ProRealTime
On y parle psychologie, psychanalyse, développement personnel... Le trading c'est beaucoup plus que des chiffres

Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par Eversa » 23 Mai 2015 16:41

C'est en partie parce que beaucoup d'entre vous souhaitent vivre un jour de leur trading et surtout parce que je souffre à chaque fois qu'un nouveau débutant n'y connaissant absolument rien, se voit déjà tout abandonner pour devenir trader en compte propre que j'ai eu l'idée de cette discussion.

On espère arriver à vivre de son trading en grande partie pour acquérir son indépendance. Jusque là, rien à dire. Après les années d'expérience que j'ai eues auprès des enfants de maternelle, je suis convaincue que l'esprit d'indépendance est un trait de caractère qu'on a en soi dès le plus jeune âge. Ces enfants-là feront tout pour ne plus dépendre de personne, c'est leur chemin naturel par lequel ils vont s'accomplir. Ils ont une chance de plus que les autres d'y parvenir. L'esprit d'indépendance s'acquiert de plus en plus difficilement en devenant adulte.

Mais quand c'est au nom de la liberté, ça me gêne un peu.
Est-on vraiment libre quand on doit arriver à tout prix à boucler les fins de mois? quand on passe la majeure partie de ses journées devant l'écran? quand un stress étouffant s'empare de vous parce que l'enjeu est énorme? peut-on parler de liberté?

Et à quel prix atteint-on cette liberté? vous savez bien les efforts indescriptibles que vous devrez fournir pour y arriver et après pour la garder. Et dans les autres domaines, serez-vous libres? la recherche de la liberté semble être une quête sans fin, chacun ayant sa propre conception du mot.
Et je pense qu'on peut devenir esclave de sa propre liberté.

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par Verbal Kint » 23 Mai 2015 16:47

Effectivement moi c'était mon rêve pour être indépendant : ne plus avoir de patron, de collègues,...
Travailler seul et de chez soi.

Après je pense pas que ce soit une liberté.
Car c'est un travail comme un autre si on peut dire : des horaires à respecter, des sacrifices à faire, du travail à fournir, du stress,...
Le trading n'est pas un jeu ou une passion, si on veut en vivre il faut le considérer comme un travail, un vrai.

Enfin c'est ce que je pense.

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par sobear » 23 Mai 2015 19:10

La liberté recherchée n'est pas celle de n'avoir aucune contrainte car c'est vrai que le trading en impose beaucoup comme d'ailleurs pas mal de professions mais c'est la liberté de choisir sa contrainte qui est appréciée dans les propos des uns et des autres.
Ce n'est pas la même chose de subir les contraintes d'un petit chef ou bien d'exercer un métier qui n'apporte plus aucune satisfaction que de choisir toutes les contraintes du trading avec le plaisir et la passion qui vont avec.
Bien sûr on peut devenir esclave de sa passion mais c'est un point de vue extérieur car la victime est consentante et la victime ne s'estime pas victime mais plutôt bénéficiaire.
Mais je comprends ton point de vue Eversa pour toi qui ne trade pas nous devons parfois passer pour des fous!

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par esyfinances » 23 Mai 2015 19:23

Je trouve le sujet très intéressant et j'y reviendrai plus tard pour le développer.
'On ne vit pas du trading, on y survie'
@verbal: la passion est essentiel dans le trading pour le long terme.

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par Benoist Rousseau » 23 Mai 2015 19:58

Sujet très intéressant Eversa, merci de l’avoir ouvert.

Je pense que l’on n’est jamais libre, ce n’est pas dans la nature humaine. Si demain nous gagnons 100 millions d’euros, nous aurons encore des contraintes, comment les placer, comment les gérer, comment l’annoncer à la famille, faut-il le cacher, le montrer… ?
Je rejoins Sobear, en étant trader en compte propre on choisit sa contrainte, on n’est pas soumis à la bonne humeur ou la mauvaise humeur d’autrui, du petit chef, supporter les collègues, jouer un rôle social. On peut trader quand on le souhaite, on a le choix total de nos relations, elles ne nous sont pas imposées dans le cadre du travail. Rien que cela, disposer de soi-même est une incroyable sensation de liberté.
Le travail salariat qu’est-ce que c’est au final ? On échange un salaire contre une privation de liberté, on ne dispose plus de son temps, on doit demander l’autorisation pour avoir ses vacances à telle date… le contrat de travail est à mon avis un contrat d’asservissement consenti pour un délai de 35 heures par semaine par exemple. On arrête de jouir de sa liberté.

Après avoir connu une telle liberté, je sais que si par malheur (et le malheur ne sera provoqué que par moi-même) j’étais ruiné, je suis absolument inemployable comme salarié. Je ne pourrais plus me soumettre. Même si cela peut paraître violent, je préférerais aller mendier, à faire mon numéro comique dans la rue pour que des gens me jettent des pièces mais je n’irai plus faire un boulot salarié quel que soit le prix. Bien entendu je peux le faire car je n’ai que moi à m’occuper, je n’ai pas d’enfant à charge…

J’ai cru qu’en étant chef d’entreprise, j’accéderais aussi et cette forme de liberté. Ce n’était pas du tout le cas, je devais arriver avant mes employés, partir après eux, gérer leurs problèmes… c’était une autre forme d’esclavage. Là, je n’ai absolument personne sur le dos, les seules contraintes que j’ai c’est celles que j’accepte, je les choisis librement. Je n’ai pas besoin de demander d’autorisation. Je préfère vivre libre avec 1000 € que gagner 10 000 € comme salarié. Mon temps m’appartient, j’ai l’impression de contrôler ma vie. Je peux m’arrêter de trader quand je le souhaite, si je veux regarder la télévision de midi à 15 heures, je regarde la télévision, je n’ai pas besoin de demander l’autorisation pour aller au WC, je n’ai plus besoin de faire semblant de m’intéresser au match de foot pour avoir une communication minimum avec mes collègues, je peux trader en robe de chambre toute la journée, ne pas me laver pendant trois jours si j’en ai envie… j’ai beau réfléchir, je ne vois pas d’autres métiers qui apportent une telle liberté, peut-être écrivain, artiste… mais ils ont des comptes à rendre à leur maison d’édition, aux gens qui vont les exposer… j’ai beau réfléchir, je ne vois pas un métier aussi libre et aussi valorisant ou destructeur : les résultats que l’on a on ne peut pas se cacher derrière un prétexte : c’est la faute à la crise, c’est la faute à mes collègues, c’est la faute à X… c’est nous les responsables. Et c’est aussi cela que j’adore dans le trading, c’est moi qui suis aux commandes à 100 %

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par Anonyme01 » 23 Mai 2015 21:54

En effet, c'est un sujet très intéressant et qui mérite réflexion. Pourquoi tradons-nous ? Malgré les pertes successives au début, pourquoi nous acharnons-nous et voulons-nous arriver à devenir un jour gagnant sur les marchés, bien que l'on ignore si cela se produira un jour ? Pour tout vous avouer, je ne sais pas... Contrairement à un boulot classique où l'on connaît l'ensemble des tenants et des aboutissants du contrat, on ne sais pas quelle sera la situation dans X jours/semaines/mois/années lorsque l'on trade. On progresse sans cesse dans l'incertitude, sans savoir de quoi sera fait le lendemain. Et pourtant, on s'accroche. On veut y arriver.

Alors, pourquoi ? Le trader en compte propre semble avoir fait une croix sur la possibilité de devenir (très) riche un jour. Après un certain nombres d'années à trader, il a fait le choix de considérer le trading comme un véritable métier, avec des règles et des horaires à respecter. Il s'est créé son propre environnement de travail, celui qui lui convient, pour se mettre dans les meilleures conditions possibles. Je serais tenté de dire qu'il a placé sa psychologie en tant que salariée de sa raison, en n'oubliant surtout pas de la limiter par un ensemble de règles bien définies. Mais la grande différence est que le trader en compte propre n'a de comptes à rendre qu'à lui même (éventuellement à sa famille s'il n'est pas seul sous le même toit) et non pas à une personne extérieure. L'indépendant, lui, doit d'une certaine manière rendre des comptes à ses clients, il doit afficher une certaine santé financière et offrir un service adapté au prix que le client va payer. Dans les deux cas, une personne extérieure prend place dans le processus.

Le trader en compte propre, il est face au marché. Point. Alors, est-ce pour cela qu'il est libre ? C'est à chacun de se faire une idée. Pouvoir se lever à 11h si l'on en a envie, est-ce un gage de liberté ? Encore une fois, il appartient à chaque individu de donner une définition au concept de liberté. A partir de cela, il convient de considérer l'activité de trading en fonction de nos attentes par rapport à celle-ci.

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par Thierry80 » 23 Mai 2015 22:03

Merci Eversa d'avoir lancé un sujet qui mérite l'attention de chacun.
Un témoignage d'un tout petit gérant de PME dans notre si beau pays France.
J'ai débuté par un CAP, BEP, BAC PRO et terminé mes études par un tout petit BAC+2. Je fais donc parti des très peu ou pas diplômés des personnes qui témoignent sur le blog et je me sens quelques fois un peu démuni tant en terme de culture générale que de la qualité des témoignages des uns et des autres.
J'ai suis entré sur le marché du travail il y a 25 ans maintenant et je me suis donné corps et âme pour "réussir" un tant soit peu et pouvoir offrir à ma famille une vie "confortable".
J'ai cru que le statut de chef d'entreprise que j'exerce depuis 15 ans serait un palliatif à bons nombres de contraintes et SURTOUT la possibilité de m'octroyer une certaine liberté.
Je possède celle-ci au quotidien dans la gestion de mon temps, de la direction que je souhaite donner à ma société mais suis-je heureux et épanoui pour autant ?, je n'en suis pas certain.
Etre salarié ou chef d'entreprise présentent dans les 2 cas de figures d'innombrables contraintes que nous devons gérer bon gré mal gré.
Si tu me demandes comment je me sens aujourd'hui, je te répondrai que la satisfaction d'avoir un minimum réussi ma vie professionnelle est un soulagement mais que mon travail au quotidien est juste devenu à la limite du supportable, face à une clientèle de plus en plus exigeante et procédurière, mes salariés avec qui j'ai plus l'impression de tenir le rôle d'assistante sociale que de chef d'orchestre, cette administration française qui nous tue à petit feu, les procédures judiciaires de presque 4 ans pour se faire régler d'une prestation pour laquelle nous avons eu gain de cause devant les tribunaux, j'en passe et des meilleures.
Le trading fait rêver, loin de moi les clichés des "gagnes faciles" sur les marchés dont les médias se régalent de nous passer en boucle lorsqu'ils daignent aborder le sujet.
Oui ce métier est stressant, oui il nécessite d’innombrables concessions, oui les horaires et le travail sont dignes d'un agenda de ministre mais dans quels domaines ou secteurs d'activité ne dois-tu pas te donner un minimum afin de trouver la voie de la réussite. J'ai commencé à penser trading lorsque mon carnet de commande ne me laissait que 15 jours de visibilité avec une vingtaine de salariés sur les bras, vois-tu je trouve cette situation aussi stressante et angoissante que celle de rester devant un écran pour essayer de se sortir un salaire, les nuits étaient courtes, il faut faire bonne figure devant clients et salariés, tenir des réunions avec les délégués du personnel qui vous demandent si ils peuvent espérer conserver leur emploi dans les années qui viennent.Crois bien que c'est une des périodes les plus difficiles de ma vie car mon seul "moi" n'est pas en jeu, non celui d'une vingtaine de famille également. Je suis depuis dans l'obligation de travailler un dimanche sur deux en plus de mes samedi mais je n'ai d'autres choix si je veux remplir mes objectifs professionnels de ce jour.
J'ai depuis quelques temps refréner mes ardeurs et me rend compte de la difficulté et du travail à accumuler pour parvenir à ses fins, mais je peux t'assurer que si un jour, ma psychologie me le permet, mon expérience face aux marchés est suffisamment importante et si je prends toujours autant de plaisir à apprendre, je n'hésiterai pas une seconde.
Tu travailles d'où tu le souhaites, en France, à l'étranger, tu n'as plus sur les épaules le poids des problèmes des autres en plus des tiens et oui enfin tu peux doucement commencer à penser un peu à toi.
Je suis très loin du compte et mon discours en fera sourire plus d'un au vu de ma situation actuelle en trading mais je me donne 5 ans pour parvenir à mes objectifs.
Merci à toi Eversa pour ce sujet passionnant. :top:

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par Eversa » 23 Mai 2015 23:19

Et merci à vous tous pour vos témoignages. Le tien Thierry, me touche tout spécialement. Je te souhaite très sincèrement de réussir.

Re: Trading en compte propre: Indépendance ou liberté?

par esyfinances » 24 Mai 2015 02:30

Le temoignage de Thierry est plein de sincérité et plein de vécu que je partage.

Le rôle de chef d'entreprise n'est plus valorisé, on est des créateurs de valeur ajouté pour la société. On fait tourner la machine d'économie, on collecte les impôts, on assure un lien social pour les salariés , on crée un microcosme par notre travail avec fournisseurs, banques, clients. On a des responsabilités civile & pénal vis à vis de notre travail. Et pourtant, on ne gagne pas plus qu'un salarié par rapport au temps et la charge de travail équivalent. La preuve ma femme qui est prof gagne autant que moi qui gère 2 boites avec 7 salariés.
On vit dans l'incertitude de ne pas réaliser les objectifs. On est le dernier à se servir lorsqu'on fait notre travail consciencieusement et c'est pour cela qu'on va traverser la crise. Je pense que la crise redistribue les cartes, les petits sont dépossédés de la possibilité de monter car les gros s'accaparent la grosse part du gâteau et veulent conserver leur avance. Mais ça, c'est un autre débat.
Oui, nous sommes indépendants mais à quelle prix? Je pense que l'on est pas libre et que la notion de liberté est subjectif. Mais est-on plus libre lorsqu'on est chef entreprise qu'un salarié ou d'un trader?

La possibilité d'être trader à compte propre s'est d'offrir la même indépendance, une autre liberté, et la possibilité de monter. Car les effets de levier n'ont pas besoin d'un business plan en attendant que la banque veuille bien nous financer. Pour financer mon deuxième restaurant, il y a deux ans, je voulais emprunter 80K€ pour 20k€ de capital, il m'a fallu 6 mois de bataille, des garantis, des cautions personnelles, des formalités... pour un effet de levier de 4. En trading c'est différent, tu as la possibilité d'avoir un effet de levier de 200. Attention, un excès de levier nuit à votre portefeuille et votre psy. :lol2:

Après une expérience en tant que chef d'entreprise, je pense que je ne suis plus employable ou difficilement comme le dit Benoist, nous sommes des insoumis. Réussir en trading c'est une forme insoumission à la majorité, donc c'est une forme de liberté.
Eversa a écrit:Et je pense qu'on peut devenir esclave de sa propre liberté.

Et je pense qu'on peut devenir esclave de sa propre liberté si l'on n'a pas choisi et accepter les contreparties ( les heures devant les écrans, les choix cornélien acheter-vendre-ou rien, le combat contre soi même cette forme de solitude...) La liberté n'est qu'une question de choix et d'acceptation c'est pour cela que la notion de liberté est subjective.

Je comprends erversa que tu souffres lorsque tu entends un débutant qui veux devenir trader en compte propre. Ta ex-situation professionnelle ne t'avais pas préparée à prendre des risques financiers, intellectuelles, psychologiques, idéologiques... Parce que c'est ça être trader, c'est l'incertitude, vivre sur l'hypothèse de ne pas perdre, c'est vivre sans cesse sur une remise en cause de soi-même. Il n'y a pas plus passionnant et il n'y a plus difficile que cette vie 'schizophrénique'. Je comprends aussi que la vie de prof fonctionnaire ayant la sécurité de l'emploi, le salaire fixe, le 'dogme' de l'éducation nationale... C'est deux mondes totalement différents, et je trouve que tu es admirable d'avoir le courage de venir te confronter à ton âge à ce monde :top:
Les débutants ne savent pas ce qui les attends, ou pas encore. Laisses faire' Wait & See' la lanterne n'éclaire que celui qui la porte. Apportes cette bienveillance ainsi ton oeil extérieur à andlil, restes en retrait, tu vies une expérience observatrice du comportement humain. Tu as un instinct maternel, et je trouve que tes interventions sont un peu le point encrage qui nous rappelle la vie réelle. Je suis content que Benoist est choisi une personne de ton acabit pour être modératrice car tu es rare et unique dans le monde du trading

:merci: eversa


Articles en relation
La solitude du trader sur compte propre
par Eversa » 21 Déc 2014 10:22 (32 Réponses)
Trader en compte propre et besoins de Maslow
par ouf2finance » 26 Juin 2018 10:45 (82 Réponses)
La liberté et le trading
par Bella Swan » 06 Oct 2015 09:15 (68 Réponses)
La liberté et le regard des autres et de soi même
Fichier(s) joint(s) par Zefran » 03 Nov 2018 12:01 (23 Réponses)
j'ai peur de me lancer a mon compte
par Benoist Rousseau » 27 Juin 2017 17:02 (1 Réponses)
le Trading...
par trader-incognito » 14 Mai 2017 16:45 (9 Réponses)
CAP trading
par Arnaud Alcantara » 17 Juil 2017 11:46 (1 Réponses)
Confiance en soi et le trading
par DarthTrader » 28 Oct 2015 20:07 (4 Réponses)
Fin du trading ou fin du moyennage ?
par Guillaume » 12 Nov 2015 17:59 (29 Réponses)
Gestion du trading
par Pierre-trading » 09 Jan 2016 15:43 (53 Réponses)

ProRealTime