ProRealTime
Pour discuter de l'or, du pétrole... et toutes les autres matières premières

Re: Trading l'uranium

par Sagal » 21 Mai 2018 12:15

Le prix et l'évolution du prix du pétrole et du gaz en sont mais c'est surtout les plans et projets à venir au Japon et dans les pays émergents Chine, Inde etc qui devraient créer une demande supérieure à l'offre (57 projets de construction de centrale nucléaire sont recensés dans le monde). Je reconnais que la question du quand le prix va-t-il décoller est un point d'interrogation d'où le fait de devoir suivre régulièrement.

Re: Trading l'uranium

par Sagal » 21 Mai 2018 15:14

Et dans les 57 ne figurent pas je pense les projets de type installation de centrales sur barge flottante et mobile (Rosatom et la Russie ont inauguré ce jour les 2 réacteurs de 35 MW chacun) et ce type de projet peut se multipler dans beaucoup de régions difficile d'accès là ou une construction en dure ne conviendrait pas. source la tribune. Le nucléaire a encore de l'avenir et le prix de l'uranium est en dessous des coûts de production. Il y aura donc un rééquilibrage.

Re: Trading l'uranium

par Mouffti » 22 Mai 2018 11:54

Salut Sagal, tu es Belge ?

Intéressant le projet "Akademic Lomonosov", je n'en avais jamais entendu parler alors que je travail dans le nucléaire. Pas étonnant que la mise en service a déjà presque 7 ans de retard et que les organisations du style Greenpeace crie au danger. Cela dit, d'un point de vue consommation en uranium, c'est plus anecdotique qu'autre chose.

As-tu analysé l'impact des taux de changes sur les cours de l'U ?

Sinon je suis d'avis comme toi que les cours sont impactés de l'incertitude concernant la production nucléaire futur et il faut donc suivre avec attention les politiques énergétiques des gros pays énergétiquement nucléarisés.

Re: Trading l'uranium

par Sagal » 22 Mai 2018 14:41

J'y suis né et j'y ai passé 10 ans entre 20 et 30 ans mais je n'ai pas fait alors de demande pour la nationalité (il aurait fallu à ce que l'on m'a dit à l'époque: abandonner la nationalité française et je crois que c'est toujours valable).
Oui je me suis douté au vu de la population et des compagnies à déservir que ce type de projet ne vas pas beaucoup changé la donne. Mais qui sait à terme (2030) on pourrait voir une vingtaine de projets similaires de par le monde (simple spéculation de ma part).
Influence du taux de change. Je ne fais par contre pas plus que pour les autres commodities (principalement US dollar index et surveillance de quelques autres paires clés pour cela). Mais pour rebondir sur ce point, j'ai lu ailleurs et cela fait totalement sens, c'est que dans les coût de fonctionnement d'une centrale en répartissant sur l'ensembe de la durée de vie de cette dernière, le prix de l'uranium ne va contribuer qu'entre 3 et 10% du coût total. Conclusion quasi-aucun impact à attendre même en cas de flambée des prix sur les projets en cours ou à venir (et par ricochet cela répond à ta question car si déja un doublement ou un triplement du prix...alors ce n'est pas 10 à 20% de fluctuations des taux de changes....).
Je n'ai pas spécialement recherché mais j'ai l'impression que pour l'uranium, il n'y a pas de corrélation avec les devises (dollar, dollar canadien, euros, rouble etc...)

Re: Trading l'uranium

par Mouffti » 25 Mai 2018 14:41

Salut Sagal.

Concernant tes spéculations sur une multiplication des projets de type Lomonosov, elles ne sont pas dénuées de sens mais elles sont toutefois à nuancer !

Une centrale nucléaire mobile, en l'occurrence sur eau, doit répondre à une multitude de critères de suretés, comme une installation classique, et c'est plus compliqué avec une structure mobile et simplifiée à l'essentiel. Il est clair que la Russie n'est pas reconnue pour la plus grande transparence en ce qui concerne la sûreté nucléaire ...
Aussi, ce projet prend sa justification par le caractère isolé de l'endroit à approvisionner mais il me semble aussi qu'il doit alimenter des moyens de production d'énergies fossiles (à confirmer). La où je veux en venir c'est que, si les centrales mobiles aquatiques deviennent la norme pour des problématiques ainsi, même si on a 20 projets, ça ne fait toutefois que la puissance de 4 ou 5 réacteurs récents, avec la consommation en uranium qu'il en découle. De plus, le Akademic Lomonosov est (sont?) un (des?) réacteur(s?) de recherche(s) donc si cette option est retenue, après avoir été approuvée par la communauté scientifique, pense davantage 2050-2060 voir plus tard pour en avoir une 20aine. Et je parle ici de réacteurs électronucléaires et non de recherche.
Spoiler:
Et oui c'est leeeeeeent le nucléaire


Par rapport à la part prise par l'achat de l'uranium dans ce que tu appelles "coûts totaux" (je suis intéressé par la source) garde bien à l'esprit que des centrales peuvent être la cible d'une prolongation des opérations, comme c'est le cas en Belgique. Ta prolongation des opérations permet de réduire le coût total même si en pratique c'est beaucoup plus compliqué que ça, puisque même si la centrale est déjà construite, il y a beaucoup de coûts opérationnels autres que l'achat du combustible (sa gestion ultérieure notamment). Finalement, c'est le marché de l'électricité dans le pays producteur (et alentours) qui est la variable la plus importante dans la prévision des revenus du nucléaire... Donc pour bien faire il faudrait quantifier et caractériser les consommations par pays, en fonction de la politique énergétique, pour faire des prévisions réalistes des quantités d'uranium brûlées dans le futur.

Enfin, pour l'analyse de l'influence des devises, il doit y en avoir une. Je ne connais pas encore bien l'organisation de la production d'uranium mais il me semble qu'une vingtaine de pays sont concernés, certains beaucoup plus représentatifs que d'autres, et donc il doit surement avoir une devise de référence, surement le dollar. Ce dernier doit donc influencer le prix. Mais après ce que tu dis, j'ai l'impression comme toi que l'impact est limité.

Finalement, la lenteur des fluctuations de la demande en uranium couplée à une certaine incertitude concernant l'offre rend, je pense, une analyse compliquée. Du moins, je suis persuadé que c'est à travers cette offre/demande qu'elle est la plus pertinente.

Au plaisir de te lire et en espérant avoir apporté quelque chose qui te seras utile :)

Re: Trading l'uranium

par Sagal » 15 Sep 2018 17:20

Salut Mouffti, j'avais lu ton apport en son temps mais je n'avais pas grand chose à y ajouter.
Sur le point 1 d'accord avec toi.
Sur le point 2 je n'ai pas de source précise (lu sur d'autres sites, peut être il faudrait chercher sur des sociétés privés aux US qui exploitent des centrales nucléaires). Sans preuve du contraire je considère que ce que j'ai écrit est correct. (tu pourras toujours me répondre de la réciprocité).
Sur le point 3, je considère toujours que l'impact des devises est très très faible pour l'uranium. Cela tient au fait que ce n'est pas tradé par des investisseurs avisés (je n'ai pas accès aux futures d'uranium ni sur IG ni sur Saxobank) et il y a donc moins de spéculateurs dessus
En tout état de cause, les plus hauts depuis 2 ans sont atteints (et soi dit en passant le dollar index était assez haut récemment).
Un article du jour du WSJ parle de la taxe à venir de Trump sur les importations d'Uranium pour favoriser la production locale
Production locale US l'année dernière 1.15 million de pounds d'uranium ore. Consommation annuelle moyenne aux US d'une centrale civile 44 millions de pounds.
Je continue à surveiller car je reste sur l'idée que les prix bas ont tiré les investissements vers le bas et que l'on va se retrouver à moyen terme (3 à 8 ans avec un déficit de production.
Je joins la courbe
Je te mets un lien puisque tu as un grand intérêt sur la question
http://www.mining.com/uranium-supply-crunch-may-be-just-around-the-corner-experts/
Fichiers joints

Re: Trading l'uranium

par noko » 15 Sep 2018 17:28

1 à 5 ans avec un déficit de production.


bonjour

au niveau étasunien ou au niveau mondial ?

Re: Trading l'uranium

par Sagal » 16 Sep 2018 09:23

J'ai corrigé entre temps à 3 à 8 ans. Le lien parle d'à partir de 2022 et mondiale:
Canada’s financial advisor firm Raymond James expects global consumption to increase from about 172 million pounds in 2017 to about 190 million pounds in 2019 and anticipates a supply gap emerging in 2022-2023.


Donc dès les 1ers signes de confirmation, il y aura anticipation du marché et donc si on partait pour 2022, je dirais qu'il serait bon de s'y positionner vers 2020-2021 au plus tard...Le problème étant qu'en l'état actuel ne se joue pas directement en achetant des futures ou des call, mais indirectement en achetant des minières d'uranium ou des ETF de minières d'uranium et cela rend le timing de l'opération encore plus compliqué...

Articles en relation
Trading Gaz
Fichier(s) joint(s) par Tulipe » 25 Aoû 2014 12:38 (14 Réponses)
Trading Or
Fichier(s) joint(s) par Anonyme01 » 16 Déc 2014 02:40 (8 Réponses)
Trading sur l'or
par Patouaul » 11 Mai 2015 09:36 (3 Réponses)
Trading et position sur XAU/USD
Fichier(s) joint(s) par iGeriya » 20 Déc 2012 16:02 (37 Réponses)
Trading Le pétrole
Fichier(s) joint(s) par kenzo94 » 13 Oct 2014 14:19 (142 Réponses)
Trading Soja
Fichier(s) joint(s) par Sagal » 28 Mar 2015 23:51 (7 Réponses)
Trading Cuivre
Fichier(s) joint(s) par Sagal » 04 Mar 2016 09:14 (16 Réponses)
Trading du pétrole
par Sagal » 09 Sep 2018 12:37 (6 Réponses)
Trading Cacao US et GBP
par aurel77 » 17 Oct 2017 15:08 (0 Réponses)
Trading Gaz naturel
Fichier(s) joint(s) par Sagal » 17 Oct 2017 15:09 (18 Réponses)

ProRealTime

Alors partagez-le 5 fois c'est bon pour la santé