage (je dis ça pour moi et pour tous)

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par ZeBlob » 17 juil. 2016 09:42

Super Plataxis. Comme pour toi, il y a un avant/après ce livre pour moi.

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par plataxis » 17 juil. 2016 11:04

Swing : je souhaite trouver les mots pour te convaincre de le lire absolument, sans pour autant placer la barre trop haut. Je m'en voudrais que tu te dise alors "ce n'est que ça", car je pense qu'il faut l'aborder sans a priori, avec la curiosité qui était la mienne en trouvant le titre sympa dans la petite bibliothèque qui m'était alors disponible. Mais vraiment, lit le et viens me donner ton sentiment.

Zeblob : je ne sais pas si je peux parler d'"illumination" comme l'auteur, mais cela transforme considérablement mon quotidien en profondeur, sans rien changer de notable en surface. Bluffant.
chad a écrit :et Swing c'est facile à dire de profiter de l'instant :bravo: :roll: :roll: :roll: :roll:

mais des fois l'instant est degueulas*e et meme quand il est bien c'est dur souvent de faire abstraction des problemes sous-jacents qui nous bouffent la vie.
La grande force de Tolle est d'avoir senti la force du concept philosophique du "Carpe Diem" de la pièce antique d'Horace (qu'il ne mentionne pas), ou pour moi du film "Le cercle des poètes disparus", dans la pire période de sa vie (crises d'angoisse, dépression).

En fait, plus la situation est moche, plus le moment présent est essentiel à saisir. 2 exemples extrêmes purement tirés de mon imagination.

1/ extrême bas : la tartine tombe côté confiture.
C'est bête, mais c'est extrêmement rageant, car non seulement elle est salle et immangeable, mais en plus il y en a partout et il faut nettoyer. En fait, si je suis focalisé sur l'instant même, est-ce si terrible ? Je fais le ménage à chaque repas sur la table, là c'est par terre, la surface à nettoyer est minime, j'ai encore du pain, encore de la confiture, rien dans mon existence n'a véritablement changé. Ce qui me met en colère est que je dois "réparer" puis "refaire", bref, ce que je fait tout le temps mais avec un sentiment de gâchi... qui n'a de sens que par rapport au passé (je l'ai déjà fait) et au futur (il va me falloir le refaire). Au présent, cela ne doit pas m'affecter ni me mettre en colère. Voire même, c'est marrant, cela fait de drôles de dessins sur le sol, ça distrait ma routine, etc.

2/ extrême haut : la perte d'un ami, d'un parent, d'un conjoint, d'un enfant (je ne pense à rien de pire, même si j'ai la chance de ne pas l'avoir vécu, si vous avez une idée pire encore le principe sera le même...)
Là c'est du lourd. Et du spéculatif (pour ma part) car je parle heureusement de ce que je ne connais pas (pour les derniers) et souhaite ardemment ne jamais connaître. Je doute que quiconque affronte ça "en paix".

Pour autant, selon ce que je tire de ma lecture de Tolle, "faire face" à la situation serait le plus supportable. Pourquoi ? Parce que dans le présent, le deuil n'existe plus : le deuil est une douleur liée au passé (tous ces moments partagés) et à l'avenir (tous ces moments que nous n'auront plus) et non au présent.

Au présent, je suis toujours le même, et bien que ma perception soit dévastée ("Un seul être vous manque et tout est dépeuplé" dit Lamartine), mon environnement n'est pas aussi différent que ce que mon chagrin me porte à croire : la terre n'est pas dépeuplée, c'est mon univers affectif qui est meurtri.

Accepter cette douleur, c'est l'objet même du deuil, qui est ressenti au final comme une libération par ceux qui en racontent l'issue : après un temps très variable, la "sortie" du deuil est une délivrance, un retour au présent, un abandon des peines derrière soit. Si l'on regarde le deuil d'un autre sans y être mêlé affectivement, on comprend qu'il est souhaitable que cet autre "tourne la page", quelle que soit la profondeur de sa douleur.

3/ extrême haut bis : le pronostic "réservé" des médecins (pour soi, pour un proche...)
Là encore, c'est moche, et dur, et tout ce qu'on veut. Mais là encore, au présent il ne s'agit que d'une information : c'est le refus de cette information, notre lutte pour la rejeter qui est violente, notre angoisse pour le futur deuil probable qui nous paralyse. Au présent, c'est une hypothèse, et finalement une hypothèse logique : on va tous mourir, c'est toujours une question de temps. Savoir que ça va arriver plus vite est insupportable parce que nous avons une notion du futur. Au présent, rien n'a changé, et se morfondre est humain mais lié à notre difficulté à nous centrer sur le moment présent.

...

Voilà ce que m'inspire Tolle, et que je vous souhaite de trouver en son bouquin : l'idée que les "bons" moment sont à savourer, et les "mauvais" moment à vivre tels qu'ils sont. Tout au plus des vagues sur l'océan de notre existence (j'aime cette image) qu'il faut vouloir profonde et emplie de sérénité plutôt que superficielle et agitée par nos casseroles passées et nos angoisses ou espoirs futurs.

Evidemment, j'ai l'impression que c'est plus facile à aborder dans une période qui est objectivement "facile" (où tout va bien), mais ce n'est même pas sûr : encore une fois, Tolle a pour sa part ressenti la force positive du moment présent au pire de sa dépression... Et il invite à utiliser chaque moment ressenti comme négatif comme une opportunité à se recentrer au présent : pour ma part, je trouve cela extrêmement efficace et porteur. Et je suis très curieux d'avoir vos impression sur le sujet (après lecture du livre, car mes propos n'en sont qu'une réinterprétation toute personnelle).

Re: Le pouvoir du moment présent (Eckhart Tolle)

par Benoist Rousseau » 17 juil. 2016 12:11

ce que tu décris c'est de la psychanalyse de base en fait, les idées sont décrites et approfondies chez Freud et ses successeurs depuis plus de 120 ans, frustration, angoisse de mort, projections etc Je ne vais rien trouver de révolutionnaire à mon humble avis , c'est mon quotidien depuis 20 ans :)

Je vais le lire en aout je te dirai mais là ce que tu décris c'est juste la baba de la psycha (ce qui me permet de prendre mes pertes en trading sans regret, de ne pas avoir peur de la mort inévitable, que le jugement des autres m’indiffère car ce sont leurs projections à eux et non mon identité etc). C'est le but même de la psychanalyse vivre le moment présent en homme "libre" en étant ni esclave du passé (casseroles), du futur (idéal du Moi) et surtout des autres.

Sujets similaires
Etre et ego : "Nouvelle Terre" d'Eckhart Tolle
par Cliff » 15 août 2016 13:02 (8 Réponses)
Devant le tollé, l’ESMA fait machine arrière
Pièces jointes par takapoto » 01 avr. 2018 04:43 (20 Réponses)
Présent Ramonne
par Amarantine » 09 mars 2016 14:27 (3 Réponses)
Utilité de votre métier présent, passé, future...
Pièces jointes par Burzum » 13 août 2017 18:18 (175 Réponses)
The present [Le cadeau] court métrage d'animation
par plataxis » 06 déc. 2017 23:07 (0 Réponses)
Bonjour, FiscalFUD ici présent
par AgeOFforex2 » 22 avr. 2018 13:58 (9 Réponses)
TES V Skyrim Soundtrack - From Past to Present
par ChristelleP » 08 avr. 2020 22:54 (4 Réponses)
or en ce moment
par Tulipe » 01 mars 2012 17:28 (60 Réponses)
Actualité du moment
par DéBé » 24 févr. 2013 23:20 (2 Réponses)
Moment de solitude technique
par Rogue » 06 janv. 2014 18:10 (9 Réponses)