Théorie de la destruction créatrice

29 11 2019 - 2 commentaires
ProRealTime

Qu'est-ce que la destruction créatrice?

L'économie vit de changements. La mode est aux changements et à la nouveauté mais ceux-ci sont indispensables à un système économique dynamique et sain.

Les produits arrivants sur le marché ont toujours des apports plus importants que les anciens produits, ils sont générateurs de croissance et de développement.

Quand une société crée un nouveau produit, améliore des technologies, elle est susceptible de détruire sa concurrence. Par l’innovation, elle peut prendre l’ascendant et si ses concurrents n’arrivent pas à suivre, ils peuvent disparaître, le consommateur se désintéressant de leurs produits, les nouveaux produits tuent les anciens produits.

Il y a beaucoup d’exemples dans l’histoire d’entreprises qui disparaissent car elles ont été dépassées technologiquement par leurs concurrents. On peut citer le DVD qui a anéanti la cassette vidéo ou bien la société Polaroid qui a disparu avec l’arrivée de l’appareil numérique.

Dans l’économie traditionnelle, on ne voit que la guerre des prix entre les concurrents mais l’idée nouvelle de Joseph Schumpeter est de mettre au centre l’évolution de la technologie. Il y voit une évolution naturelle, les nouvelles technologies remplaçant les anciennes technologies, les nouvelles sociétés remplaçant les vieilles sociétés.

La destruction créatrice 233x300

 Analyse de la destruction créatrice de Joseph Schumpeter

Il faut cependant émettre quelques réserves à la destruction créatrice de Joseph Schumpeter.

En effet, il ne prend pas en compte le facteur social qui a des incidences sur l’économie réelle. Ainsi l’État se doit d’intervenir pour sauver les banques quand elles sont en difficulté, il ne peut se permettre de les laisser disparaître car l’économie réelle pourrait alors s’écrouler même si elles sont dépassées par d’autres.

De même, les nouvelles technologies remplaçant les anciennes créent généralement moins d’emplois ce qui posent des problèmes à long terme : la destruction créatrice vient bien de l’innovation, des nouveaux produits mais elle laisse de moins en moins de place aux salariés consommateurs. L’arrivée de l’informatique a créé de nouveaux emplois tels que les programmeurs, les informaticiens mais l’informatisation a détruit au total beaucoup plus emplois qu’elle en a créés.

Si innovation continue avec une destruction d’emplois, il n’y aura plus assez de nouveaux consommateurs pour acheter les nouveaux produits, étant au chômage leur pouvoir d’achat ne sera pas suffisant pour consommer ces nouvelles innovations.

Joseph Schumpeter considère ainsi que la croissance vient de l’innovation et de l'entrepreneur innovateur. Les Monopoles et les grandes sociétés tendent à détruire toute forme d'innovation et ralentissent la croissance de manière endémique. Elles sont marquées par la multiplication des cadres gestionnaires, des experts et des bureaucrates. Ceux-ci raisonnent en fonction de la carrière, d'un revenu régulier et de leur position sociale. Ils sont ainsi prédisposés à ne pas prendre de risques comme dans le modèle de l'entrepreneur.

Il est à noté que Joseph Schumpeter pense que le système capitalisme peut mourir par manque de dynamisme. Si nous perdons les entrepreneurs innovateurs, les monopoles s'installeront et la stagnation s'imposera (à l'image du développement économique de l'URSS étouffé par la bureaucratie et l'absence d'entrepreneur). La stagnation, dans un monde en croissance démographique, est en fait une régression pour l'ensemble de la population mondiale. L'entrepreneur innovateur est donc dans la théorie de Joseph Schumpeter l'élément indispensable au fonctionnement du système économique. Sans lui, le système économique s'ankylose et il ralentit inexorablement faisant chuter la croissance économique.

 Citation sur la destruction créatrice

 « L’impulsion fondamentale qui enclenche la machine capitaliste et la garde en mouvement vient des nouveaux consommateurs, des nouvelles marchandises, des nouvelles méthodes de production et de transport, des nouveaux marchés et des nouvelles formes d’organisation industrielle que crée l’entreprise capitaliste »

Joseph Schumpeter

Guide des grandes théories économiques

 I. Les grandes écoles de pensée  II. Les systèmes économiques III. Les principaux cycles économiques
 L’économie classique Le capitalisme libéral L'économie Keynésienne normative
 Le Marxisme Le socialisme de marché Le monétarisme
 L'économie Keynésienne positive La planification centralisée La courbe de Phillips
 La Synthèse Néoclassique Le mercantilisme L'hypothèse du revenu permanent
 L'école Autrichienne La thérapie de choc Les attentes rationnelles
 Le consensus de Washington La cohérence temporelle
 L'accélérateur financier
 L'hypothèse d'instabilité financière
 Le prêteur en dernier ressort
  IV. Les théories de la croissance et du commerce
 V. L'individu et l’État dans l'économie VI. Les théories sur les marchés
La croissance néoclassiqueLa recherche de rente L'efficience du marché
La théorie de la nouvelle croissanceLe choix rationnel La main invisible
La destruction créatriceLes droits de propriété Le marginalisme
Le capital humainL'incidence fiscale La tragédie des biens communs
L'autorité de la loiLa charge fiscale excédentaire La sélection adverse
La loi d'okunL'économie de l'Offre L'aléa moral
Les limites de la croissanceL'effet d'éviction
L'avantage comparatifLe choix Public
Le modèle Heckscher-OhlinLa théorie de l'utilité escomptée
Le commerce international: Théorie de Paul Krugman
La théorie des perspectives
La zone monétaire optimaleLa théorie des jeux
L'impossible trinitéLe principe pollueur-payeur
La parité de pouvoir d'achat

 

Retrouvez plus de définitions dans notre rubrique Lexique économique


Lexique économique : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Auteur de l'article :

Benoist Rousseau est diplômé de l'université Paris-Sorbonne en histoire économique contemporaine et de la Certification Professionnelle des Acteurs des Marchés Financiers de l'AMF. Il a été professeur d'histoire pendant 12 ans avant de devenir trader en compte propre. Ancien Conseiller en Investissements Financiers, il est aussi écrivain. Son ouvrage "Devenez Trader Pro" est numéro 1 des ventes dans la catégorie bourse depuis de nombreux mois. Intervenant régulier sur TV Finance et divers médias, il est suivi par plus de 150.000 personnes sur les réseaux sociaux.

2 Commentaires pour Théorie de la destruction créatrice

  1. Sylvain M. dit :

    Les besoins sont infinis. L'innovation et l'entreprise poursuivent la recherche de leur satisfaction et en créent de nouveaux, en effacent d'autres...

  2. Christelle Puyraud dit :

    Merci Benoist pour cet article passionnant ! Une fois de plus, tu m'apprends de nouvelles choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Avertissement : Le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker. Il ne convient donc qu'à des personnes expérimentées ayant les moyens financiers d’assumer un tel risque. Se rappeler qu'on trade uniquement avec de l’argent dont on n’a pas besoin. Les vidéos et les articles de ce site n’ont qu’une portée pédagogique et informative, ce ne sont pas des conseils en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d'investir dans un produit financier afin qu'il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale.