Définition de Finance islamique

17 5 2013 - 2 commentaires
ProRealTime

Qu'est ce que la Finance islamique ?

La finance islamique a été créée au 20ème siècle en adéquation avec les principes de l'économie islamique. L'économie islamique se doit en théorie de respecter des principes religieux et moraux qui ne considèrent pas le profit comme le seul but.

La finance islamique se doit donc de respecter des principes liés à la Sharia tout en conservant des objectifs de rentabilité. La finance islamique applique donc des règles spécifiques à tous les segments de la finance, tels que l'épargne, l'investissement et le prêt.

On distingue 3 principes majeurs dans l'économie islamique:

  • Le principe de la liberté économique dans un cadre restreint
  • Le principe de la double propriété
  • Le principe de justice sociale

Principes de la finance islamique

 

Finance islamique3

Salle de trading au Qatar

La finance islamique se différencie de la finance traditionnelle par sa vision alternative de la valeur travail et du capital. Dans le cadre d'une relation prêteur-emprunteur, la finance islamique exige un partage plus juste du risque entre les deux parties. Cela découle de 5 grands piliers:

  • L'interdiction de la Riba: Il est interdit de tirer un avantage d'un prêt si cet avantage n'est pas justifié.
  • L'interdiction du Gharar et du Maysir: Avec l'interdiction du Gharar, la spéculation pure, notamment celle qui porte sur les produits dérivés et la vente à découvert est interdite. De plus, l'interdiction du Maysir correspond à l'interdiction de l'incertitude dans les transactions, avec pour finalité de financer l'économie réelle au lieu d'encourager la spéculation.
  • La prohibition de certains secteurs: Les secteurs allant à l'encontre de la morale islamique sont interdits (Alcool, élevage porcin, pornographie etc).
  • Le partage des profits et des pertes: Lors d'une relation emprunteur/prêteur, le risque et les gains sont partagés équitablement. On parle de finance participative. Si l'emprunteur échoue, sans faire de faute majeure, le prêteur se doit de partager les pertes avec son client.
  • Le liens avec l'économie réelle: Le trade ne se fait que si un lien existe avec un actif réel et non avec des actifs purement financiers.

Les produits financiers islamiques:

  • Le Mudaraba
  • Le Musharaka
  • Le Murabaha
  • L'Ijara
  • L'Istisna
  • Le Sukuk ( Obligation islamique )

Lexique Bourse : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Auteur de l'article :

Benoist Rousseau est diplômé de l'université Paris-Sorbonne en histoire économique contemporaine et de la Certification Professionnelle des Acteurs des Marchés Financiers de l'AMF. Il a été professeur d'histoire pendant 12 ans avant de devenir trader en compte propre. Ancien Conseiller en Investissements Financiers, il est aussi écrivain. Son ouvrage "Devenez Trader Pro" est numéro 1 des ventes dans la catégorie bourse depuis de nombreux mois. Intervenant régulier sur TV Finance et divers médias, il est suivi par plus de 150.000 personnes sur les réseaux sociaux.

2 Commentaires pour Définition de Finance islamique

  1. Khdija dit :

    Au moins on fait des progres. Il y deja des banques islamiques en France

  2. Chemss dine homedi dit :

    Le finance islamique c'est une route de réussir les investissements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Avertissement : Le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker. Il ne convient donc qu'à des personnes expérimentées ayant les moyens financiers d’assumer un tel risque. Se rappeler qu'on trade uniquement avec de l’argent dont on n’a pas besoin. Les vidéos et les articles de ce site n’ont qu’une portée pédagogique et informative, ce ne sont pas des conseils en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d'investir dans un produit financier afin qu'il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale.