Les limites de la croissance

24 5 2014 - 20 commentaires
ProRealTime

Quelles sont les limites de la croissance ?

La croissance économique est accompagnée de l'augmentation de la population mondiale. Mais cette croissance a une limite, fixée par la planète qui ne pourra pas répondre aux besoins des hommes.

En 1798, Thomas Malthus fait déjà le lien entre la rareté des ressources et la croissance de la population mondiale. Il fait remarquer que cela n’aboutirait qu'à la mort de certaines populations, privées de ressources. Ses affirmations viennent du fait qu'il constate que l'augmentation de la population mondiale est plus rapide que  l'augmentation de la production de ressources alimentaires. En effet, plus la population est importante, plus elle se reproduit. C'est donc une augmentation exponentielle.
Pour ce qui est de la croissance des ressources, elle suit une augmentation linéaire, du fait de la limite des ressources et matières premières disponibles sur la terre.

thomas malthus

Thomas Malthus

Les conséquences des limites de la croissance selon Malthus

Selon Malthus, cette divergence entre la croissance démographique mondiale et la quantité de ressources disponibles devait amener à une augmentation des famines, des épidémies et des guerres. Ces prédictions ne se sont pas réalisées, mais certaines régions de la planète commencent à montrer des similitudes. On peut également penser à la guerre de l'eau entre Israël  et la Palestine afin de pointer du doigt le manque de ressources pour une population en constante augmentation.

Comment contourner les limites de la croissance ?

Dans les années 1970, des économistes, des scientifiques et des politiciens ont commencé à aborder à nouveau le sujet des limites de la croissance. Au delà des ressources naturelles nécessaires pour vivre, il est maintenant aussi question de l'impact écologique des Hommes sur la planète. De plus, l'économie repose sur des matières premières finies comme le pétrole. Cela pousse donc les hommes à réduire et à modifier leur consommation de matières premières afin d’éviter que les prévisions de Malthus ne se réalisent.

De nos jours, certaines personnalités publiques soutiennent la thèse de la décroissance, notamment en France. La décroissance repose sur une réduction de la production, de la consommation afin de réduire l'impact de l'Homme sur la Terre.

Réflexion sur les limites de la croissance

Les économistes libéraux pensent que le marché a la faculté de réguler la consommation en fonction de la rareté via la fluctuation des prix. Plus un bien est rare, plus il est cher, donc moins il est consommé à grande échelle. Ce processus fonctionne globalement. Par exemple, quand le prix du pétrole augmente, on tend à réduire notre utilisation et à trouver de nouvelles énergies, notamment dans l'automobile. Néanmoins, ce processus ne fonctionne pas toujours, notamment avec les produits de la mer, pour lesquels la réglementation n'est pas assez pointue. En effet, les zones de contrôle de l’océan ne sont pas assez réfléchies, et on assiste à une épuration des fonds marins. On assiste parfois à un début de réglementation, notamment avec le droit à polluer. Ces mises en place de mesures réglementaires sont nécessaires afin de réguler, ce que le marché ne peut pas réguler lui même.

Mais au delà de la simple régulation, Malthus nous invite à réfléchir à cette question : "Une politique de limitation des naissances dans un monde en pleine explosion démographique, dans un monde aux ressources limitées n'est-elle pas nécessaire ?". Pouvons nous continuer à nous offrir le luxe de nous reproduire sans conscience de l'avenir? La dénatalité est la première mesure la plus efficace pour lutter contre la pauvreté, la faim dans le monde et l'effondrement de la classe moyenne dans les pays riches...

Citation de Malthus

"Le pouvoir d’accroissement démographique est infiniment plus grand que celui de la terre à produire la subsistance de l'homme."

Thomas Malthus

Guide des grandes théories économiques

 I. Les grandes écoles de pensée  II. Les systèmes économiques  III. Les principaux cycles économiques
 L’économie classique  Le capitalisme libéral  L'économie Keynésienne normative
 Le Marxisme  Le socialisme de marché  Le monétarisme
 L'économie Keynésienne positive  La planification centralisée  La courbe de Phillips
 La Synthèse Néoclassique  Le mercantilisme  L'hypothèse du revenu permanent
 L'école Autrichienne  La thérapie de choc  Les attentes rationnelles
 Le consensus de Washington  La cohérence temporelle
 L'accélérateur financier
 L'hypothèse d'instabilité financière
 Le prêteur en dernier ressort
  IV. Les théories de la croissance et du commerce
 V. L'individu et l’État dans l'économie  VI. Les théories sur les marchés
La croissance néoclassique La recherche de rente  L'efficience du marché
La théorie de la nouvelle croissance Le choix rationnel  La main invisible
La destruction créatrice Les droits de propriété  Le marginalisme
Le capital humain L'incidence fiscale  La tragédie des biens communs
L'autorité de la loi La charge fiscale excédentaire  La sélection adverse
La loi d'okun L'économie de l'Offre  L'aléa moral
Les limites de la croissance L'effet d'éviction
L'avantage comparatif Le choix Public
Le modèle Heckscher-Ohlin La théorie de l'utilité escomptée
Le commerce international: Théorie de Paul Krugman
La théorie des perspectives
La zone monétaire optimale La théorie des jeux
L'impossible trinité Le principe pollueur-payeur
La parité de pouvoir d'achat

 

Retrouvez plus de définitions dans notre rubrique Lexique économique


Lexique économique : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Votez pour cet Article
ProRealTime    Pourquoi je trade les CFDs et les Futures en même temps ?

   Pourquoi je trade avec ProRealTime CFD et ProRealTime Futures ?

   Essayez un compte Démo Gratuit ou Réel

  Exclusif : 2 séances de coaching formation trading gratuites (valeur 500€)

Partagez cet article, c'est bon pour la santé
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

20 Commentaires pour Les limites de la croissance

  1. fl9278 dit :

    Quelle clairvoyance !!!!
    Quand donc nos politiciens de tous crins arrêteront ils leurs politique nataliste. Plus de versement de prestations sociales au delà du troisième enfant. Stabilisons notre population, donnons à manger à tous. Un tiers de la planète est affamée, un autre tiers est obèse et enfin, la majorité du dernier tiers est en mauvaise santé gavé qu'il est de médicaments, vaccins et tous les principes de précautions qui finissent par nous pourrir la vie plutôt que de l'améliorer.

  2. sobear dit :

    Pour l'instant la production alimentaire arrive à suivre grâce à la mécanisation et maintenant à l'informatisation de l'agriculture. Les technologies comme le GPS et les satellites permettent une optimisation poussée à l’extrême des cultures.
    Le jour où surviendra une grande catastrophe, une guerre ou un gros aléas climatique la production alimentaire s'effondrera avec de grandes famines même dans nos régions.
    La surpopulation est évidente, il faudrait revoir notre système redistributif et attribuer les allocations familiales sur les deux premiers enfants puis plus rien pour les suivants ce serait un début et encourager à l'échelle de la planète un politique "commune" de régulation des populations avec des aides majorées pour les pays en difficultés mais vertueux sur le contrôle des naissances.

  3. Benoist Rousseau dit :

    C'est un tabou politique en France de remettre en cause la politique nataliste commencée par Philippe Pétain... Nous devons créer 150.000 nouveaux emplois chaque année uniquement pour stabiliser le chômage sans compter le coût pour la société (allocations familiales, construction de crèches, éducation, santé...). Certains pays profitent de la mondialisation pour avoir un avantage comparatif très important : ils attirent les diplômés dans leur pays, une fois qu'ils sont formés... Coût 0€ alors que la formation d'un ingénieur coûte au pays d'origine des centaines de milliers d'euros. Cela est très peu évoqué mais il y a une mondialisation de la formation et nous sommes les dindons actuellement...

  4. breizh dit :

    En Inde au cours des 30 dernières années, la population a été multipliée par trois et l'agriculture par 10.

    On n'a jamais été aussi nombreux sur la planète et la famine n'a jamais autant reculé.

    Bref, Malthus s'est planté il y a deux siècles, les décroissants se plantent aussi.

    Comme par hasard, ceux qui pensent qu'il y a trop de bouches à nourrir ne se comptent jamais dedans.

    Qu'ils commencent par se suicider... ? Au moins, ils nous (modéré) la paix !!!

  5. Benoist Rousseau dit :

    Attention à ne pas utiliser de gros mots, mon logiciel t'avait blacklisté, tu as eu de la chance que je regarde, je le fais rarement, il blackliste 800 ips par jour (spam).

    Je pense que ce type de discours est fait pour te rassurer et te déculpabiliser si tu as des enfants ou si tu veux en avoir. Pour l'Inde cela s'explique simplement, leur agriculture était à la préhistoire donc c'est facile de multiplier par 10 en introduisant des engrais chimiques... Le seul problème c'est que les marges sont maintenant limités, toutes les bonnes terres arables sont exploitées au maximum, voire elles diminuent avec l'explosion urbaine. Ce ne sont pas (que) les décroissants qui tiennent ce discours, mais les économistes, les sociologues, les démographes, les professeurs d'universités, les Prix Nobels, les industrielles eux mêmes... et on fait tout pour le cacher au peuple... On a plus d'un milliard et demi d'habitant qui ne mangent pas à leur faim chaque jour, qui n'ont pas accès à l'eau potable, c'est 5 fois plus qu'à l'époque de Malthus 😉 En Afrique, la démographie progresse tellement vite que l'urbanisation se fait sur les meilleurs terres arables (le cas de l'Algérie dont la population va doubler d'ici 2050). Ce pays qui était un grenier à blé, puissance agricole exportatrice est importatrice, ils n'arrivent pas à nourrir la population, ils échangent du gaz et du pétrole contre du blé... Leur production alimentaire baisse chaque année du fait de l'avancée des villes qui se fait au détriment des terres arables, de la priorité données à la population pour l'eau ce qui fait les rendements baissent en Algérie et que des terres fertiles sont abandonnées faute d'eau. Leurs réserves de pétroles et gaz (80% richesse du pays) seront épuisées en 2040 2050 avec une population qui aura doublée (50% de la population a moins de 15 ans. Le gouvernement appelle cela la bombe démographique). Idem pour l'Inde, les politiques hindous tirent déjà le signal d'alarme (ils projettent de créer dès maintenant un fond national pour acheter des terres cultivables à l'étranger pour éviter les famines... l'inde va dépasser la Chine dans les prochaines années et la structure de sa pyramide d'age est très inquiétante). Pour 2050, et la démographie est la science la plus exacte, en prenant l'hypothèse basse de l'augmentation de la population mondiale, on arrive à une pénurie de pétrole (même avec les gaz de schistes). Les plus optimistes diront l'électricité pour le voitures ! Oui bien sur mais pour faire décoller un avion avec 300 personnes ??? le transport aérien va redevenir un luxe en 2050 réservé à une élite, l'impact sur un pays comme la France, première destination touristique mondiale va être majeur, c'est ce qui crée le plus d'emploi), très grosse tension sur l'eau consommable dans 80% des pays (comprendre il n'y aura aps assez d'eau pour la population, l'agriculture ou l'industrie, il faudra faire des choix... Pour produire une tonne de plastique, il faut en moyenne 2 millions de litres d'eau, une voiture, il faut en moyenne 35 000 litres d'eau et une tonne de médicaments, il faut en moyenne plus de 5 milliards de litres d'eau, on épuise nos nappes fossiles qui arrivent au bout (même en France, il faudra réduire l'agriculture pour que l'industrie et la population puissent avoir assez d'eau en 2050, actuellement l’empreinte en eau de la consommation française est 1875 mètres cubes par an par habitant, presque 40% de cette empreinte en eau se trouve hors de la France ^^), transformer l'eau de mer en haut potable est possible mais le litre d'eau va couter très cher et ne sera pas accessible à tous, changement d'alimentation (protéines à base d'insectes, de vers de terre pour nourrir la population, une certitude), explosion de l'immigration (par centaines de millions, quand un homme a faim et soif il se fiche des frontières), chômage massif (la productivité et la population augmente trop vite)... il devrait doubler en Europe d'ici 2050 dans le meilleur des cas. On aurait freiné les naissances en France sur une génération (1 enfant au lieu de 2), on serait actuellement en pleine emploi en France et aucun déficit. On estime qu'avoir un travail, un toit et pouvoir se nourrir tout les jours sera l'objectif primordial de 50% des européens (contre 10% 15% actuellement) en 2050. Donc on ne parle pas de suicide, mais d'ouvrir les yeux, par exemple j'ai fais le choix de ne pas avoir d'enfant car c'est un acte profondément égoïste de vouloir un enfant et de lui proposer comme avenir un retour au XIXème siècle. La "crise" que l'on voit actuellement n'a même pas commencé, c'est l'état normal d'une société ^^ dès que la reprise est là les CDD vont refleurir payés au smic avec les prix des produits alimentaires et du quotidien qui vont exploser et l'Euro n'y sera pour rien, au contraire il nous protège beaucoup de cela. Et oui, la Chine et l'Inde, 50% de l'humanité vont se mettre eux aussi à consommer et les prix vont s'envoler. Offre demande. Le baril de pétrole à 150$ c'est juste quand 3% des Chinois ont acheté une voiture ^^ Et je ne parle pas de l’évolution climatologique sur les rendements des céréales, cela va jouer aussi dans l'augmentation des prix. La population augmente plus vite que le gâteau donc les tensions (guerres, émeutes...) ne vont que croitre, le simple bon sens. On n'est plus dans les années 60 où cela n'était pas inquiétant car on avait des ressources non exploitées, une marge importante. Là on n'a plus de marge, on le voit bien, on commence à avoir des produits de substitutions. Un exemple tout simple, la Chine a passé un contrat avec Gazprom de 20 ans de fourniture de gaz la semaine dernière, le plus gros contrat du XXIème siècle. Le contrat est supérieur au quantité que Gazprom a en réserve actuellement. Elle se positionne à l'avance, elle anticipe la pénurie de gaz, elle achète les stocks russes. Quand il y aura de la tension sur le gaz, les russes couperont le robinet en Europe et alimenteront les Chinois... La Chine achète par centaines de millions d'euros les dernières terres arables en Afrique, ils anticipent tout simplement qu'il faudra nourrir leur population. Les chinois se projettent sur les 50 prochaines années, les Européens... 3 mois à l'avance même pas ? Donc de nos jours, faire un enfant en Europe dans la classe moyenne, c'est en faire un petit chômeur qui va avoir du mal à survivre toute sa vie, qui vivra beaucoup moins bien que ses parents, dans un monde plus violent et tendu. Quel cadeau... mais bon c'est comme pour le réchauffement climatique, cela fait 30 ans que les scientifiques le disent, "c'est pas grave, on a le temps, ce n'est pas la pollution humaine...). Même les scientifiques qui niaient cela sont revenus dessus et ils en concluent que le cap est dépassé, on ne peut plus revenir en arrière. Bien sur, sur les plateaux télés, pour rassurer la masse aveugle, on continuera à inviter des présentateurs de journal météo en les faisant passer pour des scientifiques. Beaucoup de monde est au courant, mais le dire n'est pas populaire. Beaucoup de dirigeants ont fait le choix de gérer les conséquences, c'est plus simple, moins compliqué à expliquer, que d'agir sur les causes.

  6. breizh dit :

    1) dommage que ce blog intéressant ne supporte pas les avis contradictoires : tu peux me blacklister, c'est mon dernier commentaire.

    2) ta longue logorrhée n'apporte rien. Le problème algérien (comme celui de toutes les famines et autre problème de développement) est d'abord un gros problème de carence politique, de dirigeants dictatoriaux ou ineptes.

    Cela fait des siècles que l'on entend ton discours (Malthus a deux siècles) et rien ne se passe comme prévu : dommage de ne pas voir les faits (et leur dure réalité).

    3) je crains que c'est plutôt toi qui cherche à te rassurer de finir ta vie tout seul...

    4) je reste poli en disant salut, mais je crains que tu ne finisses dans un mur.

  7. Benoist Rousseau dit :

    1) Si tu n'écris pas de gros mot, tu n'es pas blacklisté (tu avais écrit foutr-ons), c'est un logiciel automatique qui s'appelle akismet, il a déjà éliminé plus de 100.000 spams sur le blog en 2 ans. Dès qu'il y a des urls vers des sites xx, des gros mots ou de la pub pour le viagra le message part en spam et l'url est blacklistée par le firewall pour soulager le serveur. Un robot spammeur peut émettre des centaines de spams par heure sans soucis. Donc ce n'est pas les avis contradictoires qui ne sont pas supportés mais les gros mots.

    2) Je pense que si l'Algérie avait été une démocratie, cela n'aurait pas changé grand chose au fait qu'il faut loger les gens et que les logements se construisent sur les terres arables. La localisation des villes au Maghreb depuis l'antiquité vient essentiellement de cela (terres arables + eau) donc quand la ville augmente, ce sont sur les terres arables qui historiquement étaient les plus fertiles, ne prenons pas nos ancêtres pour des débiles :). Voici des données scientifiques d'un collègue canadien : h**p://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/DZA/fr/AG.LND.AGRI.ZS.html sur les 50 dernières années. Baisse des terres arables de 9%. Pour compléter, tu regarderas les rendements à l'hectare qui baissent (les nouvelles terres arables pour compenser la perte des meilleures terres arables à cause de la croissance urbaine sont plus pauvres). Notons que la population durant le même temps est passé de 10 à 40 millions d'habitants : h**p://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/DZA/fr/SP.POP.TOTL.html Voilà des données concrètes et chiffrées, les faits. Population algérienne +252% en 50 ans, terres arables -9% => dépendance alimentaire totale alors que 50 ans avant elle exportait. Et la population va encore doublée jusqu'en 2050 (dictature ou pas dictature). J'ai pris l'exemple de l'Algérie car il est très bien connu et documenté, il y a de nombreuses thèses universitaires sur ce phénomène. On a d'ailleurs la même évolution en Chine actuellement, les meilleures terres disparaissent sous le béton, mais les Chinois ont très bien intégrés le cas algérien (qui est un "cas d'école"), c'est pour cela qu'ils achètent des terres à l'extérieur pour leur production alimentaire. Sinon le dernier rapport de la FAO de 2012 indique qu'un habitant sur 8 est en sous nutrition sur la planète et elle s'inquiète de la concurrence de l'habitat urbain sur les terres arables et sur le fait que si les prix alimentaires augmentent, le nombre de personne ayant faim doublera. On a déjà eu cette surchauffe juste avant la crise => émeutes de la faim au Maghreb

    3) Je ne suis pas seul et très bien accompagné depuis des années 😉

    4) ???

  8. fl9278 dit :

    Rien à ajouter Benoist, il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir !! Pitoyable, et en plus breizh comme pseudo, ça me fais ch^er d'avoir des coreligionnaires comme ça !!

  9. Prigent dit :

    Je me rappelle que selon mes cours à la faculté, malthus a fait cette étude en période de très forte croissance de la population et qu'il a estimé qu'il n'y aurait pu assez de denrées alimentaires pour tout le monde dans x années en continuant avec une forte croissance. Mais il s'est trompé, il y a eu moins de croissance de la population et son pays a importé des denrées alimentaires.

  10. Labatue dit :

    Juste un témoignage : je rentre de Los Angeles où je suis resté 15 jours. Bordeaux semble désertique ! 34 millions de véhicules pour 38 millions d'habitants ! Tout seul dans leur grosse bagnole. Affligeant. La Californie pollue autant que le Brésil. Après La ruée vers l'or et l'informatique, j'espère qu'ils vont aller vite vers la ruée d'un monde vert ! Si non beaucoup plus de croissance pour plus de ... !
    Dominique

  11. sdf breizh ; ) dit :

    bonjour ,

    je pense qu'il faut remettre les bonnes questions dans leur contexte a savoir que la population

    mondiale ne cour pas a sa perte , petit lien :

    h**p://www.larousse.fr/encyclopedie/images/Laccroissement_de_la_population_en__de_la_population_mondiale/1313229

    graphique tirer des nation unies pour les pessimiste

    et ce sans compter les évolutions en terme d'accroissement de productivité alimentaire que l'homme ne cesse de faire

    bien a vous

  12. Benoist Rousseau dit :

    Effectivement remettons les choses en place : Ton graphique montre que la population augmente de plus en plus vite contrairement à ce que l'on peut croire avec une analyse rapide.

    1950 : population mondiale 2.5 milliards. 2014 : 7,2 milliards. Source Nation Unies pour les plus optimistes. Donc la population augmente de 2% par an en 1950 soit 50.000.000 de personnes en plus chaque année. 1.2% actuellement = 85.000.000 de personnes en plus chaque année. C'est le principe de base de la transition démographique. Si tu prends les nations unis comme référence le dernier rapport de 2013 indique une population mondiale entre 14 et 17 milliards en 2100. En 2050 on est 10 milliards la France 72 millions d'habitants. Source Ined. Il faut donc créer 4 à 5 millions d'emplois supplémentaires (retraites décomptés) avant 2050 uniquement en France par exemple et augmenter notre production agricole de 12%. Hélas on détruit des emplois alors qu'on devrait en créer 200.000 par an. Et si les produits alimentaires montent, les gens arrêtent pas de râler sur ça, ce n'est pas la faute à l'euro ils montent dans tous les pays, c'est que la demande progresse plus vite que l'offre

    Enfin je ne suis pas pessimiste juste descriptif.

  13. gbondjeho dit :

    Malthus a fait un constat chez lui mais qui ne peut etre admis par tout le monde car lui-meme n'est pas arrivé a appuyer son raisonnement avec des preuves convaincantes.neamoins sa prediction reste moins negligeable car pour ce que cela puisse met sembler c'est une alerte pour le monde entier!pour les theologiens ils diront que seul Dieu y pourvoiera!

  14. Aypr dit :

    Attention aux confusions: Les théoriciens de la décroissance ne prône pas de tout baser sur une croissance négative.
    Ils proposent juste de decoreller la santé d'un pays a la croissance de son PIB.

    En effet, lorsqu'au nouvel a non brule des voitures a Strasbourg, ça fait marcher les assurances, les casses, les vendeurs auto. Donc ça fait croître le PIB. Pourtant, c'est mauvais pour la santé du pays.
    A l'inverse, si vous faites parti d'une association humanitaire (type resto du cœur) ou écolo, ou même lorsque vous aidez votre enfant a réviser ses cours, c'est bon pour le pays et pourtant ça ne fait pas croître le PIB.

    Bref, pour les décroissants, le PIB doit être largement oublié ou au moins accompagné d'autres indicateurs plus pertinent (type IDH, mais il en existe plein et de nombreux débats existent sur le "meilleur" indicateur a utiliser)

  15. Aypr dit :

    Pour compléter mon propos: pour les décroissants certains secteurs doivent décroître (utilisation d'hydrocarbure, chimie médicamenteuse, aviation...) alors que d'autres doivent croître (agriculture biologique, prévention de la santé au lieu de guérison, circuits courts, isolation thermique, ferroviaire...)

  16. E78 dit :

    Il ne nous reste plus qu'a investir dans les terres fertiles d'Afrique ^^

  17. Benoist Rousseau dit :

    C'est exactement ce que font les chinois.

  18. E78 dit :

    Ça donne une vision chaotique du monde c'est malheureux... Surtout quand on vois tout ce qui se passe aujourd'hui, l'Ukraine, la Syrie, Israel/Palestine, et "l'état terroriste" qui c'est formé avec des fonds colossaux, je n'ose imaginer l'état de notre planète en 2050... J'espère que l'humanité se servira de la réflexion plutôt que de sont instinct animal à toujours vouloir la gueguerre...

  19. gbondjeho dit :

    Tant que les Hommes ne se laissent guider par ces deux mots magiques:l'amour et le pardon le monde sera toujours victime de ses calamités entre autres la guerre,la folie de ces derniers.ce dicton"qui veut la paix prepare la guerre "doit etre reformulé!c'est revolutionnaire n'est-pas?

  20. LAMOTTE Thierry dit :

    Quelques réflexions sur vos propos,

    La COP 21 s'est déroulée à PARIS. Et maintenant que fait-on?
    Menace sur le thon, sur les baleines, les ours polaires, sur les émigrants, sur le climat, dans nos assiettes.
    On parle beaucoup. On agit peu...
    Les prises de consciences tardent.

    On préfère la guerre à la paix. Les marchands d'armes s'engraissent, les peuples souffrent.

    Les hommes politiques parlent d'effort. Alors qu'ils devraient montrer l'exemple, eux, que font-ils? De serviteurs de l'état, ils sont devenus serviles devant les puissance d'argent. Ils se servent de leur fonction pour détourner l'argent public, servir des lobbys financiers.

    Sur tous les continents des lanceurs d'alerte montrent la cupidité de certains hommes. Poutine et ses milliards cachés, Cameron et son argent caché dans des paradis fiscaux, Platini et son compte en Suisse, Cahuzac ministre des finances (devant l'Assemblée nationale "Je vous le dis droit dans les yeux... etc), Le Pen et ses comptes cachés, Madame la Présidente du Brésil Dilma Van Roussef impliquée dans des financements occultes de campagne politique, Nicolas Sarkosy et ses déboires avec la justice pour les mêmes raisons ... etc etc.

    Un bon hacker peut accéder à n'importe quelle information secrète. C'est vers un monde transparent que l'on tend. D'autres scandales vont apparaître...

    Les simulacres de démocratie en France, en Europe et dans tous les pays des cinq continents sont de plus en plus flagrants.
    1992 Référendum sur le traité de Maastricht. (débat intense entre Seguin et Mitterrand.
    2005 Référendum sur le traité établissant Une Constitution Européenne. La France vote contre.

    L'intelligence collective triomphe. C'est avant tout une Europe des technocrates et des marchands inspirés par les économistes prônant le libéralisme, la mondialisation qui est arrêtée dans ses oeuvres.
    Car les français souffrent d'être dépossédé de leur souveraineté. L'Europe, de généreuse au départ est devenue étriquée. L'Europe sociale et solidaire devient le cadet des soucis de nos parlementaires européens.
    2008 Les parlementaires n'ont plus la main sur l'exécutif. C'est eux qui ont scié la branche sur laquelle ils étaient assis.
    C'est la Commission Européenne qui devient le Centre du Pouvoir. La BCE a un pouvoir financier énorme, Mario Draghi et ses sbires sont-ils passés devant les électeurs ?

    2016 Traité trans atlantique. Opaque, nébuleux. Personne ne doit savoir, des experts travaillent pour votre bien. Méfiance vous dis-je.

    Quand les gouvernements n'arrivent pas à leur fin. De légiférer (rôle des Parlements) on passe à décréter (déni de démocratie) c'est à dire passer en force. L'exemple le plus flagrant en France est la création de 12 communautés de communes (les grandes villes telles Lyon, Bordeaux, Marseille, Rouen etc.) .
    Manu militari les communes sont dépossédées d'initiatives (choix de leur urbanisme à travers le PLU - Plan Local d'Urbanisme – choix des voiries à créer ou réparer). Le maire et son conseil municipal deviennent de facto des caisses enregistreuses. Pourtant ce sont des élus du peuple…
    En revanche le président des communautés de communes se retrouve là par la seule volonté du Prince. Aucun processus démocratique, pas de passage devant les électeurs (de qui se moque-t-on?) Et pourtant leur pouvoir est immense ( à la tête d'entités de plus d'un million de personnes).
    Les salaires de ces élus sont élevés. Pourtant il n'est pas rare de les voir cumuler plusieurs fonctions.

    Les divers mouvements sociaux dans le monde prouvent que tous les peuples souffrent de cette démocratie représentative, une aspiration à une démocratie directe se fait de plus en plus sentir partout.

    Même en économie les circuits courts semblent plus rentables à long terme. Un produit venant de Chine (pas cher) a engendré tellement de catastrophes localement (fermetures d'usines, chômeurs à indemniser etc) qu'on peut se demander raisonnablement si son coût réel n'est pas en fait bien plus élevé. Je ne suis pas économiste mais il me semble qu'il faudrait raisonner plus globalement.
    Bien sûr dans les modèles économiques néo-libéral ce type de remarques est balayé du revers de la main.

    Le Monde va vers sa perte et ils ne le voient pas ! Les croissances des pays telles la période des trente glorieuses ne pourront être à nouveau atteintes. La planète habitée de 7 milliards d'hommes ne le supporterait pas. Les ressources minières, agricoles, maritimes ont par définition une limite. A moins d'envahir d'autres planète je ne comprends pas comment ce modèle économique si cher aux économistes peut perdurer.
    Déjà presque un milliard d'hommes ne mangent pas à leur faim. En parallèle quarante sept hommes possèdent autant que 3,5 milliards d'humains. Est-ce par leur travail d'honnêtes hommes qu'ils ont pu accéder à de telles richesses ?
    Aux 18 ème, 19éme et début 20ème siècle en France, des patrons riches ont su inspirer de belles utopies de vies.
    La Saline Royale d'Arc en Senans, la belle œuvre de Claude Nicolas Ledoux, représente bien le siècle des Lumières avec son idée d'usine modèle et surtout d'architecture très fonctionnelle. L'homme est le centre et non la machine.

    Qui, dans nos décideurs, qu'ils soient homme politique, syndical ou patron a ce genre de préoccupation ?
    Bien souvent ces gens sont nés une cuiller d'argent dans la bouche où ont oublié leur condition. Déconnecté des réalités ils sont, comme au temps de nos rois inspirés par le divin, arrogants, cruels, froids devant les conditions de vie de leurs semblables… Ils sont prêts à être tout… Eux, ils savent ce qui est bon pour le peuple. Vivant dans le luxe, les facilités, ils pensent qu'il est bon de travailler plus, d'avoir un salaire plus petit, des conditions d'embauche ou de débauche plus flexible. Pendant ce temps ils s'octroient des salaires plus élevés, travaillent moins que leurs salariés (du temps des rois on disait leurs sujets), s'octroient des retraites chapeau. Quelle indignité ! La Nuit du 4 août 1789 (abolition des privilèges) devra à nouveau être envisagée.
    La pauvreté augmente contrairement à ce que prétendent les valets du capitalisme ( les économistes conseillers de nos hommes politiques ou de nos patrons, les journalistes carpettes des hommes de pouvoir, sociologues acoquinés…) .
    Le salaire médian, les retraites toujours revues à la baisse vous permettraient-ils de vivre heureux Messieurs les décideurs ? J'en doute.
    Qui, dans nos hommes politiques (excepté Pierre Bérégovoy, René Monory une faible minorité) a exercé les métiers de son peuple (boulanger, ouvrier du bâtiment, de l'industrie, électricien, plombier etc) et sait qu'il n'est pas facile de vivre avec le SMIC ou un peu plus (manger, se loger etc) aura un peu de compassion ?
    Les grands arrogants actuels Valls, Macron, El Khomry sont désespérants de cynisme.

    Heureusement à nouveau l'intelligence collective fait face. J'aimerai les voir travailler comme ceux qu'ils s'apprêtent à sacrifier sur l'autel du libéralisme. Pas un seul ne ferait face.
    Alors ces grandes âmes pourraient s'occuper, enfin, des affaires du monde et non de leurs petites affaires. Nous ne trouverons aucun homme valable de cette caste issue pour la majorité des grands bourgeois, formatés par une école délivrant des hommes sans autonomie de pensée, appliquant -qu'ils soient de droite ou de gauche- le même logiciel de pensée.

    Le monde va mal. Que font-ils ? Ils causent… Ils se réunissent à nouveau pour palabrer… L'incendie fait rage. Ils ont perdu le mode d'emploi des pompes à incendie… Alors après moi le déluge.

    En 2008 par la bêtise de quelques uns, une tempête comme on en voit peu a déferlé sur le monde. Les responsables de cette crise ont-ils été sanctionnés ?
    Après l'accalmie, les mêmes sont aux postes clés, dans les instances du FMI, de la CEE, des grandes banques. Les mauvaises pratiques ont elles disparu ?

    Les paradis fiscaux sont-ils éradiqués ? Tous avaient juré que la monde allait changer. On allait voir ce que l'on allait voir !
    Aux dernières nouvelles les grandes entreprises pratiquent toujours l'évasion fiscale (Google, Apple etc), profitent des infrastructures des pays mais ne veulent pas participer à leurs développement ou entretien.

    Les hommes les plus riches font de même. Quand le monde va mal, ces mauvaises augures aiment le concept de solidarité (renflouer les caisses des banques, faciliter les emprunts etc), quand il va mieux ils préfèrent se goinfrer (optimisation fiscale, délocalisation de leurs entreprises là où la main d'oeuvre est abondante, docile, pas cher et c …).
    Les retrouver sur des listes peu recommandables n'étonnent que les naïfs. On lève les bras au ciel, on joue les offusqués. La tourmente passée, on retrouve les mêmes travers…

    La France n'aurait aucune dette si les responsables de tous les gouvernements de cette 5ème république avait eu du courage, de la force de caractère et une vision économique éloignée du libéralisme responsable de nos maux.

    C'est plus vers une décroissance économique, un monde équitable, respectueux des hommes et de la planète qu'il faut tendre me semble t-il..

    rappel. Le traité signé le 7 février 1992 à Maastricht dépasse l'objectif économique initial de la Communauté (réaliser un marché commun) et lui donne une vocation politique. Il marque une nouvelle étape dans le processus "d'une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l'Europe". Entré en vigueur le 1er novembre 1993, il institue une Union européenne entre les 12 Etats membres de la Communauté (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni), puis 15 en 1995 et 27 aujourd'hui.
    Il permet de rassembler trois champs d’action, en donnant la priorité à l’action communautaire dans l’un d’eux et à la coopération intergouvernementale dans les deux autres.
    On parle de 3 "piliers", qui sont tous regroupés sous un "chapeau" commun, dont l'intitulé officiel est pour la première fois "l’Union européenne" : la Communauté européenne (qui remplace la CEE) avec des compétences supranationales étendues, à laquelle s’ajoutent les deux autres Communautés (CECA et Communauté Euratom) ; la coopération en matière de politique étrangère et de sécurité commune (PESC) ; la coopération en matière de justice et d'affaires intérieures (JAI).
    Une citoyenneté européenne
    Le traité reconnaît la citoyenneté européenne à toute personne ayant la nationalité d'un Etat membre de l'Union. La citoyenneté européenne est donc conditionnée par la citoyenneté nationale mais elle donne de nouveaux droits :
    le droit de circuler et de résider librement dans les pays de la Communauté ;
    la protection à l'étranger de la part des ambassades et des consulats de n'importe quel Etat membre lorsqu’un État n’a pas de représentation diplomatique dans cet Etat ;
    le droit de voter et d'être élu dans l'Etat où l'on réside pour les élections européennes et municipales sous certaines conditions ;
    le droit de pétition devant le Parlement européen ;
    le droit de déposer, auprès du Médiateur européen, une plainte concernant un mauvais fonctionnement de l'administration communautaire.

    Les critères de convergence

    Afin de mettre en place l'euro et pour assurer la réussite de l'UEM, il est nécessaire de faire converger les économies européennes.

    C'est avec cet objectif que 4 critères ont été fixés :

    - Le déficit public ne doit pas excéder 3 % du produit intérieur brut (PIB) et la dette publique doit être inférieure à 60 % du PIB.

    - L'inflation ne doit pas dépasser de plus de 1, 5 % celle des trois Etats membres où les prix sont les plus stables.

    - Le taux d'intérêt à long terme ne doit pas excéder de plus de 2 % celui des Etats qui ont les meilleurs résultats en terme de stabilité des prix.

    - Les taux de change entre les monnaies européennes ne peuvent pas dépasser les marges fixées.

    Une union économique et monétaire

    La décision de créer une monnaie unique au 1er janvier 1999, sous l'égide d'une Banque centrale européenne, parachève l'intégration économique et monétaire au sein du marché unique. L'Union économique et monétaire (UEM) se réalise en trois étapes 

    la première étape, qui commence le 1er juillet 1990 et prend fin le 31 décembre 1993, libéralise la circulation des capitaux ;
    la seconde étape, qui commence le 1er janvier 1994, instaure une coordination renforcée des politiques économiques, visant à réduire l'inflation, les taux d'intérêt et les fluctuations des changes, de même qu'à limiter les déficits et la dette publique des Etats. Ces critères, dits de Maastricht, doivent assurer la convergence des économies des Etats membres, préalable à l'utilisation d'une monnaie unique. Le passage est préparé par l'IME, Institut monétaire européen;
    la troisième et dernière étape est celle de la création d'une monnaie unique au 1er janvier 1999, et de l'établissement d’un système européen de banques centrales regroupant les banques centrales nationales autour d'une Banque centrale européenne (BCE).
    Les compétences de la communauté s'élargissent

    Avec le traité de Maastricht, les compétences communautaires sont étendues à de nouveaux domaines (éducation, formation professionnelle, culture, santé publique, protection des consommateurs, réseaux transeuropéens et politique industrielle) selon le principe de subsidiarité, c'est-à-dire dans la mesure où non seulement les objectifs de l'action envisagée ne peuvent être réalisés de manière suffisante par les Etats membres, que ce soit au niveau national ou local, mais ne peuvent être mieux réalisés qu'à l’échelon communautaire. Ce double test est impératif, l'action communautaire ne pouvant se substituer à l'action des Etats
    La politique sociale est renforcée dans le champ communautaire. Le protocole social, bien que non signé par le Royaume-Uni est annexé au traité. Ainsi, sont désormais adoptées par l'ensemble des Etats membres (sauf le Royaume-Uni) des dispositions communes sur les conditions de travail, l'égalité entre hommes et femmes, l'intégration des personnes exclues du marché du travail, la sécurité sociale...  Un comité des régions, représentant les collectivités locales des États membres, est créé.
    Politique étrangère et de sécurite commune (PESC)
    Le "deuxième pilier" du traité de Maastricht, qui s'appuie sur le mécanisme de coopération politique institué par l'Acte unique européen, instaure une politique étrangère et de sécurité commune qui permet d'entreprendre des actions communes en matière de politique étrangère. La décision doit être prise à l'unanimité, les mesures d'accompagnement pouvant être prises à la majorité qualifiée.
    En matière de sécurité, l'Union européenne définit une politique dont l'objectif est de conduire à une défense commune, en s'appuyant sur l'Union de l'Europe Occidentale (UEO). Les Etats membres peuvent toutefois continuer à agir pour leur propre compte, à condition de ne pas aller à l'encontre des décisions prises en commun.
    Affaires intérieures et justice
    Le "troisième pilier" a été conçu pour faciliter et rendre plus sûre la libre circulation des personnes entre les pays de l'UE. Les décisions se prennent à l'unanimité et portent sur les domaines suivants :
    franchissement des frontières extérieures de la Communauté et renforcement des contrôles ;
    lutte contre le terrorisme, la criminalité, le trafic de drogue et la fraude internationale ;
    coopération en matière de justice pénale et civile ;
    création d'un Office européen de police (Europol) doté d'un système d'échange d'informations entre les polices nationales ;
    lutte contre l'immigration irrégulière ;
    politique commune d'asile.
    La révision du traité
    Le traité de Maastricht prévoit sa propre révision, notamment en ce qui concerne les institutions communautaires, en vue de l'élargissement, la hiérarchie des actes, la PESC et la coopération en matière de JAI.
    La conférence intergouvernementale réunie en 1996-97 a débouché sur la signature par les Etats membres du traité d'Amsterdam, le 2 octobre 1997. Ce traité est entré en vigueur le 1er mai 1999 après ratification par chaque Etat membre.
    Quant au traité de Nice, celui-ci a été signé en 2001 et est entré en vigueur deux ans plus tard. La réforme institutionnelle introduite par ce traité repose sur trois axes.
    Références
    Texte du traité, publié au JO du 29 juillet 1992

Laisser un commentaire

Inscription au Forum

Blog: 1728 articles 12.211 commentaires Forum: 477.407 messages 7550 membres
Devenez actif ! Rejoignez Andlil et sa Communauté de traders passionnés

Mes 2 comptes de trading avec PRT Trading sur CFDs et Futures

ProRealTime

En direct du Forum

Les derniers commentaires

  • Maniak : Bien joué, c'est impressionnant. Comme d'hab je dirais. …
  • Denis : Fragile psychologiquement âprès un AT j'ai été harcelé …
  • Xuo : Merci beaucoup pour le partage Benoist, PRT 10.3 a l'air vra…
  • Benoist Rousseau : Je trade les futures depuis 2004, j'ai passé plus de 20.000…
  • eric : j'ai fait très longtemps des futures et je n'ai pas souveni…
[CDATA[ if (typeof newsletter_check !== "function") { window.newsletter_check = function (f) { var re = /^([a-zA-Z0-9_.-+]
[CDATA[ if (typeof newsletter_check !== "function") { window.newsletter_check = function (f) { var re = /^([a-zA-Z0-9_.-+]
[a-zA-Z0-9-]
[a-zA-Z0-9-]
[a-zA-Z0-9]
[a-zA-Z0-9]
["ne"]
["ne"]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["np" + i]
["ny"]
["ny"]
["ny"]
["ny"]